Un avenir en commun : vos questions sur l’industrie pipelinière

Nous continuons de recevoir d’excellentes questions de Canadiens et Canadiennes qui veulent en savoir plus au sujet de l’infrastructure pipelinière. Étant donné l’aspect crucial du débat, nous nous sommes penchés sur certaines des questions les plus courantes dans notre deuxième billet du blogue « Un avenir en commun ».

Nous sommes à votre écoute. Cette semaine, nous abordons plusieurs points sur l’industrie pipelinière.

Quelle incidence le fait de continuer à utiliser les pipelines aura-t-il sur l’engagement pris par le Canada dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat?

Il faut avant tout savoir que les cibles énoncées dans l’Accord de Paris sur le climat représentent un engagement mondial et ne dépendent pas d’une seule nation. En réalité, le Canada émet moins de deux pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre, et les émissions des membres de CEPA représentent seulement un pour cent du total des émissions du Canada.

Cela ne veut pas dire toutefois que nous ne pouvons pas faire mieux en tant qu’industrie. Nos membres sont continuellement à la recherche de moyens de réduire les répercussions de leurs émissions dans toutes leurs activités, notamment en réduisant les émissions de méthane.

Il faut également tenir compte du fait qu’en exportant des ressources canadiennes comme le gaz naturel, nous pouvons aider d’autres pays à abandonner progressivement des sources d’énergie à plus forte intensité carbonique, ce qui réduit l’ensemble de leurs émissions.

Les cibles de l’Accord de Paris sont peut-être ambitieuses, mais il importe de noter que l’énergie canadienne est produite et transportée en respectant des normes de calibre mondial, et nous continuerons d’ouvrir la voie du développement responsable.

 

Où en sommes-nous en tant que société, localement et mondialement, par rapport à l’élimination de l’énergie et des produits dérivés des combustibles fossiles?

Nous aimerions avoir une boule de cristal pour le prédire. Nous savons cependant que le monde aura besoin de toutes les formes d’énergie pour satisfaire à la demande mondiale, qui continue de croître. Selon l’Agence internationale de l’énergie, la demande mondiale d’énergie a augmenté de 2,1 pour cent en 2017 seulement, et le pétrole, le gaz naturel et le charbon ont répondu à environ 70 pour cent de cette demande. Le rôle de l’énergie renouvelable ne cessera de prendre de l’ampleur, mais du point de vue de l’abordabilité et de la fiabilité, il faudra des années pour supplanter les autres sources d’énergie.

 

Quelles sont les répercussions de la construction d’autres pipelines sur notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles?

À l’heure actuelle, l’un des plus grands obstacles auxquels se heurtent les énergies renouvelables tient à la mise de fonds initiale nécessaire pour construire et installer des infrastructures comme les parcs solaires et éoliens. Les impôts et des redevances versés par l’industrie pétrolière et gazière aident les pouvoirs publics à encourager la recherche et le développement dans les énergies vertes. Le secteur énergétique représente déjà 11 pour cent du produit intérieur brut. La construction d’autres pipelines nous permet d’avoir une économie forte, ce qui nous aidera à disposer des fonds nécessaires pour investir dans l’énergie renouvelable.

Vous voulez nous poser une question ou prendre connaissance d’autres questions que les gens nous ont envoyées? Visitez la section Vos questions sur notre site Web.