Un rapport des médias erroné au sujet des incidents impliquant des pipelines

Calgary, 30 octobre 2013 – Un rapport en ligne créé par Radio-Canada et se servant de données communiquées par l’Office national de l’énergie induit le public en erreur.

« Les informations contenues dans ce rapport de Radio-Canada ne représentent pas avec exactitude ce qui se passe au sein de notre industrie », déclare Brenda Kenny, présidente et directrice générale de l’Association canadienne des pipelines d’énergie (CEPA). « Le nombre d’incidents rapporté inclut tout et rien à la fois – pas seulement les incidents liés aux pipelines. »

Le rapport, présenté sous la forme d’une infographie, montre tous les incidents qui se sont déroulés  sur des pipelines réglementés par le gouvernement fédéral au cours des douze dernières années. Cela pourrait comprendre la chute d’un ouvrier, ou celle d’un arbre sur une ligne électrique à proximité d’une station de comptage. Aucun de ces incidents n’implique de pipeline ou le produit qu’ils transportent.

De plus, Radio-Canada a déclaré dans sa méthodologie que des informations manquaient dans la base de données de l’Office national de l’énergie. Et, « soucieuse de donner aux Canadiens une image aussi claire que possible des problèmes liés à la sécurité sur les pipelines », Radio-Canada a admis avoir comblé les trous, dans certains cas.

« Nous ne pouvons nous fier qu’à nos nombres », declare Kenny. «  Chaque année, nous collectons des informations chez nos membres et nous les compilons afin de fournir une image claire. »

Sur une période de onze ans, les sociétés membres de la CEPA ont constaté une moyenne annuelle de 3,6 incidents graves impliquant des pipelines, ce que l’on considère comme la meilleure performance au monde dans cette catégorie. La CEPA, tout comme d’autres instances nationales majeures, définit un incident grave comme une défaillance du pipeline entraînant des blessures graves ou la mort, le rejet de plus de 50 barils de liquides, un incendie ou une inflammation non-intentionnelle, ou la rupture d’un pipeline.

En outre, au cours des douze dernières années, on a constaté une large augmentation du nombre de comptes-rendus d’incidents. Cela n’indique pas des performances à la baisse, mais bien l’accroissement des capacités de ce secteur d’activité à apprendre et à se focaliser sur davantage de transparence ainsi que sur son engagement à sans cesse s’améliorer. C’est ainsi que les sociétés membres de la CEPA continuent à s’efforcer d’atteindre leur objectif d’un nombre d’incidents nul tout en se concentrant sur les incidents graves.

Le rapport en ligne demande également aux Canadiens de fournir des récits personnels d’incidents liés à des pipelines, ce qui, de la perspective de la CEPA, pourrait causer une confusion entre le rôle du public et celui de l’organisme de réglementation.

« La CEPA écoute volontiers les histoires et les expériences du public. Nos membres rencontrent régulièrement les propriétaires fonciers afin de s’assurer de rester à l’écoute de leurs besoins », déclare Kenny. « Cependant, le rôle d’un organisme de réglementation, en tant que parti neutre et impartial, est de collecter des informations sur les incidents liés aux pipelines. L’organisme de réglementation utilisera alors ces informations afin de prendre des décisions dans le meilleur intérêt de tous les Canadiens. »

Les membres de la CEPA se sont engagés à faire progresser une culture de la sécurité à travers ce secteur d’activité, fondé sur une solide base de leadership et d’amélioration continuelles, et ce afin d’arriver à un nombre d’incidents nul. La CEPA représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada et les États-Unis. En 2012, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquéfié et 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.

-30-

Pour de plus amples informations sur l’industrie des pipelines canadiens, visitez notre site web à www.aboutpipelines.com.

Pour toute question reliée aux médias, veuillez contacter  Sandra Burns, Communications au 403 221 8764 ou par courriel à sburns@cepa.com