Les exercices d’intervention d’urgence passent en mode virtuel durant la pandémie

Des millions de Canadiens comptent sur les membres de CEPA pour leur faire parvenir les produits pétroliers et gaziers dont ils ont besoin, et ce, 24 heures sur 24, chaque jour de l’année. La raison en est que ces derniers entrent dans tout ce que nous faisons, des courses au supermarché au visionnement de nos émissions de télévision favorites. Les sociétés pipelinières qui les transportent assument donc l’énorme responsabilité d’empêcher toute interruption de service, et c’est pourquoi elles doivent prévoir toutes sortes de situations d’urgence éventuelles, s’y préparer et s’entraîner à y faire face.

Cette semaine, notre billet de blogue se penche sur la façon dont a procédé l’un des membres de CEPA, Pipeline Trans-Nord Inc. (PTNI), afin de continuer à effectuer des exercices au cours de la pandémie mondiale.

Les membres de CEPA ont effectué 393 exercices d’intervention d’urgence en 2019

Les exercices d’intervention d’urgence jouent un rôle crucial pour assurer la sécurité et la fiabilité des pipelines. Ils permettent à toutes les personnes qui y participent de s’entraîner et d’apprendre, de sorte que, dans les rares cas où il se produirait un incident, les sociétés pipelinières soient prêtes à réagir. Ces exercices permettent également aux entreprises de mettre à l’essai leurs plans d’intervention et de déterminer les secteurs d’amélioration nécessaires.

Les exercices vont de simulations à grand déploiement à des séances sur table. Une simulation à grand déploiement imite les évènements qui se produiraient en cas d’urgence réelle et mobilise toutes les parties concernées : les premiers intervenants, diverses agences et administrations, des entrepreneurs, des organismes d’intervention et des experts-conseils, de même que toute collectivité autochtone dans le secteur. La société pipelinière, pour sa part, mobilise son personnel et son équipement.

Moins complexes mais tout aussi importants, les exercices sur table sont essentiels pour aider les participants à comprendre et à prévoir différents scénarios d’urgence.

Les exercices à distance de PTNI : appliquer les leçons apprises pour favoriser la mobilisation

PTNI exploite des pipelines qui transportent des produits pétroliers raffinés tels que l’essence, le diesel et le carburant aviation, et effectue chaque année plusieurs exercices sur table dans toutes les provinces où elle opère. Il s’agit de l’un des volets de son programme global de gestion des situations d’urgence, qui comporte une gamme variée d’exercices allant jusqu’à des simulations à grande échelle. Parce que ces exercices sont importants pour assurer la sécurité générale des réseaux de pipelines, PTNI les a organisés à distance tout au long de la pandémie de COVID-19.

Alain Boulanger, directeur sécurité, environnement et gestion des urgences pour PTNI, nous a fait part de certaines leçons tirées des exercices à distance.

« Généralement, les exercices théoriques se déroulent dans une grande salle de conférence et tous les participants sont réunis autour de la table, explique M. Boulanger. La pandémie nous a obligés à procéder différemment et à recourir à différentes plateformes de communication pour mettre en œuvre les scénarios et garder les gens actifs. »

M. Boulanger admet qu’au départ, mener un exercice en ligne n’a pas été sans difficulté, la principale consistant à garder les participants actifs. « Certaines personnes se sentaient mal à l’aise de prendre la parole, surtout que certaines séances duraient entre deux et trois heures. Après la première, nous avons vite réalisé qu’il fallait changer certains aspects pour garder les gens actifs et concentrés. »

Afin d’alimenter l’engagement des participants au cours de ses exercices virtuels, l’entreprise a notamment eu recours à un logiciel de communication comportant des fonctions de sondage en direct, de jeux-questionnaires et de nuages de mots, ainsi qu’à des séances de questions-réponses. « Une fois que les participants ont été à l’aise avec les outils en ligne, ils sont parvenus à remplir le rôle qui leur avait été attribué, sans aucun accroc », affirme M. Boulanger

Les activations à distance fonctionnent-elles en cas d’urgence réelle?

Apprendre à gérer les crises éventuelles à distance est devenu une pratique courante pour l’industrie durant la pandémie de COVID-19, à commencer par l’activation d’équipes de gestion des crises au début de la pandémie. S’agit-il d’une nouvelle façon de gérer les urgences?

« Nous nous sommes habitués à gérer les formations au moyen de webinaires et nous savons que nous pouvons gérer à distance les exercices et les véritables urgences, déclare M. Boulanger. Certaines personnes devront toujours se trouver sur les lieux de l’incident, en particulier celles qui occupent des fonctions clés, comme le commandant d’intervention, le responsable des opérations, l’agent de sécurité et le personnel affecté aux fonctions de réparation et de nettoyage. Néanmoins, nous savons désormais que nous pouvons efficacement activer certains membres du Système de commandement des interventions (SCI) de façon virtuelle. »

Les membres de CEPA transportent le gaz naturel et le pétrole dont le Canada et le reste du monde ont besoin, de la façon la plus sûre et la plus responsable, en faisant primer la sécurité par le biais d’une culture bien ancrée dans ce domaine, d’une planification d’urgence exhaustive… et d’exercices d’intervention d’urgence fréquents.

À propos des pipelines remercie Alain Boulanger de sa participation à ce billet.