Point de vue d’un critique des pipelines : CEPA parle au Pipeline Safety Trust

Carl-Weimer

Carl Weimer, directeur administratif du Pipeline Safety Trust et membre du Comité consultatif externe (EAP) de CEPA

Carl Weimer est membre du Comité consultatif externe (EAP) de CEPA et directeur administratif de Pipeline Safety Trust, groupe de défense américain formé après que trois personnes aient été tuées dans une explosion de pipeline à Bellingham, dans l’État de Washington en 1999. À titre de critique des pipelines et membre du comité EAP, M. Weimer travaille avec CEPA pour partager ses points de vue et préoccupations au sujet du secteur pipelinier. Pour en savoir plus sur comment CEPA est à l’écoute des critiques dans le cadre du Comité EAP, lisez le billet de cette semaine.

Voici le texte intégral de l’interview de M. Weimer :

1. Pour quelle raison avez-vous choisi de devenir membre du Comité consultatif externe de CEPA (EAP)?

J’ai choisi de devenir membre du Comité pour quatre raisons. Principalement parce que je voulais m’assurer que les citoyens concernés étaient bien représentés au Comité et que les leçons tirées aux États-Unis seraient partagées avec les autres membres du Comité et CEPA. Je crois aussi qu’en étant membre, j’apprendrai mieux ce que la haute direction des pipelinières pense de la sécurité, et comment ces sociétés entendent mettre leurs idées en œuvre. C’est aussi une excellente occasion de parler directement aux dirigeants des grandes pipelinières sans devoir passer par les divers niveaux des relations publiques ou gouvernementales. Enfin, j’espère que je pourrai en apprendre plus sur l’exploitation des pipelines et la réglementation canadienne qui pourrait être supérieure à celle des États-Unis; je pourrais donc utiliser ces pratiques exemplaires à l’avenir.

2. Qu’attendez-vous de votre participation au Comité en termes de sécurité pipelinière autant au Canada qu’aux États-Unis?

Je crois que ce n’est que lorsque les citoyens, l’industrie et les organismes de réglementation sont prêts à aborder les conflits qui nous séparent à l’heure actuelle, à discuter de ces conflits et à les régler de manière constructive que nous pourrons vraiment faire confiance à la sécurité des pipelines. Pour régler les nombreux conflits actuellement en jeu, il faudra que beaucoup plus d’information soit mise à la disposition des citoyens et des gouvernements locaux. Le Pipeline Safety Trust jouit d’un certain succès aux États-Unis et a réussi à obtenir une grande transparence de l’information sur les pipelines; il semble que ce soit là un aspect où le Canada a du rattrapage à faire. S’il y a une chose que ma participation au Comité puisse accomplir, j’espère que ce sera une plus grande transparence de l’information au Canada.

3. Quelle a été votre expérience avec le secteur canadien jusqu’à maintenant?

Mon expérience personnelle avec le secteur canadien a été positive. À la fois CEPA et les sociétés individuelles ont dit vouloir de solides engagements envers la sécurité, ainsi qu’une ouverture et une transparence. Bien que je n’aie aucun conflit avec les sociétés canadiennes, on entend presque tous les jours des histoires de conflit aux nouvelles où les gestes des sociétés semblent contraires aux engagements pris dans les principes de Priorité intégrité de CEPA. L’écart apparent entre les engagements de la politique Priorité intégrité et ce que l’on rapporte dans les nouvelles, ou ce que les citoyens locaux disent, devrait faire l’objet d’une résolution de conflit qui pourrait aider à gagner une vraie confiance.

4. Pour quelle raison avez-vous choisi de travailler directement avec l’industrie pour améliorer la sécurité pipelinière?

Pipeline Safety Trust travaille avec les diverses parties prenantes qui, à son avis, désirent faire progresser la sécurité pipelinière. Le secteur industriel en question est la voie la plus directe pour opérer un changement significatif étant donné que c’est l’industrie qui possède, maintient et exploite les canalisations. Si l’industrie décide d’apporter des changements, elle peut le faire beaucoup plus rapidement qu’en essayant d’obtenir ces mêmes changements par l’entremise de règlements gouvernementaux ou de pressions exercées par le public.


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2013, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.