Oui, nous avons écrit une lettre au gouvernement fédéral …

Parfois, une lettre n’est rien d’autre qu’une lettre.

Au cours des deux dernières semaines, une lettre (en anglais) que nous avons cosignée avec l’Association canadienne des producteurs pétroliers, l’Association canadienne du gaz et l’Institut canadien des produits pétroliers (à présent nommé Association canadienne des carburants) a fait beaucoup de bruit dans les médias.

Cette lettre, envoyée en décembre 2011 au gouvernement du Canada, donnait des suggestions à ce dernier et lui fournissait des données et des renseignements sur les réformes réglementaires ciblant les industries canadiennes.

Elle ne décrivait pas notre projet de réécrire les lois canadiennes.

Elle n’avait pas pour but d’assurer que les intérêts de notre industrie seraient considérés avant ou au détriment des autres.

Et elle n’avait rien de secret.

Les lettres de ce genre illustrent le rôle que nous jouons dans le procédé démocratique du Canada. Purement et simplement.

Nous n’avons rien à cacher et nous n’avons rien fait de mal. Le lobbyisme est un procédé légitime – et démocratique. Nous sommes des lobbyistes enregistrés auprès du gouvernement fédéral et nos interactions avec ce dernier sont versées au dossier public.

Nos sociétés membres nous ont donné mandat pour faire valoir leurs intérêts en ce qui concerne les questions importantes ayant un impact sur l’industrie dans son ensemble. En règle générale, le gouvernement s’adresse à nous pour obtenir l’information qui l’aidera à apporter des changements à la législation applicable. Nous lui fournissons ensuite des informations factuelles qu’il prend en délibéré. Il appartient au gouvernement de décider de la valeur de cette information. Certaines de nos recommandations sont acceptées – d’autres ne le sont pas.

Voici donc la simple vérité : nous ne pouvons pas imposer de changements aux lois canadiennes et nous n’essayons pas d’y parvenir. Nous fournissons simplement des faits basés sur ce qu’indiquent nos données et notre recherche. Il n’y a pas de complot.


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés de pipelines de transport qui exploitent 110 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2011, les sociétés membres de la CEPA ont transporté environ 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel et 1,2 milliard de barils de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés. Les sociétés membres de la CEPA transportent 97 pour cent de la production quotidienne de gaz naturel et de pétrole brut des régions productrices vers les marchés d’Amérique du Nord.