Un arboriste qui travaille sur un projet de pipeline? Comment une bonne planification et de bonnes personnes acheminent l’énergie du Canada de façon sûre et responsable

Lorsqu’on construit ou qu’on entretient un pipeline, des arbres doivent être enlevés pour des raisons de sécurité, soit pour permettre un accès sécuritaire à l’emprise, soit pour assurer la sécurité des personnes qui travaillent à proximité.

Les membres de CEPA s’appuient sur des professionnels possédant l’expertise nécessaire pour non seulement garantir cette sécurité, mais également faire en sorte que le paysage conserve autant que possible son aspect naturel et immaculé.  Mais comment les sociétés pipelinières s’y prennent-elles pour équilibrer sécurité, réglementation et protection de l’environnement?

Il s’agit de combiner une bonne planification à de bonnes personnes.

C’est là qu’entre en jeu Matt McTavish.

Matt McTavish, arboriste et horticulteur certifié de l’International Society of Arboriculture, connaît bien les arbres.

Associé chez McTavish Resource & Management Consultants Ltd., un cabinet familial d’experts-conseils en environnement situé à Vancouver, il travaille dans les domaines de la foresterie urbaine, de l’arboriculture, de l’horticulture, des hydrocarbures et de la construction civile depuis plus de 10 ans. Selon lui, il est important de trouver un équilibre entre le développement de nos communautés et de l’industrie et la préservation des environnements dans lesquels nous vivons.

Nous avons demandé à McTavish de nous expliquer son travail ainsi que la façon dont celui-ci profite aux personnes qui travaillent sur des projets pipeliniers ou résident dans les environs.

Q : Pouvez-vous expliquer comment vous déterminez quels arbres doivent être retirés et pourquoi?

A : De nombreux facteurs entrent en ligne de compte lorsqu’il s’agit de déterminer les arbres à enlever de l’emprise d’un service public. En matière de pipelines et autres infrastructures, c’est la sécurité qui prime. Il est donc important de pouvoir accéder au pipeline ou au service public et d’être en mesure de l’inspecter.

L’enlèvement de certains arbres est nécessaire aux travaux de construction de nouvelles infrastructures. Nous nous efforçons de limiter notre empreinte et de réduire le nombre d’arbres à retirer. Lorsque nous rencontrons des arbres importants (arbre à valeur culturelle, arbre patrimonial, arbre âgé situé dans un vieux peuplement) à l’étape de planification, nous mettons tout en œuvre pour les préserver.

Q : Pourquoi les entreprises comptent-elles sur vos compétences pour cela au lieu d’enlever simplement les arbres?

A : Les entreprises comptent sur les forestiers et les arboristes pour élaborer des plans d’enlèvement des arbres parce que nous comprenons ce que sont l’intendance, la gestion et l’écologie des forêts, tout comme un ingénieur comprend les exigences structurelles nécessaires à la construction d’un pont.

Les plans de gestion des arbres comprennent un inventaire des arbres devant être enlevés. On fait cela pour comprendre les espèces d’arbres les plus propices à être replantées dans le secteur et pour informer les municipalités ou les propriétaires fonciers des arbres qu’on propose de retirer.

Les plans de gestion des arbres incluent également des plans de protection des arbres et des racines pour les arbres adjacents à la zone de construction ou d’entretien et préconisent quelles espèces replanter (à l’extérieur de l’emprise) une fois les travaux finis.

Q : Replante-t-on des arbres une fois le pipeline en place?

A : Les arbres situés à l’extérieur de l’emprise et dans les espaces de travail temporaires sont replantés ou utilisés pour le reboisement. Sur l’emprise, on replante des herbages et des arbustes indigènes bas afin de ne pas compromettre la sécurité et l’accès au site.

Nous faisons attention à bien comprendre l’environnement dans lequel nous effectuons les travaux afin que le secteur soit remis en état correctement.

Q : La sécurité est-elle un facteur dont vous tenez compte lorsque vous préparez un plan et que vous déterminez quels arbres enlever?

A : Tout comme n’importe quel autre organisme, les arbres contractent des maladies et meurent. Lorsque cela arrive, un professionnel qualifié mène une évaluation d’arbre dangereux pour évaluer les risques que pose l’arbre pour l’emprise et les gens qui la fréquentent, dont les équipes de construction et le public. Pour déterminer si un arbre doit être enlevé, on tient compte de différents facteurs, dont la présence et le stade de la maladie, l’intégrité du système radiculaire, l’inclinaison de l’arbre (degré et direction) et d’autres défauts de l’arbre, comme une cime brisée.

L’International Society of Arboriculture et le ministère de l’Environnement ont établi des lignes directrices strictes. Celles-ci doivent être respectées lors d’une évaluation d’arbre dangereux.

Q : De quels facteurs environnementaux devez-vous tenir compte?      

A : Nous tenons compte de nombreux facteurs lorsque nous élaborons des plans de gestion des arbres et des plans d’entretien de la végétation. Nous prenons en considération l’influence de l’arbre sur l’écosystème dans lequel il se trouve. Par exemple, si un arbre se situe près d’un ruisseau, il est probable qu’il contribue aux habitats terrestres et aquatiques à proximité. Nous faisons notre possible pour protéger ces arbres.

Dans les cas où un arbre est atteint d’une maladie, il constitue une source de nourriture pour les animaux comme les oiseaux. Les arbres abritent aussi des oiseaux et des mammifères tels que les ours. Ils sont alors classés comme arbres à valeur faunique et on tente de les préserver lorsqu’il est considéré comme sécuritaire de le faire.

Lorsqu’un arbre meurt naturellement et tombe, il se décompose graduellement et devient une source de nutriments pour le sol et de nourriture pour les insectes. Si c’est possible, lorsqu’un arbre est enlevé, nous répandons le bois dans l’environnement afin de minimiser notre impact sur l’ordre naturel des choses.

Q : À quoi ressemble l’environnement autour du pipeline après sa construction?

A : Je pense qu’on peut remarquer que des travaux ont eu lieu, et cela vaut pour tout projet de construction tel que des autoroutes, des projets résidentiels ou commerciaux. Cependant, nous faisons tout notre possible pour atténuer les effets visuels des travaux sur les collectivités où nous menons nos activités. Les plans de remise en état élaborés dans le cadre de projets pipeliniers sont très complets.

Une fois la remise en état achevée, nous prescrivons une période de surveillance afin de nous assurer que l’environnement perturbé retrouve son état naturel. Si ce n’est pas le cas, nous retournons sur place pour régler les problèmes qui empêchent son rétablissement.

Matt fait partie des centaines de professionnels de l’environnement qui travaillent dans l’industrie des pipelines de transport pour acheminer l’énergie du Canada de la façon la plus sûre et responsable. Pour en savoir plus, lisez cet article sur le travail de Matt pour le projet d’agrandissement du réseau Trans Mountain ou consultez ce billet sur les arbres et les emprises.