L’industrie canadienne des pipelines : responsable, fiable et résiliente, dans les bons moments comme dans l’adversité

Dans le premier billet d’une série de deux, Chris Bloomer, président et chef de la direction de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) jette un coup d’œil à la situation de l’industrie pipelinière durant la pandémie de COVID-19.

Que signifie la pandémie mondiale pour l’industrie canadienne des pipelines?

L’un des éléments positifs de cette année difficile est que le gouvernement fédéral a reconnu tous les éléments de l’industrie des pipelines d’énergie comme des infrastructures essentielles. C’est très important, car cela reconnaît par le fait même la nature vitale et essentielle de notre travail – de la création de nouvelles capacités à l’entretien en passant par l’exploitation des pipelines.

Je suis heureux de dire que les entreprises de pipelines du Canada se sont montrées remarquablement efficaces à assurer le maintien de cette infrastructure pipelinière essentielle tout au long de la pandémie (et continuent de le faire). Les exploitants ont modifié leurs pratiques de travail et fait le nécessaire pour poursuivre le transport et la livraison d’énergie aux Canadiens. Dès la mise en œuvre de leurs plans d’urgence au début de la pandémie, l’activation de salles de commande en double – une mesure visant à protéger les opérateurs de ces centres, qui fonctionnent sans interruption – a été l’un des éléments importants de l’interventioneures.

En outre, les responsables de certains des plus grands projets de pipeline, notamment le projet Coastal GasLink et le projet d’agrandissement du réseau de Trans Mountain, ont dû prendre des mesures supplémentaires pour protéger les travailleurs des baraquements de chantiers de construction et les habitants des collectivités avoisinantes. Ils ont également dû maintenir les chaînes d’approvisionnement intactes afin d’assurer le flux de fournitures et de gens nécessaires à la construction de ces pipelines. Et ils sont parvenus à le faire en toute sécurité.

Quelles sont les leçons les plus importantes que l’industrie des pipelines a tirées de son intervention liée à la pandémie mondiale?

La pandémie nous a montré que nous pouvons travailler de manière différente, et parfois plus efficacement. Dans bien des cas, nous avons apporté des changements progressifs, et parfois rapides, en raison de la COVID-19.

Une bonne partie des leçons que nous avons tirées concernent la façon dont nous gérons nos entreprises. Nous avons notamment appris que la technologie nous permet de faire beaucoup de choses, et que nous pouvons adopter de nouvelles technologies très rapidement. Par exemple, certaines entreprises ont fait progresser très vite leur plan technologique de deux, trois et même cinq ans en réaction à la pandémie.

Nous avons appris à utiliser plus efficacement les outils dont nous disposons, et à en utiliser de nouveaux pour maintenir notre efficacité sur le plan des activités, de la sécurité et de notre façon de mener nos affaires.

Quels enjeux prévoyez-vous au cours des mois à venir?

Je crois que l’industrie peut être fière d’avoir maintenu le flux d’énergie pendant cette période, mais une foule de changements se sont produits, et ce n’est pas fini. Nous devons continuer à nous adapter et à faire face à ces changements.

L’opposition au pétrole et au gaz n’a pas disparu. Nous devons donc nous employer à conserver une place dans l’avenir énergétique du Canada et la transition énergétique mondiale. Ce faisant, nous voulons que les Canadiens sachent que les membres de CEPA mènent leurs affaires en respectant les plus hautes normes sur le plan des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Les entreprises de pipelines de transport au Canada acheminent une énergie produite de manière responsable. Nos pipelines sont fiables et nous l’avons prouvé, même en pleine pandémie mondiale. Notre industrie est également résiliente et peut aider les Canadiens à traverser les périodes difficiles comme les bonnes. Enfin, nous livrons de l’énergie abordable à la population. Ce sont là nos avantages concurrentiels. Toutefois, nous devons également faire croître notre industrie et prendre notre place sur la scène mondiale. Je me réjouis donc des occasions que pourront saisir les membres de CEPA afin de bâtir un avenir énergétique responsable dont profiteront tous les Canadiens.

Dans le billet de la semaine prochaine, Chris Bloomer nous parlera des réalisations de l’industrie des pipelines en 2020.