Un exercice d’urgence complet procure d’importantes leçons à plusieurs intervenants

En 2018, les membres de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) ont mené 452 exercices d’intervention d’urgence, afin de tester les systèmes et les processus d’intervention rapide qui servent à gérer une urgence pipelinière en cas d’incident.

Les exercices d’intervention d’urgence peuvent aller de simples procédures d’urgence à des exercices à grand déploiement qui simulent toutes sortes d’incidents potentiels, de même que les pires éventualités. Pipeline Trans-Nord Inc. (PTNI) a récemment effectué un exercice à grand déploiement sur un tronçon de son réseau pipelinier en Ontario.

Le blogue d’À propos des pipelines s’est entretenu avec Alain Boulanger, directeur sécurité, environnement et gestion des urgences pour PTNI, afin d’en savoir plus.

 

Un environnement d’apprentissage stratifié

L’exercice d’urgence de PTNI, organisé en octobre 2019 conjointement avec la ville de Quinte West, en Ontario, a testé les interactions entre les divers organismes qui participeraient normalement à une intervention en cas d’incident réel.

La tâche consistait à simuler une intervention d’urgence en réaction à un incident de pipeline impliquant des fuites de matières dangereuses. Les participants comprenaient la ville et tous les premiers intervenants, les intervenants de PTNI, divers organismes gouvernementaux fédéraux et provinciaux (dont Environnement et Changement climatique Canada et le ministère ontarien de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs), des entrepreneurs de PTNI, des consultants, des organismes de réglementation et CEPA.

« Nous prenons ces exercices très au sérieux parce qu’ils nous donnent l’occasion d’améliorer nos plans dans un environnement simulé, afin d’être mieux préparés dans le cas improbable d’un incident réel, a déclaré M. Boulanger. Nous rassemblons toutes les parties concernées afin qu’elles mettent à l’essai leurs propres systèmes et processus d’urgence, qu’elles apprennent les unes des autres et s’améliorent continuellement. »

 

Des apprentissages cruciaux

L’exercice a permis à PTNI de tester un nouvel outil en ligne qu’on met en place pour gérer le logiciel de plan d’action en cas d’incident (PAI), utilisé par le Système de commandement des interventions (SCI) pour documenter l’intervention tout au long de l’incident. De cette manière, l’ensemble des parties concernées peut visualiser le déroulement des opérations en cours.

« Nous avons constaté que ce nouvel outil nous épargnait beaucoup de travail manuel et de temps et améliorait l’efficacité et l’exactitude de nos comptes rendus, ce qui est essentiel pour améliorer continuellement l’intervention d’urgence », a expliqué M. Boulanger.

L’exercice représentait également une excellente occasion d’évaluer l’efficacité des points de contrôle de PTNI le long de la rivière Trent.

Les points de contrôle sont des emplacements prédéterminés à proximité des cours d’eau où les intervenants peuvent obtenir, disposer et installer de l’équipement afin d’intercepter, de confiner et de récupérer des produits déversés. Selon M. Boulanger, l’exercice d’urgence conjoint s’est avéré très utile pour aider PTNI à les valider.

 

La suite des évènements

Maintenant que l’exercice d’intervention d’urgence et la séance de débreffage sont achevés, un rapport conjoint rassemblera l’ensemble des apprentissages et des mesures. Un rapport postérieur aux mesures sera ensuite rédigé conjointement afin de répondre à toutes les lacunes relevées ainsi qu’à toutes les recommandations, qui seront intégrées dans les plans d’intervention d’urgence de tous les intervenants concernés. Les exploitants pipeliniers tels que PTNI, de même que d’autres intervenants essentiels, instaureront des processus afin d’assurer le suivi de leur mise en œuvre, avant de les tester habituellement dans d’autres exercices d’urgence.

À propos des pipelines remercie PTNI et Alain Boulanger de lui avoir fait part des apprentissages découlant de leur récent exercice d’intervention d’urgence.