Les salles de commande et la sécurité des pipelines

 

CEPA

Bien que les pipelines du Canada soient déjà parmi les plus sûrs du monde, les pipelinières, elles, travaillent ensemble dans des domaines critiques de la sécurité comme la gestion de la salle de commande parce qu’elles savent qu’un effort collectif est nécessaire pour atteindre leur objectif de zéro incident et mériter la confiance des Canadiens.

Pourquoi les salles de commande sont-elles si importantes pour assurer la sécurité des pipelines ? Parce qu’elles sont les « yeux et les oreilles du réseau pipelinier », explique M. A.L. Forth, consultant pour Trans-Northern Pipelines et membre du groupe d’essai-pilote CEPA Priorité intégrité® sur la gestion de la salle de commande.

Les pipelinières travaillent ensemble dans le cadre du programme CEPA Priorité intégrité pour créer un document de directives qui aidera à améliorer la gestion de la salle de commande de toutes les pipelinières membres de CEPA.

«  Chaque société a ses propres idées sur l’efficacité d’une salle de commande », dit M. Steffan Kramer, consultant et animateur de l’atelier du groupe d’essai-pilote. « Cependant, les sociétés travaillent très bien ensemble et, en arrivant à des consensus, on obtient un système plus solide pour tous. »

Les deux aspects suivants de la gestion de salles de commande figurent parmi ceux sur lesquels les pipelinières travaillent ensemble :

1. Les salles de commande et la technologie

Les pipelines canadiens sont sous surveillance des salles de commande 24 heures par jour, sept jours par semaine.

Ces salles de commande sont équipées de systèmes SCADA (Supervisory Control and Data Acquisition) qui recueillent des données telles que la température, le débit et la pression des capteurs placés le long du tracé du pipeline. Des alarmes de détection de fuite se déclenchent automatiquement dès qu’un problème est constaté.

«  La technologie ne cesse de faire des progrès sur le plan de la détection de fuite, afin de faciliter la détection de petites fuites et de pouvoir y réagir efficacement », explique M. Forth.

Le document de directives sur la gestion de salles de commande énoncera les pratiques exemplaires relatives aux systèmes de gestion des alarmes afin que les techniques de pointe en détection de fuite soient toujours adoptées à travers le Canada.

2. Les techniciens et la formation

Les salles de commande sont dotées de techniciens qui doivent suivre une formation rigoureuse pour prendre des décisions rapides et éclairées si un incident devait se produire.

« Ils voient ce qui se passe. Ils réagissent à toute perturbation dans la canalisation pour la gérer efficacement et éliminer tout incident », précise M. Forth.

Le document sur les directions de la salle de commande établira des normes pour des aspects comme la compétence, la gestion de la fatigue et de l’information dans le but de s’assurer que tout le personnel soit qualifié, capable et équipé pour prévenir les incidents.

Les étapes suivantes

Le document de directives fait actuellement l’objet d’un essai-pilote. Une fois que la version définitive sera prête et aura été diffusée à toutes les sociétés membres, le document améliora la performance à travers le secteur pipelinier parce que les sociétés disposeront alors d’un outil qui les aidera à évaluer les améliorations possibles à leur système actuel.

«  Je crois que ce document normalisera et améliorera la performance. Il monte la barre de l’intégrité », a expliqué M. Forth.

Pour en savoir plus sur le maintien de la sécurité des pipelines :


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2012, ces autoroutes de l’énergie ont acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos sociétés membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés, principalement en Amérique du Nord.