Objectif neutralité carbone : transformer l’air chaud des pipelines en électricité propre

Le gouvernement fédéral canadien aspirant à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, l’industrie des pipelines de transport innove afin de réduire son empreinte carbone. Des idées créatives, des technologies révolutionnaires et un mouvement en faveur d’un avenir énergétique plus propre changent la façon dont le Canada produit et achemine son énergie.

L’un de ces projets innovants, fruit d’une collaboration entre TC Énergie et Siemens Energy, prend actuellement forme dans le sud de l’Alberta.

Convertir la chaleur résiduelle en énergie

TC Énergie se sert d’énormes turbines, qui ressemblent à celles des moteurs d’avions à réaction, pour déplacer le gaz naturel dans son réseau de pipelines. Celui-ci achemine plus de 25 % de l’approvisionnement quotidien en gaz naturel en Amérique du Nord.

Le nouveau projet exploitera la chaleur produite par une turbine à gaz de l’une des stations de compression de TC Énergie pour générer de l’électricité. Il s’agira de la première unité de récupération de la chaleur résiduelle à usage commercial dans le monde.

L’énergie produite permettra d’alimenter plus de 10 000 foyers et de compenser chaque année 44 000 tonnes de gaz à effet de serre, ce qui revient à retirer plus de 9 000 véhicules de la circulation.

Qu’est-ce qui rend cette installation unique?

Ce type d’installation est une première, car le procédé employé fait appel à un liquide appelé « dioxyde de carbone supercritique » (sCO2) pour convertir la chaleur résiduelle en énergie. Ainsi, plus besoin d’eau ni de vapeur, que l’on utilise habituellement dans les systèmes de récupération de la chaleur résiduelle.

L’utilisation du sCO2 comporte plusieurs avantages, notamment :

  • Une réduction de l’empreinte carbone de 25 à 40 % par rapport aux systèmes à vapeur;
  • Une augmentation de 10 % de l’efficience du système de compresseur;
  • La capacité de produire de l’électricité propre, c’est-à-dire exempte d’émissions.

De surcroît, le système est compact et peut facilement être adapté à un vaste éventail de sources de chaleur, sans perturber l’exploitation du site.

Ce projet unique a été salué et partiellement financé par l’organisme Emissions Reduction Alberta. Il s’agit de l’un des 11 projets lancés par l’organisme dans le cadre de son Industrial Efficiency Challenge, un défi qui vise le déploiement de nouvelles technologies pour réduire les émissions et baisser les coûts d’exploitation des industries albertaines.

Accroître l’emploi de la technologie pour réduire les émissions

L’installation dans le sud de l’Alberta est un projet pilote qui devrait être achevé vers la fin de l’année 2022. TC Énergie, qui s’est engagée à mettre en œuvre des solutions énergétiques durables afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, envisage déjà d’employer cette technologie dans d’autres stations de compression.

Étant donné que l’entreprise possède plus de 400 stations de compression partout en Amérique du Nord, cette initiative représente l’occasion rêvée de réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en générant de l’énergie propre au profit des collectivités.

Améliorer les choses

L’industrie canadienne des pipelines de transport ne produit que 1 % des émissions totales du pays, mais toute réduction des émissions, aussi infime soit-elle, compte. Cette installation de récupération de l’énergie résiduelle illustre ce que font les entreprises de pipelines canadiennes lorsqu’elles investissent dans des technologies d’avant-garde pour améliorer les choses. Leur but ultime : bâtir un avenir énergétique meilleur, plus propre et plus responsable pour le Canada et le reste du monde.