Les pipelines, les recettes fiscales et notre avenir

Au Canada, nous avons accès à des hôpitaux et des établissements scolaires de classe mondiale. Notre pays investit dans les arts, la culture et l’éducation. Nous jouissons d’une qualité de vie qui fait l’envie d’une grande partie du monde. Les recettes fiscales qui soutiennent ces programmes publics représentent encore un autre avantage économique des pipelines.

En 2012, les sociétés pipelinières ont contribué plus d’un milliard de dollars en impôts sur les sociétés et en impôts fonciers. Pour mettre ce chiffre en perspective, le nouveau campus South Health de Calgary a coûté 1,3 milliard de dollars.

1,04 MILLIARD DE $

IMPÔTS FONCIERS ET

IMPÔTS SUR LES SOCIÉTÉS

Les municipalités canadiennes partagent cette prospérité. Elles reçoivent chaque année plus de 600 millions de dollars en impôts fonciers payés par les sociétés pipelinières. Cet argent peut être investi dans de nombreux projets tels que des routes ou des installations de loisirs.

Perrin Beatty, Président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada, a mentionné l’impact économique du secteur énergétique lors du symposium Integrity First de la CEPA en avril dernier.

« Le secteur pétrolier et gazier contribue massivement à l’économie du pays en créant des emplois et en produisant des recettes fiscales qui financent les programmes sociaux, » a expliqué M. Beatty.

Le secteur de l’énergie va représenter une source fiable de revenus pendant encore longtemps. Les pipelines sont d’une importance cruciale pour le transport des produits énergétiques vers les marchés, de sorte qu’ils sont tout aussi importants pour l’augmentation des recettes fiscales du Canada à l’avenir.

Moteurs de prospérité pour l’avenir

État donné que les revenus sont un jeu de nombres, nous désirons vous montrer à l’aide de chiffres quel serait l’impact positif des projets clés d’infrastructure pipelinière sur les collectivités de tout le pays.

L’achèvement du projet Northern Gateway, du projet d’expansion du pipeline de Trans Mountain et du Keystone XL aiderait l’énergie canadienne à atteindre de nouveaux marchés mondiaux et à augmenter les recettes fiscales pour les Canadiens, ce qui leur assurerait un avenir prospère.

Ce que cela signifie pour vous en termes de chiffres

276 milliards de $ – La valeur potentielle des taxes fédérales et provinciales produites par le pipeline Keystone XL, l’expansion du TMX et le pipeline Northern Gateway de 2011 à 2035.

11 milliards de $ – La valeur annuelle des taxes fédérales et provinciales qui seraient produites par le pipeline Keystone XL, l’expansion du TMX et le pipeline Northern Gateway.

492 000 – Le nombre de diplômes d’études universitaires de premier cycle que l’on pourrait financer par an pour les jeunes Canadiens.

200 080 – Le nombre de nouveaux enseignants que l’on pourrait ajouter chaque année à nos écoles primaires.

186 974 – Le nombre d’infirmières autorisées que l’on pourrait ajouter chaque année à nos hôpitaux.

584 – Le nombre de nouveaux lycées que l’on pourrait construire par an.

8 – Le nombre d’hôpitaux perfectionnés que l’on pourrait construire par an.

Pourquoi est-ce que cela vous concerne? Apprenez-en davantage grâce à l’infographique interactif Les pipelines : moteurs de prospérité. Cet outil pédagogique fournit des faits généraux, complets et équilibrés. Prenez-en connaissance!

Pour en savoir plus sur l’impact positif des pipelines sur les économies nationales et locales du Canada, nous vous invitons à lire les autres blogues de notre série moteurs de prospérité :

Les pipelines = des emplois pour les Canadiens


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés de pipelines de transport qui exploitent 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2012, les sociétés membres de la CEPA ont transporté environ 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel et 1,2 milliard de barils de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés. Les sociétés membres de la CEPA transportent 97 pour cent de la production quotidienne de gaz naturel et de pétrole brut des régions productrices vers les marchés d’Amérique du Nord.