Le secteur pétrolier et gazier au Canada ouvre la voie vers la recherche sur les technologies propres

Les gens ont besoin d’énergie et veulent qu’elle soit développée de la manière la plus responsable possible. C’est l’une des raisons pour lesquelles les entreprises énergétiques au Canada sont continuellement à la recherche de moyens de limiter l’impact environnemental de l’énergie qu’elles produisent et transportent.

Les sociétés d’énergie au Canada, y compris les membres de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA), accordent une grande priorité à la recherche et au développement en matière de technologies propres. Dans le billet de cette semaine, nous nous penchons sur certaines recherches qui font du Canada un chef de file mondial dans l’énergie produite de manière responsable.

Collaborer pour une énergie durable

Le secteur pétrolier et gazier mène environ 75 % des activités de recherche et de développement en technologies propres au Canada. Ceci implique la collaboration de divers participants de l’industrie : regroupements de producteurs et de fournisseurs de pétrole et de gaz, pipelines, établissements postsecondaires et pouvoirs publics, tous contribuent à cette importante recherche. La Canada’s Oil Sands Innovation Alliance (COSIA) est l’une de ces organisations.

La COSIA est une alliance d’entreprises des sables pétrolifères qui travaillent avec des scientifiques, des universitaires, des pouvoirs publics, des innovateurs et d’autres intervenants, et qui a pour but d’intégrer l’énergie canadienne à un avenir durable. L’organisation compte actuellement 225 projets actifs, dont les coûts s’élèvent à 621 millions de dollars.

Le travail de la COSIA est axé sur quatre secteurs clés des sables pétrolifères :

  1. L’eau – réduire la consommation d’eau et s’assurer que les producteurs gèrent toute l’eau qu’ils utilisent de manière responsable et durable.
  2. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) – produire le pétrole canadien avec le moins d’émissions de GES possible.
  3. Les sols – remettre en état et restaurer tout terrain touché par l’exploitation des sables pétrolifères en vue de réduire l’empreinte environnementale.
  4. Les résidus – améliorer la façon dont l’industrie gère les résidus de l’exploitation des sables pétrolifères; ce travail transformerait essentiellement les résidus en ressource permettant d’accélérer la remise en état.

La COSIA travaille aussi avec les gouvernements provincial et fédéral dans le cadre du programme de surveillance des sables pétrolifères, l’un des plus importants programmes de surveillance environnementale en Amérique du Nord, dans le cadre duquel on recueille des données sur les effets cumulatifs de la production des sables pétrolifères à plus d’un millier d’emplacements.

Les membres de la COSIA ont déjà considérablement réduit leur consommation d’eau et leurs émissions de GES. Et ils sont bien partis pour réaliser d’autres améliorations, particulièrement lorsque certaines des technologies de pointe en cours de développement seront mises en œuvre. On retrouve parmi ces nouvelles technologies des initiatives qui pourraient réduire les émissions de l’exploitation in situ des sables pétrolifères d’environ 25 pour cent, jusqu’à un maximum de 90 pour cent.

Rob Gray, directeur des communications et des relations avec les intervenants de la COSIA, explique que travailler ensemble permet à l’industrie de réaliser des percées plus rapidement et plus efficacement. Il fait remarquer par ailleurs que les initiatives de la COSIA donnent souvent lieu à d’énormes changements dans l’industrie. Voici deux exemples :

  • NRG COSIA Carbon XPRIZE – Dans le cadre du grand concours XPRIZE, des équipes d’experts en technologies de pointe du monde entier s’affrontent pour résoudre des problèmes mondiaux complexes. Les candidats au Carbon XPRIZE transforment le dioxyde de carbone (CO2) en produit de grande valeur. Le lauréat est déterminé par : a) la quantité de CO2 convertie, b) la réduction d’autres impacts environnementaux et c) la valeur nette de son produit.
  • Utilisation des satellites Claire et Iris pour mesurer les émissions de méthane – Ces satellites mesurent les émissions de méthane environ une fois toutes les deux semaines, lorsqu’ils passent au-dessus des sables pétrolifères. Les données recueillies aideront à faire progresser la mesure des émissions fugitives par l’industrie.

« Quand on examine le travail effectué par l’intermédiaire de la COSIA, il apparaît clairement que les exploitants des sables pétrolifères cherchent à démontrer qu’ils peuvent réduire leur impact environnemental et prouver qu’on peut produire du pétrole de manière durable », affirme M. Gray.

Les membres de CEPA sont fiers de faire partie de la chaîne de valeur qui fournit de l’énergie canadienne durable au pays et au reste du monde.

À propos des pipelines remercie la COSIA et Rob Gray de leur contribution à ce billet.