Pourquoi de plus amples recherches sur la cessation d’exploitation des pipelines sont-elles nécessaires?

Lorsqu’un pipeline atteint la fin de sa durée de vie utile, on cesse son exploitation. Cela signifie que le pipeline est vidé, entièrement nettoyé, que l’on effectue des contrôles de sécurité tout le long de son parcours et qu’on retire les installations de surface.

C’est pourquoi même si le terme « cessation d’exploitation » est souvent utilisé comme synonyme de « mise à la réforme », les sociétés pipelinières ne se contentent pas de fermer le robinet et de s’en aller.

Vous seriez cependant surpris d’apprendre qu’à ce jour, très peu de pipelines de transport au Canada ont été mis à la réforme. De plus petites canalisations de collecte, d’alimentation et de distribution sont mises hors service plus fréquemment, mais pour ce qui est des canalisations de transport de large diamètre, nous avons peu d’expérience à disposition pour estimer ce que seront les impacts à long terme le long de l’emprise.

Pourquoi les pipelines mis à la réforme préoccupent les propriétaires fonciers

De nombreux agriculteurs et autres propriétaires fonciers s’inquiètent de ce qui se passera une fois que les pipelines traversant leurs terres ne seront plus exploités. Et à juste titre, étant donné les lacunes qui parsèment nos connaissances en la matière.

Leurs principales inquiétudes concernent la dégradation et l’effondrement éventuel des pipelines hors service. Cela soulève des questions telles que :

  • Lorsqu’un pipeline est mis à la réforme, la protection cathodique qui empêche la corrosion est-elle désactivée?
  • Combien de temps cela prend-il pour qu’un pipeline soit attaqué par la corrosion?
  • Que se passera-t-il à la surface une fois le pipeline corrodé?

Les propriétaires fonciers craignent également que de soudaines subsidences (un tassement ou un affaissement de terrain) n’endommagent la machinerie voire ne mettent en danger des personnes ou du bétail. Vous pouvez en savoir plus sur leurs diverses opinions à ce sujet en lisant notre enquête menée auprès des propriétaires fonciers en 2011.

La recherche nous aide à anticiper les répercussions à venir

Depuis 2013, CEPA commandite un programme de recherche sur la cessation d’exploitation des pipelines, en collaboration avec la Petroleum Technology Alliance of Canada (PTAC), qui dirige le programme.

Ce programme de recherche vise à comprendre ce qui se passe une fois un pipeline retiré de l’exploitation et à élaborer des lignes directrices afin que ce processus se déroule de façon sécuritaire, économique et écologique.

Le comité directeur à la tête du programme se compose de quatre représentants issus de sociétés membres de CEPA, d’un représentant de l’Office national de l’énergie (ONÉ) et d’un représentant de deux groupes de propriétaires fonciers : l’Union des producteurs agricoles et la Fédération canadienne de l’agriculture.

Les résultats

Jusqu’à présent, le programme a achevé plusieurs projets de recherche, et notamment :

  1. Comprendre les mécanismes de la corrosion et leurs effets sur les pipelines dont on a cessé l’exploitation
  2. Les effets du soulèvement par le gel sur les taux d’exposition des pipelines
  3. La décomposition des matériaux de revêtement des conduites pour les pipelines dont on a cessé l’exploitation
  4. Le nettoyage des pipelines dont on a prévu la cessation d’exploitation

Ces études scientifiques, au fur et à mesure qu’elles sont réalisées, nous permettent de comprendre de mieux en mieux les effets à long terme de la mise à la réforme des pipelines, nous donnant ainsi les moyens de prendre des décisions plus éclairées quant aux processus liés à la cessation d’exploitation. En fait, l’une des conclusions de la première étude mentionnée ci-dessus a révélé qu’il est nécessaire d’évaluer chacun de ces projets individuellement, du fait que diverses variables, comme la nature du sol et la profondeur à laquelle le pipeline est enfoui, peuvent considérablement influencer la vitesse à laquelle un pipeline se corrodera et le déroulement des évènements à ce moment-là. Des résultats plus détaillés sont à consulter en ligne.

Si vous désirez en apprendre davantage sur la cessation d’exploitation des pipelines, consultez ces autres billets sur le sujet :

Nous savons bien que ce n’est qu’une partie du problème. Comme Valerie l’a fait remarquer, « Les documents d’information ont un rôle à jouer, tout comme les médias sociaux. Mais en fin de compte, rien ne remplace une discussion de personne à personne. Je crois que les gens ont besoin de se familiariser avec les personnes qui sont derrière l’industrie et j’espère que cela débouchera sur une meilleure relation de confiance. »

Vous pouvez lire le reste de l’entrevue avec Valerie Roy en consultant la brochure Parlons de pipelines.