Les pipelines : moteurs de prospérité

Au Canada, il semble que les pipelines font continuellement les manchettes dans les journaux et paraissent à toutes les nouvelles en ligne. Nous savons qu’un certain nombre de Canadiens se posent des questions sur la sécurité des pipelines à la suite des incidents pipeliniers qui sont survenus récemment, mais nous désirons vous assurer que nos sociétés membres sont bien déterminées à rechercher sans relâche de meilleurs moyens d’accroître encore davantage la sécurité des pipelines. D’autre part, nous désirons démontrer l’importance des pipelines pour notre économie et pour les familles canadiennes. Il est de fait que les pipelines représentent l’un des moteurs de notre prospérité.

En d’autres mots, le secteur de l’énergie, qui inclut les pipelines, représente un moteur d’une extrême importance pour l’économie canadienne, et c’est une infrastructure pipelinière adéquate et fiable qui entretient le dynamisme de ce secteur et de l’économie. Quelle que soit la province où l’on se trouve, tout le monde bénéficie du secteur de l’énergie. À l’heure actuelle, les exploitations pétrolières, gazières et pipelinières contribuent plus de sept pour cent au produit intérieur brut (PIB) du Canada et représentent entre 40 et 55 milliards de dollars par an en investissements dans le secteur privé. C’est une très grosse somme investie dans notre vie quotidienne.

Les produits énergétiques acheminés par les pipelines actuels représentent aussi plus de 23 pour cent de nos exportations de marchandises, ce qui contribue à maintenir l’équilibre de notre balance commerciale, sans parler de la valeur du secteur cotée à la Bourse de Toronto, qui atteint plus de 400 milliards de dollars. Cela dit, qu’il s’agisse d’une nouvelle infrastructure ou de celle qui existe déjà, les Canadiens veulent tout simplement savoir ce que tout ceci signifie pour eux.

Dans le cas de ceux qui travaillent directement pour le secteur de l’énergie, les salaires et les avantages soutiennent des milliers de familles, de commerces locaux et de nombreuses économies régionales d’un océan à l’autre. N’oublions pas non plus les milliers de fournisseurs locaux à travers le Canada, qui travaillent pour l’industrie pipelinière. Les fournisseurs et les sociétés de services tels que le soudage, la fabrication d’acier, la construction, la technologie de l’information et même les hôtels et restaurants locaux alimentent l’industrie pipelinière.

Il se produit également un effet d’entraînement qui, au bout du compte, procure aussi des avantages financiers aux Canadiens. Par exemple, la richesse de nos ressources naturelles a créé une source fiable de recettes fiscales qui nous permet de jouir d’une qualité de vie enviable. Les installations récréatives dont profitent nos familles, les programmes de recyclage professionnel qui préparent la prochaine génération de ressources humaines au Canada, les investissements en technologie verte, les établissements de soins de santé et les universités de classe mondiale dont nous sommes si fiers, parmi de nombreux autres cas, sont tous partiellement soutenus par les recettes fiscales provenant du secteur de l’énergie.

Pour le moment, le Canada n’a qu’un seul client pour ses produits énergétiques – les États-Unis. Pour être compétitifs au niveau mondial, nous devrons acquérir davantage de clients afin de réaliser la vraie valeur économique de nos ressources naturelles.

En l’absence d’un accès accru et diversifié aux marchés, l’économie canadienne risque de perdre plus d’un billion de dollars en PIB au cours des 25 prochaines années et plus de 270 milliards de dollars en recettes fiscales au cours de la même période. Plus précisément, si l’on disposait d’un meilleur accès aux marchés asiatiques, si les propositions actuelles relatives aux pipelines à destination de la côte Ouest étaient approuvées et si on facilitait l’accès à la capacité de raffinage des É.-U. et de l’Est du Canada, le secteur de l’énergie pourrait ajouter plus de 51 milliards de dollars par an au PIB du Canada et 11 milliards de dollars en recettes fiscales par an. Ceci équivaut à payer les frais de scolarité d’études universitaires de premier cycle (quatre ans) de 492 000 jeunes Canadiens ou à construire huit hôpitaux perfectionnés. Cet argent pourrait aussi servir à payer les salaires annuels de 200 000 enseignants à plein temps d’école primaire ou à financer tous les parcs nationaux du Canada pendant les 16 prochaines années!

Au mois d’avril, le gouverneur sortant de la Banque du Canada, M. Mark Carney, a soutenu, devant un comité de la Chambre des communes, que les difficultés liées à l’infrastructure ont étranglé les sources de revenus des producteurs et du gouvernement et ont ainsi étouffé notre potentiel économique global. Les principaux établissements financiers du Canada ont aussi souligné les graves conséquences économiques des « engorgements » de pipelines, tandis que des scientifiques de renom ont établi un lien entre une infrastructure énergétique fiable et notre qualité de vie générale. Cet énorme potentiel économique ne sera entièrement réalisé et transmis à tous les Canadiens que si nous nous engageons à construire l’infrastructure nécessaire pour recueillir, traiter, transporter et livrer les ressources énergétiques que nous possédons actuellement.

Les pipelines font partie de l’infrastructure critique du Canada. Leur absence produira un impact négatif sur notre économie et sur notre mode de vie. Nous savons que la sécurité représente la préoccupation majeure de nos sociétés membres et nous continuerons sans relâche à prendre toutes les mesures possibles pour l’améliorer encore davantage, mais l’élimination des opportunités qui nous permettront d’être plus compétitifs sur les marchés mondiaux n’est pas non plus une solution. Poursuivons plutôt les dialogues importants qui s’avèrent nécessaires, étudions les moyens de renforcer la sécurité et vendons nos ressources naturelles aux clients qui sont prêts à les payer très cher. C’est ainsi que nous deviendrons de réels moteurs de prospérité.

Nous espérons que vous prendrez le temps d’approfondir vos connaissances sur l’impact économique des pipelines en visitant notre site Web à www.aproposdespipelines.com.

Brenda Kenny, P.Eng, PhD
Présidente et chef de la direction
Association canadienne de pipelines de transport