Un coup d’œil sur la culture de la sécurité de l’industrie pipelinière

La sécurité des pipelines. C’est un sujet qui revient souvent ces jours-ci. Et c’est parce qu’aux yeux de l’industrie pipelinière, c’est une priorité absolue. On instaure une culture de la sécurité solide pour protéger le public, le personnel et l’environnement. Cette culture transparait dans les matériaux utilisés pour la construction des pipelines, dans la surveillance constante et les outils d’inspection avancés qu’on utilise pour protéger l’intégrité des pipelines, ainsi que dans la réglementation minutieuse de l’industrie. Et on la retrouve également chez un personnel compétent, bien formé et soucieux de la sécurité.

Pour l’industrie pipelinière, une culture de la sécurité est obligatoire

Les sociétés membres de CEPA et les entrepreneurs qu’elles engagent attachent une grande importance à ce que tout travailleur rentre chez lui sans incident à la fin de la journée. C’est une vision qui s’intègre aux attentes en matière de culture de la sécurité telles qu’énoncées par l’Office national de l’énergie (ONÉ). Dans une prononcée à l’occasion de la Conférence internationale sur les pipelines de 2012, Gaétan Caron, président et premier dirigeant de l’ONÉ, a décrit les caractéristiques de cette culture de la sécurité.

« Une culture de sécurité digne de ce nom est une culture où l’ensemble des acteurs sont conscients des dangers connus et restent à l’affût des nouvelles menaces. C’est une culture où chaque employé est habilité à prendre des décisions sécuritaires et se voit récompensé le cas échéant. C’est une culture où les employés sont encouragés à signaler les dangers qui menacent la sécurité, y compris si ce sont eux qui ont commis l’erreur et créé un risque », a-t-il déclaré.

« Elle permet à un opérateur moins expérimenté qui a l’impression que quelque chose ne va pas d’interrompre sans hésiter l’écoulement du produit dans un pipeline, sans craindre de mesure disciplinaire à son encontre ni exiger la présence d’un supérieur pour prendre les mesures requises. Elle prévoit aussi qu’une organisation apprenne sans cesse de ses expériences et de celles des autres dans le but d’accroître la sécurité et la protection de l’environnement. C’est ce qu’entend l’Office par une culture de sécurité, et c’est à cela qu’il s’attend de la part des sociétés qu’il réglemente. »

À quoi ressemble une culture de la sécurité?

Afin d’affirmer leur engagement à l’égard d’une solide culture de la sécurité, les sociétés membres de CEPA prêtent une attention particulière à plusieurs facteurs, dont :

  • le leadership
  • la formation
  • la supervision des lieux de travail
  • la sécurité des lieux de travail
  • les mesures, pour favoriser des améliorations continues

Voici un bref descriptif de ce qu’implique chacun de ces facteurs :

Le leadership

L’importance accordée à la sécurité suppose d’émaner des plus hauts échelons de la hiérarchie pour avoir un impact réel et durable. L’équipe de direction est responsable de sensibiliser tous les employés et entrepreneurs à l’importance de la sécurité et de s’assurer que les politiques, les pratiques et les procédures sont appliquées partout, à tout moment.

Pour établir une solide culture de la sécurité, il faut veiller à ce que tout le monde, depuis le président de l’entreprise jusqu’à l’ouvrier peu expérimenté, ait conscience des risques que comporte son travail et comprenne ses responsabilités quant à sa propre sécurité et à celle des autres.

La formation

Des ouvriers qualifiés et compétents sont des ouvriers en sécurité. Tout le personnel et les entrepreneurs sont donc évalués selon les normes de certification de l’industrie avant d’être embauchés. Chaque société membre de CEPA exige également de ses ouvriers qu’ils suivent une formation propre à l’entreprise, laquelle porte sur ses protocoles, ses procédures et ses normes en vigueur.

En outre, CEPA appuie Enform, une organisation à but non lucratif qui offre des services de formation, des directives, des outils de certification et des renseignements sur les pratiques recommandées par l’industrie dans le but d’aider les entreprises à améliorer leurs pratiques en matière de sécurité. Selon Cameron MacGillivray, président et chef de la direction d’Enform, cet organisme joue le rôle d’association de la sécurité pour le secteur amont de l’industrie pétrolière et gazière et collabore avec l’industrie pipelinière et les organismes de réglementation sur les questions qui relèvent du domaine de la sécurité.

« Enform collabore avec l’industrie pipelinière afin de lui fournir des programmes de sécurité, dont bon nombre font office de normes au Canada et à l’étranger. Par ailleurs, Enform a collaboré avec le secteur pipelinier à l’élaboration de programmes de formation sur mesure répondant à des besoins uniques. L’ensemble de ces activités a pour but de promouvoir et de maintenir une solide culture de sécurité dans l’industrie », a-t-il déclaré.

« Et tout en collaborant avec l’industrie à l’amélioration continue de sa performance en matière de sécurité, nous maintenons également un dialogue franc avec les organismes de réglementation, ce qui nous permet d’engager d’importantes discussions sur le plan de la sécurité et sur les pratiques exemplaires de l’industrie. »

En fin de compte, tout ceci met en évidence une chose : un engagement à l’égard de la sécurité, qui s’étend à tous ceux et celles impliqués dans le secteur des pipelines, et bien au-delà.

« L’objectif que nous nous efforçons d’atteindre est l’élimination de tout accident et blessure liés au travail dans l’industrie pétrolière et gazière du Canada. Lorsque, à n’importe quel niveau, les travailleurs possèdent les connaissances, la certification et la formation nécessaires pour effectuer leur travail en toute sécurité, ils sont en mesure de prendre des décisions qui favorisent avant tout la sécurité. La sécurité est notre priorité et de concert avec nos partenaires de l’industrie, nous nous sommes engagés à garantir la sécurité des travailleurs. C’est aussi l’occasion de promettre aux Canadiens et aux Canadiennes que l’industrie est résolue à effectuer ses activités d’une façon qui protège les ouvriers, l’environnement et le public. »

La supervision des lieux de travail

Un ferme engagement en faveur de la sécurité commence par un solide leadership. Pour les sociétés membres de CEPA, il est de la plus haute importance de placer un superviseur compétent sur chaque site de travail. Ces personnes qualifiées assurent la mise en œuvre des exigences réglementaires et des politiques de la société et veillent à ce que tous les travailleurs se conforment aux procédures sécuritaires dans le cadre de leur travail quotidien.

Des lieux de travail sécuritaires

Les membres de CEPA sont résolus à ce que tous les lieux de travail respectent voire surpassent les exigences réglementaires en matière de sécurité et les pratiques recommandées par l’industrie. Pour atteindre cet objectif on accorde une grande priorité aux facteurs suivants :

  • un équipement en état de marche et bien entretenu
  • le matériel d’urgence et les instructions de sécurité
  • l’équipement de protection personnelle (EPP) de chaque travailleur

Les travailleurs sont aussi formés et encouragés à refuser les travaux risqués.

Des mesures et des améliorations continues

Les membres de CEPA recueillent toute une série d’indicateurs afin de mesurer la performance du personnel en matière de sécurité et de déterminer les domaines à améliorer.


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 110 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2011, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.