L’industrie pipelinière collabore à la protection des infrastructures essentielles du Canada

Les pipelines jouent un rôle majeur dans la vie quotidienne des Canadiens. Nous dépendons de l’énergie qu’ils transportent pour chauffer nos maisons, alimenter nos véhicules et stimuler notre économie. En raison de cette fonction importante, les pipelines figurent sur la liste des infrastructures essentielles du Canada.

Qu’entend-on par infrastructure essentielle?

Dans son ouvrage intitulé « Stratégie nationale sur les infrastructures essentielles », le gouvernement du Canada définit les infrastructures essentielles de la façon suivante :

On entend par infrastructures essentielles l’ensemble des processus, des systèmes, des installations, des technologies, des réseaux, des biens et des services nécessaires pour assurer la santé, la sûreté, la sécurité ou le bien-être économique des Canadiens et des Canadiennes ainsi que l’efficacité du gouvernement.

Les dix secteurs des infrastructures essentielles comprennent :

  • Énergie et services public
  • Finances
  • Alimentation
  • Transport
  • Gouvernement
  • Technologies de l’information et de la communication
  • Santé
  • Eau
  • Sécurité
  • Secteur manufacturier

Individuellement, chacun de ces secteurs joue un rôle fondamental dans la vie quotidienne des Canadiens. Ensemble, ils constituent le cadre de notre société. La perturbation de n’importe quel secteur de ces infrastructures pourrait avoir de graves conséquences sur la vie des Canadiens.

La protection, la maintenance et l’amélioration des infrastructures essentielles du Canada exigent la collaboration des gouvernements provinciaux, municipaux et du fédéral, ainsi que celle des parties prenantes du secteur privé et de la société civile.

Le sommet sur les infrastructures essentielles 2012

Le 1er octobre 2012, la CEPA, en collaboration avec l’Association canadienne du gaz (ACG), a accueilli le sommet sur les infrastructures essentielles 2012. Le sommet a réuni les décideurs de haut niveau du gouvernement et de l’industrie ainsi que les représentants des dix secteurs des infrastructures essentielles. Cet événement a été un forum national de discussion sur la collaboration des parties prenantes visant à assurer un avenir positif aux infrastructures essentielles du Canada.

« Plus de cent représentants du gouvernement et de l’industrie – parmi lesquels d’autres commanditaires/parties prenantes tels que l’ACPP, Consulting Engineers of Alberta (CEA), l’Association canadienne de normalisation (CSA), l’Alliance canadienne pour un terrain d’entente (CCGA), l’ONÉ, Sécurité publique Canada et RNCan – se sont réunis pour parler de la prévention des dommages, de la cybersécurité, de la résilience et de la mise sur pied de plans d’urgence ainsi que des besoins en communication proactive, » a déclaré Jim Tweedie, Directeur de l’exploitation, de la sécurité et de la gestion de l’intégrité de l’ACG.

« Au cours de cette journée, les participants ont acquis une meilleure connaissance des défis et des opportunités de grande envergure que doivent relever l’industrie et le gouvernement pour rester vigilants, ainsi qu’une idée du large éventail des questions d’intérêt commun pour les parties prenantes et une appréciation du besoin de poursuivre le dialogue. Tous les organisateurs se réuniront au cours des prochaines semaines pour discuter de la suite, mais quelles que soient les décisions du groupe dans son ensemble, la CEPA et l’ACG poursuivront leur collaboration en ce qui concerne leurs programmes de sécurité et de gestion de l’intégrité. »

Pour les sociétés canadiennes de distribution de gaz naturel et de pipelines de transport, ce sommet illustre la résolution prise par l’industrie de tenir des discussions sérieuses et suivies avec le gouvernement et les organismes de réglementation sur divers sujets tels que les normes de sécurité, les meilleures pratiques de l’industrie et les technologies émergentes.

Dans le cadre d’un communiqué de presse, l’honorable Vic Toews, ministre de la Sécurité publique, a loué le sommet et félicité ses organisateurs d’avoir réuni les parties prenantes des secteurs privé et public.

« Je désire remercier les organisateurs d’avoir réuni ce groupe divers de parties prenantes dans le but de discuter des opportunités d’amélioration continue dans les domaines de la sécurité, de la protection et de la résilience de nos infrastructures essentielles, » a-t-il déclaré.

« Une telle collaboration est la clé du maintien de la sécurité de nos infrastructures essentielles et notre gouvernement tire donc une grande fierté de son étroit partenariat avec les provinces, les territoires et le secteur privé. »

La priorité pour l’industrie pipelinière : zéro fuite

Les pipelines sont le moyen le plus sûr, le plus fiable et le plus efficace de transporter du pétrole brut et du gaz naturel par voie de terre. Jour après jour, ils transportent l’énergie dont dépendent nos activités quotidiennes et jouent un rôle important dans la solidité de l’économie canadienne.

Quelle est l’ampleur du volume de pétrole et de gaz transporté?

