Un projet de captage du carbone innovant réduit l’empreinte environnementale

Le bouquet énergétique mondial, c’est-à-dire les types d’énergie que nous consommons pour conduire nos voitures, chauffer nos foyers et mener bon nombre de nos activités quotidiennes, est en plein changement. Alors que notre système énergétique évolue et comprend désormais plus de sources d’énergie renouvelables, l’industrie pétrolière et gazière du Canada met au point diverses façons de diminuer son empreinte écologique. Parallèlement, elle continue de contribuer à la sécurité énergétique et à la qualité de vie qui permettent à notre pays de prospérer socialement et économiquement.

Des projets tels que l’Alberta Carbon Trunk Line (ACTL), qui favorise le captage, l’utilisation et le stockage du carbone, aidera à changer notre bilan d’émissions et à multiplier les possibilités économiques liées à la production pétrolière et gazière du Canada.

14,6 millions de tonnes d’émissions de CO2 captées par an

L’ACTL est un pipeline de 240 kilomètres qui fait partie du premier projet d’infrastructure de CUSC en libre accès de l’Alberta. Ce dernier consiste à capter, transporter et réutiliser du dioxyde de carbone (CO2) pour stimuler la production des gisements de pétrole vieillissants dans le centre et le sud de l’Alberta. À plein rendement, le projet parviendra à capter annuellement 14,6 millions de tonnes d’émissions de CO2 anthropiques (c.-à-d. causées par des activités humaines) dans l’atmosphère, ce qui équivaut à retirer 2,6 millions de voitures de la circulation.

L’ACTL s’inscrit dans le cadre d’une plus vaste initiative visant à mettre sur pied une nouvelle industrie qui convertira les rejets de CO2 émis par les sables bitumineux et d’autres industries, comme celle de la fabrication d’engrais et de la pétrochimie, en un sous-produit précieux qui aidera à récupérer du pétrole conventionnel. Ultimement, le projet devrait prolonger la productivité du champ pétrolifère de Clive, situé non loin de Leduc, en Alberta, en facilitant l’extraction d’un milliard supplémentaire de barils de pétrole extrêmement sobre en carbone.

L’ACTL est actuellement construit par Wolf Carbon Solutions Inc. (Wolf), une division de Wolf Midstream, qui possédera et exploitera également les actifs dans le domaine du captage de CO2 et du transport par pipeline. La fin des travaux est prévue pour la fin 2019.

 

Comment le dioxyde de carbone peut-il décupler la récupération de pétrole?

L’une des méthodes utilisées par les entreprises pour extraire du pétrole conventionnel plus difficile à atteindre depuis la surface consiste à injecter du CO2 dans les réservoirs épuisés, ce qui permet simultanément à celles-ci de réduire leur empreinte écologique. On appelle ce processus la « récupération assistée des hydrocarbures » (RAH). Voici une courte vidéo des étapes de récupération du pétrole conventionnel, qui explique quand et pourquoi les entreprises ont recours à la RAH.

 

Une valeur majorée pour les ressources pétrolières de l’Alberta. Une empreinte carbone plus faible.

Le champ pétrolifère de Clive, exploité par Enhance Energy, sera le premier projet de RAH à profiter de cette initiative. Au fil du temps, Wolf dotera l’ACTL d’embranchements (des pipelines plus petits raccordés à la canalisation principale), qui achemineront du CO2 vers d’autres réservoirs vieillissants. Le projet ACTL tirera parti des nombreux réservoirs d’emmagasinement adéquats, de l’expertise technique et de l’esprit d’innovation de la province pour créer des milliers de nouveaux emplois et générer des recettes fiscales.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies a reconnu que les technologies (telles que le CUSC) ont un rôle à jouer dans la réduction des émissions (Agence internationale de l’énergie). En captant et en réutilisant le CO2, le projet ACTL contribuera grandement à accroître la quantité d’énergie écoresponsable qui alimente le Canada.