Les pipelines sont essentiels à la relance et la croissance de l’économie du Canada

Au milieu d’une année que nous aimerions déjà oublier, Chris Bloomer, président et chef de la direction de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA), reste calme et optimiste au sujet de l’avenir de l’industrie pipelinière canadienne.

« Notre expérience de la pandémie mondiale l’a confirmé : nous offrons des services essentiels au Canada et jouons un rôle vital dans l’économie, affirme M. Bloomer. Nous devons maintenant nous pencher sur la façon dont notre secteur contribue à la relance et à la croissance de l’économie. »

Le blogue d’À propos des pipelines a interviewé cette semaine le président de CEPA pour faire le point sur l’industrie des pipelines après le premier semestre.

 

À propos des pipelines : Il est clair que bien des choses ont changé depuis que nous avons parlé de la situation de l’industrie en janvier dernier. Qu’en pensez-vous aujourd’hui?

Bloomer : Je suis heureux de dire que nous avons réalisé des progrès réguliers depuis six mois. La construction du projet d’agrandissement du réseau Trans Mountain avance, et la récente décision de la Cour suprême du Canada en sa faveur est un autre jalon positif. Les travaux de construction du projet de pipeline Keystone XL de TC Énergie ont également commencé en Alberta.

 

À propos des pipelines : La pandémie mondiale de la COVID-19 a eu des répercussions dévastatrices pour de nombreuses industries. Quels ont été ses effets sur l’industrie des pipelines au Canada?

Bloomer : Nous savons tous que la COVID-19 a eu des conséquences sociales et économiques dévastatrices et, bien sûr, une incidence négative sur la demande de pétrole et de gaz. La pandémie a toutefois renforcé la nature essentielle de l’infrastructure des pipelines au Canada.

La vie aurait été encore plus difficile au cours des derniers mois sans les pipelines et les produits qu’ils transportent parce que nous, les Canadiens, dépendons de l’énergie livrée par notre réseau essentiel pour nous nourrir, chauffer notre maison, notre lieu de travail et les hôpitaux, et alimenter notre réseau électrique et notre réseau de transport qui livrent des produits essentiels. Et maintenant, on comprend mieux que bien des produits essentiels sont issus du pétrole et du gaz, comme les plastiques, les produits pharmaceutiques, les antiseptiques, les détergents et les anesthésiques. On comprend également davantage le rôle des pipelines dans la livraison de ces produits quand on en a besoin.

 

À propos des pipelines : Avons-nous tiré d’importantes leçons durant cette période difficile?

Bloomer : La crise de la COVID-19 nous a appris que le Canada doit pouvoir subvenir à ses propres besoins pendant une pandémie. Nous devons avoir nos propres chaînes d’approvisionnement pour les articles essentiels. Heureusement, nous disposons des matières premières, des ressources humaines, de l’ingénuité et de l’énergie nécessaires pour être autosuffisants et aider les autres. Il nous faut la volonté de travailler ensemble pour tirer parti de nos avantages naturels pour l’avenir de toute la population canadienne.

De surcroît, bien que nous ayons la chance de posséder une infrastructure d’énergie qui satisfait à pratiquement tous nos besoins, la pandémie nous a montré que, dans une certaine mesure, nous tenons tout cela pour acquis.

 

À propos des pipelines : Quelles sont vos perspectives d’avenir?

Bloomer : Nos membres ont bon espoir que les deux prochaines années seront axées sur la construction d’infrastructures et sur le fait de délaisser les questions d’approbation réglementaire et de construction au profit de l’exploitation.

 

La relance, la croissance et la réaction aux fluctuations de la demande représenteront des défis de taille pour toute l’industrie énergétique, mais nous pouvons les surmonter en nous focalisant sur nos aptitudes collectives.

Il nous incombe en outre de veiller à ce que notre industrie fasse partie d’un avenir énergétique responsable. À l’heure actuelle, on parle beaucoup de relancer l’économie de manière à réduire l’intensité carbonique. CEPA convient que la durabilité de l’environnement devrait être une priorité pour le Canada et le monde. Cependant, l’idée que nous pouvons relancer notre économie sans pétrole ni gaz naturel n’est pas ancrée dans la réalité. Les produits énergétiques doivent être acheminés là où il y a une demande, et les pipelines sont le moyen le plus sûr et le plus responsable pour transporter le pétrole et le gaz à l’appui de la reprise économique.

L’industrie canadienne des pipelines est très bien placée pour contribuer à la relance et à la croissance de notre économie. Et nous continuerons de servir les Canadiens de la manière la plus sécuritaire et durable possible.