Poursuivre sur notre lancée vers un avenir énergétique diversifié

Mise à jour de la mi-année de Chris Bloomer, président et chef de la direction de l’Association canadienne de pipelines d’énergie

Au début de 2021, nous étions nombreux à ressentir un mélange d’espoir et d’appréhension alors que notre nation continuait d’être confrontée à la pandémie de COVID-19. Maintenant, au milieu de l’année, on sent un regain d’optimisme et de dynamisme à mesure que le taux de vaccination augmente et que l’économie amorce une reprise.

Le secteur énergétique et l’industrie des pipelines de transport prennent un nouvel essor alors que nous continuons d’évoluer et de contribuer à façonner un avenir énergétique pour le Canada et le reste du monde. Un avenir où toutes les options sont sur la table, notamment les énergies renouvelables, le gaz naturel et le pétrole.

Évolution du bouquet énergétique

Il sera essentiel d’équilibrer le bouquet énergétique à mesure que l’économie se rétablit de la pandémie mondiale et que le Canada tente d’atteindre son objectif de carboneutralité d’ici 2050. De nouvelles sources d’énergie émergeront, le bouquet évoluera et il faudra du temps pour s’assurer que ces nouvelles sources sont fiables, résilientes, durables et abordables.

L’industrie des pipelines est une composante cruciale du bouquet énergétique, car elle transporte en toute sécurité et de manière responsable le gaz naturel et le pétrole dont le Canada et le reste du monde ont besoin. Les membres de CEPA travaillent sans relâche pour réduire leur empreinte environnementale en diminuant les émissions et en mettant au point de nouvelles technologies qui changent la façon dont le Canada produit et transporte l’énergie.

Progrès dans le secteur des pipelines

Un autre type d’élan prend forme à l’heure d’aborder le deuxième semestre de 2021. Trois nouveaux pipelines sont en construction et ajouteront au réseau une capacité plus que nécessaire. Le projet d’agrandissement du réseau de Trans Mountain, le programme de remplacement de la canalisation 3 d’Enbridge et le projet Coastal GasLink ajouteront en effet une très grande valeur à l’économie canadienne au cours des deux prochaines années. Ils emploient déjà des milliers de personnes et joueront un rôle essentiel en aidant le Canada à se remettre des dommages économiques infligés par la pandémie de COVID-19.

En dépit de la réalisation de ces projets, des analystes décrètent que le Canada aura besoin d’une plus grande capacité pipelinière pour satisfaire à l’offre potentielle, particulièrement depuis l’annulation du projet Keystone XL.

L’hydrogène, carburant de l’avenir

D’énormes efforts sont déployés dans le monde pour développer l’utilisation de nouveaux carburants comme l’hydrogène. La Stratégie canadienne pour l’hydrogène estime que l’hydrogène pourrait satisfaire jusque 30 % de la consommation finale d’énergie au Canada d’ici 2050. Une dynamique se dégage également dans ce secteur suivant l’annonce récente d’un complexe à hydrogène net de plusieurs milliards de dollars à Edmonton.

 

Tout cet hydrogène doit être transporté de manière sécuritaire entre les régions productrices et les marchés, et les pipelines sont le moyen le plus sûr et le plus rentable de le faire. Des recherches sont en cours afin de déterminer la quantité d’hydrogène que les réseaux de pipelines actuels peuvent gérer, ainsi que les améliorations nécessaires pour transporter et stocker l’hydrogène de manière sécuritaire.

 

Innovations en matière de captage, d’utilisation et de stockage du carbone

Le captage, l’utilisation et le stockage du carbone (CUSC) sont également sur une lancée au Canada et ailleurs dans le monde en tant que moyen de réduction importante des émissions de gaz à effet de serre. Le procédé de captage, de transport, d’utilisation et de stockage des émissions de gaz à effet de serre entre en jeu à l’échelle mondiale et la technologie connexe progresse rapidement.

Les pipelines jouent un rôle crucial dans le CUSC, car ils servent à transporter le dioxyde de carbone entre les installations et les sites de séquestration souterrains. Le réseau Alberta Carbon Trunk Line en est un exemple : il transporte le dioxyde de carbone (CO2) des sites de captage aux champs de pétrole parvenus à maturité dans le centre de l’Alberta à des fins de stockage sécuritaire et de projets de récupération assistée du pétrole. Il peut transporter jusqu’à 14,6 millions de tonnes de CO2 par année, soit l’équivalent des émissions de 3 millions de voitures. Pembina et TC Energy ont également annoncé récemment l’Alberta Carbon Grid, un réseau de transport et de séquestration du carbone de calibre mondial qui reliera les plus grandes sources d’émissions industrielles en Alberta à un site de séquestration.

Climat politique

Nous ne pouvons pas parler du reste de 2021 sans mentionner le climat politique actuel. La possibilité d’élections fédérales influera sur la politique à venir, ce qui exercera une incidence cruciale sur l’avenir énergétique de notre pays.

CEPA travaille de près avec tous les ordres de gouvernement et les gouvernements de toutes les allégeances politiques pour défendre des politiques énergétiques efficaces favorisant un avenir énergétique diversifié. Par exemple, CEPA collabore avec le groupe de travail fédéral sur l’hydrogène, le groupe de travail albertain sur la réduction du fardeau administratif et d’autres initiatives.

Le climat politique aux États-Unis continue d’entraîner des difficultés sur le plan des mouvements transfrontaliers dans les pipelines, tant nouveaux qu’existants. CEPA surveille de près la situation de la canalisation 5 et nous avons bon espoir que la rationalité s’imposera. Nos pays doivent continuer de travailler ensemble pour garantir un avenir énergétique fiable, résilient, durable et abordable pour tous.

Une bouffée d’optimisme pour le second semestre

Les prix du pétrole augmentent, la fin de la pandémie se profile à l’horizon et les technologies vertes font des percées. Il y a donc une foule de raisons d’être optimiste au moment d’entamer la seconde moitié de 2021.

Nous continuons sur une lancée vers un avenir énergétique marqué par la diversité et l’inclusion, un avenir où les pipelines continueront de transporter l’énergie dont vous avez besoin de la manière la plus sûre et la plus responsable.