Lorsqu’il se produit un déversement de pipeline…

Les déversements de pipelines sont très rares. Ce sont des incidents que tout le monde s’efforce d’éviter, à commencer par les sociétés pipelinières. Les déversements peuvent coûter très cher et s’ils ne sont pas correctement circonscrits ou nettoyés, ils risquent de nuire à l’environnement.

Nous savons que de tels incidents peuvent se produire. Dans un tel cas, toutes les mesures possibles sont prises pour assurer le nettoyage immédiat du produit déversé.

Les pipelines affichent un bilan de sécurité de 99,999 %, mais ça ne suffit pas. Lors d’une entrevue menée en septembre dernier avec Alberta Venture, Russ Girling, chef de la direction de TransCanada, a souligné que l’industrie pipelinière dans son ensemble doit absolument prendre les mesures nécessaires pour faire mieux.

« L’industrie doit réagir et doit faire preuve de compréhension. De tels incidents ne devraient pas se produire. S’ils se produisent, on s’attend à une intervention professionnelle, immédiate et complète. Je pense que cela n’a pas été le cas dans toutes les situations, » a-t-il dit.

« Naturellement, ce sont les cas mal gérés qui portent atteinte à la confiance qui nous est accordée, et, peu importe, qu’il s’agisse de TransCanada ou d’une autre société, nous sommes tous mis dans le même sac. Notre industrie doit s’améliorer et s’assurer que tous ceux qui y participent observent les mêmes normes et que ces normes s’élèveront. »

Franc-parler – les faits sur l’intervention en cas de fuites de pipeline

Rien dans la vie n’est sans risque. Cela s’applique aussi aux choix d’énergie. Il arrive aux moulins à vent de tuer des oiseaux; les cœurs des réacteurs nucléaires comportent un risque de fusion; les défaillances des panneaux solaires peuvent être une cause de gaspillage. Nous consommons de l’énergie et nous devons donc choisir la façon de nous procurer cette énergie.

Étant donné l’état actuel de la technologie, les combustibles fossiles demeurent notre choix principal. Ceci peut et va changer, mais jusqu’à ce que cela se produise, les pipelines demeurent le meilleur moyen et le plus sûr d’acheminer ces combustibles.

Assez de battage – passons aux faits.

Fait – l’industrie pipelinière du Canada est rigoureusement réglementée.

Fait – les sociétés pipelinières sont responsables du nettoyage des déversements et de l’atténuation des dégâts. C’est leur devoir!

Fait – les sociétés pipelinières emploient certains des meilleurs scientifiques et ingénieurs au monde afin d’assurer la protection des populations, de l’eau et de l’environnement en cas de déversement.

Fait – lorsqu’il se produit un déversement, il incombe à la partie tenue responsable de payer les frais.

Fait – l’Office national de l’énergie a instauré plusieurs règlements qui dictent aux sociétés pipelinières la façon de se préparer pour les déversements éventuels de pipelines et d’intervenir en cas de fuite. Ces règlements comprennent entre autres la mise en place d’un plan d’intervention d’urgence, le maintien d’un manuel de procédures d’urgence régulièrement mise à jour, dont un exemplaire est déposé auprès de l’Office national de l’énergie, et le maintien d’un programme de formation continue s’appliquant à toutes les personnes impliquées dans l’intervention en cas de déversement.

Ce sont là les simples faits. Voyons maintenant quelles mesures prennent les sociétés pipelinières en cas de déversement.

Elles déterminent avant tout le moyen le plus sûr d’effectuer une intervention d’urgence tout en circonscrivant simultanément la fuite et en réduisant le risque qu’elle pose pour le public et l’environnement. À cette fin, l’on suit les étapes suivantes :

  • Protection de la propriété – ceci inclut l’évaluation de la proximité de la fuite avec les résidents.
  • L’identification et la gestion du site.
  • L’évaluation des dangers et des risques – ceci comprend les préoccupations environnementales telles que la proximité de la fuite avec les cours d’eau et la faune, la météo ainsi que le type, la quantité et le comportement des hydrocarbures déversés.
  • La sélection des vêtements et du matériel de protection appropriés.
  • La gestion de la coordination de l’information et des ressources.
  • La mise en œuvre des objectifs de l’intervention.
  • La décontamination.
  • Le nettoyage du site.

Advenant qu’une entreprise, y compris nos sociétés membres, ne se conforme pas à ce procédé, elle sera tenue responsable et sa non-conformité lui coûtera cher sur le plan financier, fera du tort à sa réputation et elle risquera de perdre sa licence d’exploitation et/ou son acceptabilité sociale. Les communautés ne veulent pas sur leurs terres d’entreprises qui ne respectent pas les règles. La CEPA et ses sociétés membres le comprennent et sont entièrement d’accord.

Les pipelines de transport canadiens fonctionnent en toute sécurité et de façon fiable depuis des décennies, mais il est toujours possible de se perfectionner. S’il se produit un déversement, nos sociétés membres en sont responsables. Et nous prenons cela très au sérieux, car nous avons pour objectif de réduire les incidents à zéro.