Les jeunes pipeliniers s’affairent à façonner l’avenir de l’industrie des pipelines

L’énergie est essentielle dans la vie des gens. Et la plupart de nous comprenons qu’à long terme, les pipelines resteront une infrastructure essentielle pour transporter l’énergie là où nous en avons besoin.

Dans un monde de plus en plus complexe, l’industrie canadienne des pipelines devra assurer la relève et faire en sorte que les nouveaux dirigeants soient bien préparés en vue de façonner un avenir sain et durable. C’est ici que l’Association des jeunes pipeliniers du Canada (YPAC) entre en jeu.

Dans le billet de cette semaine, nous nous entretenons avec Molly Beckel, présidente et chef de la direction de la YPAC, de la façon dont son organisme s’emploie à dessiner l’avenir de l’industrie des pipelines.

À propos des pipelines : Molly, avant que nous parlions de la contribution déterminante de la YPAC, que voulez-vous que les gens sachent à son sujet?

Molly Beckel : Nous cherchons à créer la prochaine génération de dirigeants de l’industrie des pipelines. Nous sommes un groupe de professionnels en début de carrière qui partage la même vision. Et nous voulons que les jeunes sachent à quel point une carrière dans notre industrie est emballante, innovante et positive pour la société, particulièrement à une époque où ils peuvent douter de leur avenir dans ce secteur. Il faut donc bien les renseigner et créer des espaces de dialogue entre toutes les parties en mettant l’accent sur l’amélioration continue du milieu de travail.

Notre mission comporte quatre secteurs privilégiés :

  • Veiller à ce que les jeunes dans l’industrie disposent d’un réseau de pairs à des fins de soutien
  • Offrir des occasions d’épanouissement personnel et de perfectionnement professionnel
  • Renforcer la connaissance de l’industrie et la sensibilisation aux enjeux qui la touchent
  • Exercer une incidence en aidant à modeler l’avenir de l’industrie afin qu’elle attire et conserve de jeunes professionnels compétents

Les enjeux auxquels nous réfléchissons sont notamment les suivants : Comment les pipelines peuvent-ils aider à atténuer les changements climatiques? Comment pouvons-nous mobiliser les Autochtones et nous réconcilier avec eux? Comment pouvons-nous contribuer à un milieu de travail axé sur la diversité et l’inclusion? Comment pouvons-nous intégrer l’innovation à tout ce que nous faisons?

 

À propos des pipelines : Quelles sont certaines des initiatives de la YPAC qui changent les choses dans l’industrie?

Molly Beckel : Je pense à trois initiatives de la YPAC qui font déjà une différence et resteront importantes.

  1. Le programme X Avatar de la YPAC est un bon exemple de l’agilité et de la souplesse de la YPAC. Après l’éclosion de la COVID, nous avons dû adapter nos programmes de connaissances. Cette initiative emmenait les participants sur un parcours d’apprentissage virtuel de huit semaines; 54 jeunes dirigeants de la relève travaillaient en cohortes avec de hauts dirigeants de l’industrie et du gouvernement pour se pencher sur des problèmes précis comme l’hydrogène, la capture et l’utilisation du carbone, la numérisation, les techniques novatrices de construction des pipelines et la défense de l’énergie. Ce programme nous a permis de mettre à l’essai une façon différente d’utiliser la technologie afin d’élargir nos relations partout au Canada.
  2. Au printemps 2020, le Groupe de l’Association canadienne de normalisation (CSA) a accepté de collaborer avec la YPAC pour contribuer à l’élaboration de normes en matière de pétrole et de gaz. Il nous a fallu quatre ans pour franchir ce jalon, qui aidera les membres de la YPAC à acquérir une expérience précieuse et mieux comprendre comment les normes de la CSA sont établies pour l’industrie. La YPAC recrute des candidats qualifiés pour collaborer avec la CSA.
  3. La YPAC a récemment mis sur pied un comité d’inclusion autochtone pour déterminer le rôle que peut jouer la YPAC dans la réconciliation. Nous en sommes à l’étape de l’établissement des priorités et de la structure.

 

À propos des pipelines : Quelles ont été les répercussions de la COVID sur les jeunes pipeliniers en début de carrière?

Molly Beckel : Trois faits sont ressortis à l’occasion de la COVID. Premièrement, c’est difficile de trouver un emploi, surtout pour les jeunes. Deuxièmement, un grand nombre de nos membres et dirigeants ont perdu leur emploi en raison du ralentissement économique. Et troisièmement, il est devenu très clair que les pipelines sont essentiels. Les gens ont besoin d’énergie, nous avons besoin de pipelines et l’industrie a besoin de la prochaine génération de dirigeants.

Les membres de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) sont des partisans enthousiastes de la YPAC, dont le travail de préparation de la relève est encourageant.

À propos des pipelines remercie Molly Beckel de sa participation à ce blogue.