Recherche innovatrice : déverser du pétrole pour protéger l’environnement

Une expérience scientifique unique se déroule actuellement dans une région éloignée du nord-ouest de l’Ontario : des chercheurs déversent intentionnellement du pétrole dans des zones confinées d’un lac naturel afin d’en apprendre plus sur les effets des déversements sur les écosystèmes d’eau douce et sur la meilleure façon de les nettoyer.

Cette recherche innovatrice a lieu dans une installation tout à fait unique comprenant 58 petits lacs et leurs bassins hydrographiques. La Région des lacs expérimentaux est exploitée par l’Institut international du développement durable (IIDD). Les lacs sont vierges et ont été réservés à la recherche scientifique sur les répercussions de l’activité humaine sur les écosystèmes d’eau douce, allant des microplastiques aux déversements de pétrole.

« C’est un projet bien particulier, car il ne se limite pas à notre organisme scientifique indépendant. Nous travaillons avec le milieu de la réglementation, des ministères gouvernementaux, des universitaires d’un peu partout en Amérique du Nord et l’industrie », a déclaré Vince Palace, chef de la recherche scientifique d’IIDD dans la Région des lacs expérimentaux. L’ensemble de ce projet a pour objectif final de communiquer les résultats de ces expériences aux personnes qui peuvent en profiter, des intervenants en cas de déversement aux organismes de réglementation. »

En 2019, des chercheurs ont établi 18 enceintes et isolé une partie de la rive pour créer un écosystème modèle pour le reste du lac. Ils ont intentionnellement déversé du bitume dilué dans les enceintes et ont nettoyé à la surface, ce qui a éliminé environ 10 à 15 pour cent du pétrole. Ils ont ensuite utilisé le reste (85 pour cent) pour mettre à l’essai diverses méthodes de nettoyage, notamment des nettoyants de rivage, des zones humides flottantes artificielles qui stimulent la communauté bactérienne et l’ajout de nutriments à l’eau.

« Nous avons vu des constituants de pétrole dans l’eau après le déversement, mais 80 jours plus tard, il ne restait presque que des concentrations de fond, a affirmé M. Palace. Maintenant que 550 jours se sont écoulés, nous ne pouvons vraiment pas faire la différence entre les enceintes traitées au pétrole et les zones de référence. »

Les premières constatations montrent certains résultats intéressants qui pourraient changer la façon dont les entreprises nettoient les déversements de pétrole dans l’avenir. M. Palace précise qu’une restauration naturelle plus longue pourrait être plus efficace et moins nocive pour l’environnement que les méthodes traditionnelles comme creuser le sol, le nettoyer et le remettre dans l’eau. Cette approche pourrait toutefois être plus difficile à accepter par le public.

« Les entreprises, les transporteurs et les organismes de réglementation veulent tous montrer qu’ils font quelque chose, qu’ils éliminent le pétrole de l’environnement, a dit M. Palace, mais ce projet cherche à déterminer s’il existe des données scientifiques valables qui démontrent que ce n’est pas la meilleure approche. »

Les analyses des données ne sont pas terminées, mais M. Palace ajoute que les enceintes seront retirées au printemps.

« Nous pouvons enlever les enceintes sans craindre qu’elles contaminent tout le lac, car nous possédons les données chimiques détaillées pour le prouver, a précisé M. Palace. Nous devons toujours veiller à pouvoir remettre le lac dans son état initial, ce que nous avons déjà démontré. »

On construira cet été sept nouvelles enceintes afin de reproduire l’étude en utilisant du brut lourd classique. Il faudra alors terminer les analyses et récapituler la recherche.

Les conclusions seront présentées au public et au gouvernement, aux organismes de réglementation, à l’industrie et à d’autres experts en vue de modeler les politiques et les pratiques en matière de gestion des urgences. Cet ensemble de connaissances qui s’enrichit aide les membres de CEPA à respecter leur engagement envers la réduction des impacts environnementaux et la protection du milieu naturel.