Les projets pipeliniers représentent des billions de dollars pour les Canadiens

Northern Gateway, Expansion du Trans Mountain (TMX) et Keystone XL. Ces projets pipeliniers proposés pourraient permettre à l’énergie canadienne d’accéder à de nouveaux marchés et seraient des moteurs de prospérité pour plusieurs générations de Canadiens. Ensemble, ils pourraient contribuer 1,298 billion de dollars à notre économie.

Quand on mentionne un chiffre aussi élevé que 1,298 billion de dollars, il est important de le replacer dans son contexte. Pour vous donner une idée de la somme que cela représente, songez que ce 1,298 billion de dollars dépasse le PIB des pays suivants : Mexique, Corée du Sud, Arabie Saoudite, Suède, Norvège, Argentine, Israël, Pays-Bas, Chili, Irlande et Grèce.

Le secteur du pétrole, du gaz et de l’exploitation minière contribue 124 milliards de dollars par an au PIB du Canada. L’approbation des projets Northern Gateway, TMX et Keystone XL pourrait apporter au Canada 51,95 milliards de dollars de plus par an.

Voici une ventilation de ce que pourraient signifier ces projets en termes de PIB, de salaires et de recettes fiscales.

Screen shot 2013-10-15 at 1.47.43 PM

Le projet Northern Gateway d’Enbridge et le projet TMX de Kinder Morgan étendraient l’infrastructure pipelinière jusqu’à la côte Ouest du Canada et permettraient au pétrole d’atteindre les marchés asiatiques de l’énergie, qui sont en pleine croissance. Voici une ventilation des avantages économiques que procurerait la réalisation de ces deux projets.

Screen shot 2013-10-15 at 1.48.32 PM

Le Keystone XL de TransCanada est un pipeline proposé qui permettrait au pétrole canadien d’avoir accès à la capacité de raffinage de la côte américaine du Golfe du Mexique. C’est un marché externe clé du fait qu’environ 50 pour cent de la capacité de raffinage américaine se trouve sur la Côte du Golfe, et bon nombre de ces raffineries sont en mesure de traiter le brut lourd canadien. Vous trouverez ci-dessous une ventilation des avantages du Keystone XL.

Screen shot 2013-10-15 at 1.49.07 PM

Frank McKenna, vice-président du conseil du Groupe Financier Banque TD et ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, a souligné le risque que comportent les délais imposés aux projets pipeliniers lors d’une conférence Bloomberg tenue en mai, et a déclaré que ces délais font du tort à l’économie canadienne.

« Ils représentent une destruction de valeur ahurissante pour le Canada, » a dit M. McKenna. « La quantité d’argent qui part en fumée chaque jour dans ce pays est ahurissante. »

Dans un article d’opinion récemment publié dans le journal Vancouver Sun, Brenda Kenny, présidente et chef de la direction de la CEPA, a aussi déclaré que « cet énorme potentiel économique ne sera entièrement réalisé et transmis à tous les Canadiens que si nous nous engageons à construire l’infrastructure nécessaire pour recueillir, traiter, transporter et livrer les ressources énergétiques que nous possédons actuellement. »

Pour en savoir plus sur l’impact positif des pipelines sur l’économie canadienne, nous vous invitons à lire les autres blogues de notre série Moteurs de prospérité :

L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés de pipelines de transport qui exploitent 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2012, les sociétés membres de la CEPA ont transporté environ 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel et 1,2 milliard de barils de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés. Les sociétés membres de la CEPA transportent 97 pour cent de la production quotidienne de gaz naturel et de pétrole brut des régions productrices vers les marchés d’Amérique du Nord.