Perturber le bon fonctionnement des pipelines met le public en danger

Les pipelines sont des systèmes sécuritaires et complexes qui font partie du réseau d’infrastructures indispensables, au même titre que les lignes électriques, les aéroports et les routes. Il est extrêmement dangereux de saboter une infrastructure ou des services publics, non seulement pour le ou les individus à l’origine des dommages, mais aussi pour les collectivités environnantes, le public et l’environnement. Dans le secteur des pipelines, la fermeture non autorisée ou non planifiée d’une vanne ou l’endommagement d’une canalisation avant qu’elle ne soit dans le sol entraîne de sérieux risques.

C’est un grave problème de sécurité. Parce que les membres de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) ont placé la sécurité en tête de leurs priorités, ils traitent tous les problèmes qui présentent des risques pour les pipelines et la sécurité des collectivités (comme les sabotages) et instaurent des plans visant à les atténuer. Par conséquent, chaque fois qu’un sabotage a été signalé, les exploitants pipeliniers sont rapidement intervenus et ont géré l’incident en toute sécurité.

Plusieurs sabotages importants ont fait les gros titres ces dernières années. En 2011, un pipeline de Canadian Natural Resources a été vandalisé près de la frontière entre l’Alberta et la Colombie-Britannique, provoquant une fuite de milliers de litres de pétrole. En 2016, des activistes ont fermé les vannes de cinq pipelines en vue de perturber la circulation du pétrole en Amérique du Nord. Un autre activiste a percé un tronçon de canalisation au chalumeau.

Non seulement ces incidents sont dangereux, ils sont absurdes.

Dans la plupart des cas, les activistes et les groupes qui commettent ces méfaits le font pour sensibiliser la population à leurs convictions, qu’il s’agisse d’environnement ou de sécurité. Toutefois, saboter un pipeline entraîne des conséquences diamétralement opposées à leur intention initiale, car ils provoquent des situations qui peuvent donner lieu à des déversements ou d’autres problèmes, créant en définitive des risques pour la société et entravant les efforts déployés par l’industrie pour transporter en toute sécurité l’énergie dont dépend quotidiennement la population canadienne.

CEPA et les exploitants des pipelines de transport du Canada respectent le droit à la liberté de parole et de protestation des Canadiens et partagent la conviction que nous sommes chanceux de vivre dans un pays où nous avons tous le droit d’exprimer nos préoccupations. Mais c’est la sécurité qui prime, et lorsque les gens choisissent de protester, ils doivent le faire légalement et sans danger, de sorte à ne pas mettre en péril le public, l’environnement et l’infrastructure énergétique indispensable du Canada.

Les membres de CEPA se sont engagés à approvisionner la population canadienne en énergie de la façon la plus sûre et responsable, ce qui suppose de protéger les pipelines de transport et le rôle crucial qu’ils jouent dans l’économie canadienne et la vie quotidienne des citoyens. En fait, les membres de CEPA améliorent continuellement leurs protocoles de sûreté et de sécurité, notamment en se protégeant contre les cybermenaces et en collaborant avec les premiers intervenants.

Découvrez comment les membres de CEPA veillent scrupuleusement à la surveillance et à la protection des pipelines.