Réflexions du président de CEPA sur l’industrie pipelinière en 2019

À l’occasion du dernier billet d’À propos des pipelines de l’année, Chris Bloomer, président et chef de la direction de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA), nous fait part de ses observations sur les évènements de 2019 qui ont marqué l’industrie pipelinière, ainsi que sur l’avenir de celle-ci.

À propos des pipelines : L’industrie pipelinière se trouve-t-elle dans une meilleure position après la façon dont les choses se sont déroulées en 2019?

Chris Bloomer : Le fait que le projet d’agrandissement de Trans Mountain ait été de nouveau approuvé et soit officiellement en cours de construction est un résultat très positif et un grand pas en avant pour l’industrie après un processus long et difficile.

D’autres projets d’envergure, comme le pipeline Keystone XL de TC Energy, La ligne 3 d’Enbridge, le projet de gazoduc de Coastal GasLink et celui de LNG Canada, vont de l’avant. Tout au long de l’année, nous avons également été témoins d’exemples de réelle mobilisation des communautés autochtones dans le cadre du projet de la ligne 3, ce qui place la barre très haut relativement à ce que l’industrie doit faire pour progresser. Il s’agit d’un élan positif, car cela nous permettra de continuer à acheminer de l’énergie de la façon la plus sûre et la plus responsable possible pour le Canada et le monde.

À propos des pipelines : Selon vous, quels sont les signes que l’industrie pipelinière atteint son but d’amélioration continue?

Chris Bloomer : En 2019, les membres de CEPA ont continué à mettre en œuvre notre programme d’amélioration du rendement, Priorité intégritéMD, qui rassemble l’industrie afin de faire évoluer constamment ses performances en matière de sécurité, d’environnement et de retombées socioéconomiques.

Aucun incident n’est acceptable et tous les membres de CEPA se sont engagés à parvenir à l’objectif « zéro incident ». C’est pour cela qu’en 2019, ils ont organisé plus de 400 exercices d’intervention d’urgence, dont le degré de complexité allait de simples procédures d’urgence à des exercices à grand déploiement, afin de se préparer à intervenir rapidement en cas d’urgence.

À propos des pipelines : Que diriez-vous à ceux qui mettent en doute l’avenir de l’exploitation pétrolière et gazière?

Chris Bloomer : Le pétrole et de gaz demeurent indispensables à notre avenir. En fait, notre industrie fait partie de la solution au problème du changement climatique. Selon le rapport World Energy Outlook 2018 de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la demande mondiale de gaz naturel augmentera jusqu’à supplanter le charbon à titre de deuxième plus importante source d’énergie dans le monde d’ici 2030. En plus de produire moins d’émissions, le gaz naturel, tout comme les produits pétrochimiques, est nécessaire à l’infrastructure dont nous avons besoin pour produire de l’énergie renouvelable. Il nous permet également de disposer d’un système électrique sûr et fiable, et il sera donc d’une importance durable pour notre réseau électrique.

Le pétrole et le gaz continueront à occuper une place centrale, et ce, même alors que le monde effectue la transition vers des énergies à moindre intensité carbonique. Il ne s’agit pas nécessairement d’une source de discorde. Il est préférable que nous faisions tout en notre pouvoir pour réduire cet effet de polarisation, travailler ensemble pour trouver des solutions et aider les gens à comprendre pourquoi les pipelines continuent à s’inscrire dans notre avenir énergétique.

Le blogue d’À propos des pipelines remercie Chris Bloomer pour ses réflexions sur l’industrie pipelinière en 2019 et souhaite à tous ses lecteurs des Fêtes heureuses et sécuritaires, ainsi qu’une heureuse et prospère nouvelle année.