Pipelines et cours d’eau : cinq moyens d’en assurer la sécurité

Avec plus de 8 500 cours d’eau traversant le pays, les autoroutes de l’énergie du Canada doivent parfois passer sous des cours d’eau afin de livrer les produits de pétrole que les Canadiens utilisent tous les jours.

Les pipelinières prennent des précautions additionnelles lorsque les canalisations doivent franchir des cours d’eau (appelés franchissements de cours d’eau) afin que la géologie toujours changeante du cours d’eau n’ait pas d’effet sur le pipeline enfoui en dessous. En protégeant la canalisation du cours d’eau, les sociétés protègent aussi le cours d’eau du produit qui circule à l’intérieur de la canalisation.

«  Nous voulons être sûrs, en cas d’exposition de la canalisation, que celle-ci a des caractéristiques spéciales lui permettant de résister à ces forces additionnelles », explique Colin Gagné, vice-président des services de pipelines à SECURE Energy Services, une société qui travaille avec des exploitants à l’intégrité des pipelines aux franchissements de cours d’eau.

Gagné a partagé ses connaissances spécialisées sur cinq moyens que les pipelinières utilisent pour assurer la sécurité des canalisations aux franchissements de cours d’eau (PDF).

Profondeur du pipeline

Gagné explique que la première et meilleure ligne de défense contre des dommages aux pipelines est « l’épaisseur de la couverture », c’est-à-dire qu’il faut enfouir la canalisation bien en dessous de la surface afin que l’affouillement du lit du cours d’eau ne la touche pas.

«  Grâce aux nouvelles techniques de construction, dont par exemple le forage directionnel horizontal, nous pouvons poser des canalisations à une plus grande profondeur qu’auparavant. Nous pouvons les poser à presque 50 pieds », explique M. Gagné en précisant que seule une inondation très rare et considérable pourrait avoir un impact sur une canalisation enfouie aussi profondément dans le sol.

Épaisseur du pipeline

Gagné fait remarquer que les canalisations qui franchissent les cours d’eau sont parfois de 30 à 50 pour cent plus épaisses que les conduites utilisées pour le reste du tracé.

«  L’épaisseur additionnelle de la paroi nous aide à contenir le produit à l’intérieur du pipeline et à protéger l’intégrité de la canalisation », dit-il.

Revêtements spéciaux 

Gagné explique qu’afin de prévenir les dommages causés par les roches et les débris dans le sol et dans l’eau motrice, les sociétés utilisent des revêtements spécialisés pour les pipelines qui résistent aux chocs et à l’abrasion et qui sont extrêmement durables.

«  Nous savons que des roches se déplaceront contre la paroi du pipeline, et nous voulons en prévenir les dommages autant que possible. Pour cela, nous utilisons un revêtement résistant aux chocs », dit M. Gagné.

Vannes de sectionnement

Les sociétés utilisent des vannes de sectionnement de chaque côté du franchissement afin de pouvoir fermer ou isoler cette section si son intégrité risque d’être compromise. M. Gagné explique que ces vannes de sectionnement sont contrôlées à distance.

«  Si les centres de contrôle de l’exploitation des canalisations constatent quelque chose d’anormal, ils peuvent fermer ces vannes à distance et accélérer le temps de réponse à un événement potentiel », précise-t-il.

Protection mécanique 

«  L’autre option dont nous disposons consiste à prévoir une protection mécanique, telle que l’enrochement ou un revêtement de béton au franchissement même », dit M. Gagné.

Gagné dit que les sociétés placent parfois des roches le long de la rive et posent un lit en béton dessus pour prévenir l’érosion.

CEPA3

Roches et autres matériaux servent à prévenir l’érosion. (Photo de SECURE Energy Services)

Si vous désirez en savoir plus sur comment les sociétés protègent l’intégrité des pipelines aux franchissements de cours d’eau, consultez les billets suivants :


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2012, ces autoroutes de l’énergie ont acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquéfié et 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés principalement en Amérique du Nord.