Les pipelines en 2021 : un atout pour relever de nouveaux défis et saisir de nouvelles occasions au Canada

En raison des difficultés provoquées par la COVID-19, les Canadiens comprennent à présent mieux d’où proviennent leurs produits essentiels et comment ils leur parviennent. Les pipelines font partie de cette chaîne d’approvisionnement, qui transporte l’énergie nécessaire pour chauffer nos foyers et nos hôpitaux, ainsi que les matériaux dont nous avons besoin pour fabriquer des produits essentiels utilisés dans le secteur des soins de santé, notamment les plastiques, les produits pharmaceutiques et les antiseptiques.

C’est le début d’une nouvelle année et les pipelines continueront de jouer un rôle de premier plan en contribuant à relever de nouveaux défis et à saisir de nouvelles occasions au Canada.

« La COVID-19 a démontré à quel point les pipelines de transport canadiens sont vitaux, puisqu’ils ont assuré la distribution de l’énergie tout au long de la pandémie », a déclaré Chris Bloomer, président et chef de la direction de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA). « Nous n’avons jamais cessé nos activités durant la crise, et nous les poursuivons encore actuellement. »

 

Les pipelines appuient la reprise économique au Canada

Étant donné que de grands projets seront en construction en 2021, les entreprises membres de CEPA aideront à rétablir des milliers d’emplois perdus pendant la pandémie. Ensemble, les projets suivants emploieront en effet plus de 40 000 personnes durant leur construction : Keystone XL, l’agrandissement du réseau de Trans Mountain, le gazoduc Coastal GasLink et le Complexe pétrochimique de Heartland.

À eux seuls, ces projets injecteront plus de 20 milliards de dollars dans l’économie canadienne pendant leur construction, et des milliards de dollars supplémentaires pendant chaque année de leur exploitation.

« En construisant des pipelines et en les mettant en service, les membres de CEPA jouent un grand rôle dans le retour au travail des Canadiens, ajoute M. Bloomer. Nous bâtissons des infrastructures pour l’économie d’aujourd’hui et de demain. »

 

Les pipelines facilitent la transition énergétique

À mesure que le Canada rétablit son économie, le gouvernement fédéral fixe également de nouvelles cibles de réduction des gaz à effet de serre (GES). Les pipelines, de même que l’ensemble de l’industrie pétrolière et gazière, joueront un rôle clé dans la transition vers un avenir plus sobre en carbone.

« Tout comme nous nous sommes engagés à respecter nos engagements durant la pandémie, nous serons essentiels à la fabrication des matériaux destinés aux ressources renouvelables, a affirmé M. Bloomer. Les pipelines transportent les produits qui servent à fabriquer par exemple les éoliennes et les panneaux solaires. »

En outre, le Canada a décidé que l’hydrogène serait un élément important de la transition énergétique. Dans le cadre de cette stratégie, les pipelines seront appelés à transporter le gaz naturel qui servira à produire l’hydrogène et à le livrer en toute sécurité aux marchés du Canada et du monde entier.

« Nous parviendrons progressivement à réduire les émissions grâce à de nouvelles technologies et de nouveaux procédés, ajoute M. Bloomer. Nous ne manifestons aucune hésitation à cet égard, bien au contraire. Nous axons nos efforts là-dessus. »

 

Les entreprises de pipelines se sont engagées à l’égard de l’amélioration continue

L’industrie pipelinière canadienne déploie de nombreux efforts pour atteindre son objectif collectif de zéro incident. Les membres de CEPA travaillent donc ensemble dans le cadre de programmes comme Priorité intégrité pour partager l’information et stimuler l’amélioration continue.

« En tant qu’industrie, nous disposons du cadre voulu pour agir de concert et améliorer continuellement nos pratiques et nos méthodes, précise M. Bloomer. Nous jouissons d’un excellent bilan. Nous avons tiré des leçons des incidents du passé et nous avons recours à de nouvelles technologies qui changent vraiment la donne. »

Il s’agit de technologies comme la détection dynamique haute fidélité (HDS), qui se sert de fibres optiques pour améliorer la surveillance des pipelines, et l’imagerie satellite, qui détecte les géorisques (glissements de terrain, tremblements de terre, érosion des cours d’eau, etc.) avant qu’ils ne deviennent problématiques.

« Les sociétés de pipelines collaborent. Il s’agit d’un processus organique piloté par l’industrie, dit M. Bloomer. Nous mettons tout en œuvre pour y arriver, nous agissons de manière transparente et nous en faisons rapport. »

La nouvelle année s’accompagnera de nouveaux défis et de nouvelles occasions, et l’industrie pipelinière canadienne participera à la reprise économique. Elle participera également à la transition vers un avenir plus sobre en carbone et continuera de repousser les limites pour atteindre son objectif de zéro incident.

Son but : livrer l’énergie dont le Canada et le monde ont besoin, de la façon la plus responsable.

 

Nous remercions Chris Bloomer, président et chef de la direction de CEPA, de sa contribution à ce billet.