Mois des excavations sécuritaires : la Saskatchewan collabore avec des agriculteurs afin de protéger le public et les pipelines

Avril est le Mois des excavations sécuritaires, l’occasion d’attirer l’attention sur l’importance des méthodes d’excavations sûres autour des pipelines et autres infrastructures souterraines. Les billets de ce mois présenteront donc plusieurs façons dont les membres de CEPA collaborent avec le public et différentes industries en vue d’assurer la sécurité de leurs canalisations.

On considère la Saskatchewan comme le grenier du Canada, et à juste titre. La province abrite en effet 34 000 fermes et 36,7 millions d’acres de terres en culture (plus que l’Alberta et le Manitoba combinés). C’est le plus important producteur de blé au Canada et le principal exportateur mondial de pois, de lentilles, de graines de moutarde et d’autres produits.

La Saskatchewan possède également des milliers de kilomètres de canalisations de transport de gaz naturel, la plupart étant enfouies en dessous de terres agricoles. Les agriculteurs et les éleveurs croisent souvent des pipelines, ce qui peut les mettre en danger faute de suivre les lignes directrices et les méthodes recommandées en matière d’excavation sécuritaire.

Pour cette raison, les exploitants de pipelines ont mis sur pied de vastes programmes de sensibilisation du public, qui visent à ce que chacun comprenne les règles et sache comment creuser en toute sécurité sur ses terres. Les règles en question peuvent s’avérer compliquées, car il existe différents types de pipelines, donc différents règlements à suivre.

TransGas, une filiale de la société d’État SaskEnergy, exploite plus de 15 000 kilomètres de canalisations de transport de gaz à haute pression ainsi que des installations de stockage et des stations de compression dans toute la province. L’entreprise dispose d’un programme exhaustif de prévention et de sensibilisation du public, qui comprend des visites en personne et des courriers aux propriétaires fonciers partout en Saskatchewan. Une grande partie de ce travail cible les agriculteurs, qui doivent souvent creuser le sol pour diverses raisons, notamment pour construire des clôtures et des routes, creuser des étangs-réservoirs et des fossés de drainage, et enfouir des roches.

« De nombreux agriculteurs disposent de rétrocaveuses et de bulldozers, et il leur est donc très facile d’entreprendre des travaux d’excavation », a expliqué Graham Biletski, coordinateur principal de la prévention des dommages pour SaskEnergy. « Ils peuvent avoir l’impression de bien connaitre leur terrain, y compris ce qu’il y a en dessous, mais la réalité est parfois différente. Par conséquent, nous voulons faire en sorte non seulement qu’ils sachent où se situent les conduites de services publics, mais également qu’ils connaissent les bonnes pratiques à suivre afin de creuser en toute sécurité à proximité. »

Il y a quatre ans, suite à une augmentation des incidents découlant de dommages causés par des tiers à des infrastructures enfouies, le gouvernement de la Saskatchewan a modifié ses règlements relatifs à la prévention des dommages. Plusieurs changements ont été effectués afin de renforcer la sécurité du public, d’encourager les excavations sécuritaires et de s’aligner sur les pratiques exemplaires de l’industrie.

Selon M. Biletski, les modifications réglementaires adoptées et les programmes de prévention des dommages tels que celui de TransGas constituent des efforts considérables afin de protéger les milliers d’agriculteurs et de propriétaires fonciers ruraux de la province et de veiller à ce qu’ils comprennent les répercussions des excavations risquées.

« Si on commet une erreur et qu’on perturbe le bon fonctionnement des conduites de gaz souterraines, cela pourrait causer des fuites d’huile, fissurer la canalisation, interrompre le service vers une maison, voire une collectivité entière, occasionner des dommages coûteux à l’équipement, ou même donner lieu à de graves blessures, a affirmé M. Biletski. C’est pour ça qu’il est très important de demander à faire localiser l’emplacement des canalisations enfouies en communiquant avec le service Cliquez avant de creuser ou Sask 1st Call avant d’entamer les travaux. »

Endommager une conduite de gaz peut également s’avérer coûteux. Si une canalisation de TransGas est fissurée au cours de travaux non autorisés, le contrevenant pourrait devoir payer pour les dommages causés au pipeline et aux biens de tiers, et ce jusqu’à 150 % des frais totaux. Entre le gaz perdu, les réparations et les coûts liés à la remise en service du système, la facture pourrait s’élever à plusieurs centaines de milliers de dollars.

M. Biletski assure cependant que tous ces efforts portent leurs fruits. Les travaux non autorisés autour de conduites de transport sont passés de 29 en 2019 à neuf en 2020, l’objectif étant d’atteindre un chiffre de zéro.

« Ce devrait être la même chose que pour les ceintures de sécurité, les lunettes de protection et l’abstention d’alcool au volant : il faut un changement de culture, a déclaré M. Biletski. Effectuer une demande de localisation n’a rien de compliqué. »

Que vous prévoyiez de creuser une tranchée dans votre exploitation agricole ou de planter un arbre dans votre jardin en ville, il est important de Cliquer avant de creuser.

Nous tenons à remercier Graham Biletski, coordinateur principal de la prévention des dommages à SaskEnergy et TransGas, pour son aide dans la rédaction de cet article.