Parés à toute éventualité – le rôle des plans d’intervention d’urgence dans l’exploitation pipelinière

Lorsque l’on construit un nouveau pipeline, la sécurité vient en tête des priorités. Ce souci de sûreté commence dès les étapes de planification et de conception, lesquelles comprennent des évaluations environnementales et techniques, la sélection du tracé le plus sécuritaire et le choix des matériaux.

Ce que de nombreuses personnes ne réalisent pas, cependant, c’est qu’avant même d’avoir enfoui une seule conduite dans le sol, un plan d’intervention d’urgence minutieux a déjà été mis en place. Bien que 99,999 pour cent des produits transportés par les pipelines de transport canadiens parviennent à destination sans encombre, les exploitants sont légalement tenus par leur organisme de réglementation provincial ou fédéral respectif d’anticiper toutes les éventualités qui pourraient survenir.

Les éléments d’un plan d’intervention d’urgence

Les exploitants pipeliniers ont préparé un plan d’intervention d’urgence pour l’ensemble des pipelines qu’ils exploitent. Chacun d’entre eux est élaboré sur mesure en fonction du type de produit transporté, des facteurs environnementaux dont tenir compte le long du tracé et de bien d’autres aspects encore.

Ces plans précisent avec exactitude comment gérer efficacement les situations d’urgence, quelles qu’elles soient. En cas d’incident, le plan couvre toutes les étapes à suivre du début à la fin, et notamment :

  • Fermeture des vannes et arrêt des systèmes pour endiguer la fuite
  • Mobilisation des premiers intervenants et des équipes de nettoyage
  • Acheminement du matériel d’intervention contre les déversements vers le site
  • Confinement du produit afin d’en minimiser la propagation
  • Notification des autorités réglementaires
  • Mesures visant à assurer la sécurité du public, du personnel et des entrepreneurs, et évacuation si nécessaire
  • Protection de la faune, des cours d’eau et de la végétation
  • Isolation et réparation du tronçon de pipeline endommagé
  • Nettoyage, assainissement et restauration du site
  • Surveillance du site à long terme pour déterminer si de plus amples mesures sont nécessaires

Pour chacune de ces mesures, le plan décrit les procédures à adopter, répartit les rôles et les responsabilités, instaure une chaîne de commandement, définit les règles de communication, etc.

Le plan prévoit comment résoudre différents cas de figure et détermine les dangers susceptibles d’affecter la population et l’environnement. Il décrit également des mesures précises pour résoudre et atténuer toutes ces éventualités.

Les exercices d’intervention : un moyen de tester le processus

Un plan, aussi solide soit-il, n’est efficace qu’à la condition que ceux qui le mettent en œuvre fassent preuve d’efficacité, et c’est pourquoi les exploitants pipeliniers testent leurs plans d’intervention d’urgence. En 2015, les membres de CEPA ont effectué 386 exercices d’intervention d’urgence, du fait que ces exercices permettent d’évaluer l’efficacité du plan au travers de différents cas de figure et de veiller à ce que le personnel, les premiers intervenants, les organismes locaux et les autorités connaissent parfaitement leur rôle et les procédures, et qu’ils se sentent capables de les mener à bien. Les membres de CEPA se sont également entendus pour s’entraider en cas d’urgence en ratifiant l’Entente d’aide mutuelle en cas d’urgence.

Vous pourrez en apprendre davantage sur la manière dont les exploitants pipeliniers planifient d’intervenir en cas d’urgence ainsi que sur le déroulement de ces interventions en lisant notre fiche d’information sur les interventions d’urgence (PDF). Jetez aussi un œil à ces récents billets afin d’en savoir plus sur d’autres façons dont ils se préparent aux situations d’urgence :

 


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2013, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.