Pipelines et cours d’eau: se préparer à une inondation

En juin 2013, les Canadiens ont vu les eaux de crue détruire des autoroutes, des ponts et des maisons à travers l’Alberta. Les inondations posent un sérieux risque pour la sécurité d’une communauté et les infrastructures essentielles, comme les canalisations.

Bien que l’infrastructure pipelinière soit enfouie sous terre, les inondations présentent des risques pour les canalisations surtout lorsque celles-ci franchissent des cours d’eau. C’est pourquoi les pipelinières cherchent continuellement à mieux se préparer et intervenir en cas d’inondations.

« Beaucoup de sociétés confinent (arrêtent le flot dans une section de la conduite) et purgent les canalisations dès qu’elles constatent l’arrivée de tels événements », explique M. Colin Gagné, vice-président des services de pipeline à SECURE Energy Services, société qui travaille avec les opérateurs à l’intégrité des pipelines aux franchissements de cours d’eau.

Dans le billet de la semaine dernière, M. Gagné a parlé des cinq précautions que les sociétés prennent pour éviter que les pipelines soient exposés ou endommagés aux franchissements de cours d’eau.

Cette semaine, M. Gagné nous explique comment les pipelinières se préparent en cas de grandes crues comme des inondations.

Surveiller les cours d’eau à partir des salles de contrôle des pipelines

Les sociétés surveillent chacun de leurs pipelines 24 heures par jour et sept jours par semaine à partir de salles de contrôle très élaborées (PDF). M. Gagné explique que ces centres de contrôle peuvent maintenant accéder, en temps réel, aux données sur le débit des cours d’eau près des canalisations. Les pipelinières savent que les eaux impétueuses de crue peuvent creuser la terre (phénomène appelé affouillement) ou autre matériau protecteur couvrant le pipeline de sorte que lorsque l’eau atteint un certain niveau, les sociétés prennent des mesures proactives pour prévenir un incident.

« Lorsque nous constatons un seuil, nous fermons la canalisation par mesure de précaution pour éviter l’affouillement (sous le pipeline) et l’exposition ou le risque d’exposition de celle-ci », dit M. Gagné.

À partir du centre de contrôle, la société peut fermer ou isoler une section de la canalisation au moyen de vannes de sectionnement qui sont installées de chaque côté du cours d’eau à franchir si l’intégrité de la canalisation est en danger.

De quelle manière les sociétés déterminent-elles la quantité d’eau qui peut présenter un danger pour l’intégrité du pipeline? C’est là que la modélisation entre en jeu.

La technologie aide les sociétés à se préparer aux inondations

Gagné explique que les sociétés peuvent utiliser un logiciel de modélisation élaboré pour les aider à prédire la fréquence des inondations et, le cas échéant, l’affouillement du lit et des rives du cours d’eau aux endroits de franchissement par le pipeline. Pour créer ces modèles, les sociétés déterminent la topographie, l’inclinaison et la forme du cours d’eau, puis elles utilisent de l’information sur le débit actuel et historique du cours d’eau et sur la stabilité des rives pour les aider à prédire l’effet de l’inondation sur le pipeline.

« À partir de la profondeur du pipeline, on peut établir, au moyen de la modélisation, la quantité d’eau nécessaire pour exposer la conduite », dit M. Gagné.

La modélisation aide aussi les sociétés à se préparer à une situation d’urgence, comme une fuite, puisqu’elles peuvent ainsi déterminer l’endroit où placer l’équipement en vue de l’intervention la plus rapide et la plus efficace.

« En modélisant les événements et en examinant les modèles de terrain, nous pouvons déterminer l’endroit où le débit coulera dans le cas d’un événement (ou d’une fuite) », dit M. Gagné. « Nous plaçons ensuite l’équipement d’intervention aux endroits indiqués. »

Assurer la sécurité des pipelines

Les sociétés membres de CEPA exploitent environ 115 000 kilomètres de canalisation au Canada. Entre 2002 et 2013, la fiche de sécurité de ces sociétés était de l’ordre de 99,999 pour cent pour toutes ces canalisations. Elles ont réussi grâce à une surveillance et maintenance rigoureuse et en travaillant de manière à réduire les dangers pouvant présenter des risques pour l’intégrité des pipelines.

Pour en savoir plus sur la manière dont les sociétés assurent la sécurité des pipelines, lire cette fiche technique (PDF).


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2013, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.