Les sociétés membres de la CEPA transportent 97 pour cent de la production quotidienne de gaz naturel et de pétrole brut terrestre du Canada depuis les régions productrices jusqu’aux marchés de toute l’Amérique du Nord. En 2011, nos sociétés membres ont acheminé 1,2 milliard de barils de produits pétroliers liquides et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel.

Et quelles statistiques possédons-nous pour indiquer la sécurité des pipelines?

Nos statistiques les plus récentes indiquent que 99,99 pour cent des produits liquides ont été acheminés en toute sécurité entre 2002 et 2011.

La sécurité des pipelines ne cesse de s’améliorer grâce aux progrès de la technologie

Prenant la parole le 26 septembre 2012 lors du dîner de la Conférence internationale sur les pipelines, Stephen Wuori, Président, pipelines de liquides et projets majeurs chez Enbridge Inc., a donné plusieurs statistiques qui dénotent une amélioration constante de la sécurité des pipelines :

  • Les déversements de liquide des pipelines du Canada au cours des dix dernières années équivalent à trois cuillères à thé dégouttant d’une pompe à carburant au cours de 50 pleins d’essence de 50 litres chacun.
  • La quantité de liquide déversé par million de litres transportés quotidiennement au Canada entre 2002 et 2011 s’élève à 5,5 litres.

M. Wuori a déclaré qu’en dépit de ces chiffres impressionnants, l’industrie pipelinière ne se satisfera d’aucun chiffre supérieur à zéro incident – un objectif qui peut être atteint grâce au développement de nouvelles technologies innovatrices.

« Nous devons faire preuve d’un engagement indéfectible à cet égard. Notre objectif doit être zéro fuite et zéro incident. Les sociétés pipelinières d’Amérique du Nord sont tenues de satisfaire à une norme de ‘perfection’ et c’est la technologie qui nous aidera à atteindre cet objectif. »

Il a félicité l’industrie pipelinière d’avoir mis l’accent sur la sécurité des pipelines et l’a invitée à poursuivre sa collaboration pour le développement de technologies de pointe.

« Je tiens à vous féliciter de votre engagement inlassable envers la recherche et le développement de nouvelles et meilleures technologies qui permettront à cette industrie de se perfectionner et d’acheminer le pétrole et le gaz naturel de la façon la plus sûre, la plus efficace et la plus économique possible – et de le faire en visant un objectif précis : zéro fuite. »

Et si malgré tout il se produit une fuite? Le rôle du plan d’intervention d’urgence

Les pipelines sont conçus pour la sécurité et les technologies émergentes perfectionnent, entre autres, la détection des fuites et de la corrosion. Malgré tout, des incidents surviennent de temps à autre. Dans un tel cas, les sociétés pipelinières sont responsables et emploient, à cette fin, un personnel formé pour y réagir rapidement. D’autre part, les organismes de réglementation exigent que les exploitants pipeliniers aient mis en place un plan d’intervention d’urgence.

Urgence pipelinière : un incident imprévu qui risque de compromettre la santé, la sécurité ou le bien-être de la population et de l’environnement.

Plan d’intervention d’urgence: comporte les étapes nécessaires et les décisions requises pour gérer une situation d’urgence. Il établit des étapes précises que doit suivre l’exploitant du pipeline afin de maîtriser l’incident.

Les lois fédérales exigent que les exploitants pipeliniers procèdent à la revue et à l’actualisation périodiques de leurs plans d’intervention d’urgence, qui doivent être soumis aux organismes de réglementation. Afin de s’assurer que les employés concernés sont familiarisés avec le contenu du plan d’intervention d’urgence et connaissent les pratiques et les procédures mises en place en cas d’incident, les exploitants pipeliniers effectuent régulièrement des exercices d’intervention d’urgence.

Les plans d’intervention d’urgence énoncent :

  • la façon de procéder au déploiement du personnel d’urgence
  • les plans d’évacuation
  • l’emplacement des points d’accès
  • les procédures et protocoles de communication
  • les rôles et les responsabilités des intervenants
  • la chaîne de commandement

En cas d’incident, un exploitant pipelinier a pour objectif principal d’assurer la santé et la sécurité du public et de contrer ses répercussions potentielles sur l’environnement. Les plans d’intervention d’urgence permettent à ces entreprises d’atteindre cet objectif en définissant de façon claire et concise les mesures qui doivent être prises pour le contrôle immédiat de l’incident ainsi que la façon d’effectuer le nettoyage. Grâce à la mise en place et à la pratique de tels protocoles, les exploitants pipeliniers gagnent un temps précieux et peuvent minimiser l’impact potentiel d’un incident sur l’environnement et le public.

Pour une exploration plus détaillée de ce sujet, nous vous invitons à consulter notre fiche d’information sur l’intervention d’urgence.


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés de pipelines de transport qui exploitent 110 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2011, les sociétés membres de la CEPA ont transporté environ 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel et 1,2 milliard de barils de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés. Les sociétés membres de la CEPA transportent 97 pour cent de la production quotidienne de gaz naturel et de pétrole brut des régions productrices vers les marchés d’Amérique du Nord.