Le commerce d’exportation du Canada : la raison pour laquelle nous avons besoin de pipelines pour accéder aux marchés mondiaux

Le Canada est un gros importateur. Pour équilibrer notre balance commerciale, nous devons aussi être un gros exportateur. Les produits énergétiques représentent le secteur le plus important de l’économie d’exportation canadienne, mais le manque d’infrastructure pipelinière entrave la capacité du Canada à acheminer ses ressources naturelles jusqu’aux marchés internationaux.

« Au cours des dix dernières années, l’industrie pétrolière et gazière est devenue le principal moteur de l’économie canadienne, au point où le manque de capacité porte atteinte à la prospérité de ce secteur et a un impact négatif substantiel sur l’économie dans son ensemble, » a déclaré Robert Mansell, professeur d’économie et directeur académique de l’École de politique publique à l’Université de Calgary.

Jusqu’à présent dans le secteur pétrolier et gazier, les États-Unis ont été le principal client du Canada; toutefois, en raison de facteurs tels que l’augmentation de la production de pétrole aux É.-U., le Canada a besoin d’atteindre de nouveaux marchés pour écouler son plus gros produit d’exportation.

Selon M. Mansell, pour diversifier notre commerce de pétrole, il faut que nos produits pétroliers parviennent jusqu’aux côtes.

« Les marchés qui connaissent la plus forte expansion sont ceux de l’Asie de l’Est, mais une fois qu’on a accès aux voies maritimes, on peut atteindre pratiquement n’importe lequel des principaux marchés mondiaux, » a-t-il expliqué.

Voici un exemple de ce dont parle M. Mansell. On s’attend à ce qu’en 2035, les besoins d’importations nets de la Chine atteignent 7,5 millions de barils par jour de plus qu’à l’heure actuelle.

Pour faire parvenir notre pétrole aux marchés asiatiques, il nous faut le transporter depuis les installations dans l’intérieur du pays jusqu’aux ports côtiers.

« Les pipelines sont notre seul moyen d’atteindre l’océan, » a dit M. Mansell.

« Il existe d’autres options, pour la plupart à plus court terme, » a-t-il ajouté. « Je suppose que dans certains cas, le pétrole peut être acheminé par camion ou par train, mais en ce qui concerne les volumes élevés en question, les pipelines sont vraiment la seule alternative viable. »

L’Asie ne constitue pas le seul marché extérieur potentiel pour le pétrole canadien. Les raffineries de la côte américaine du Golfe du Mexique ont une capacité de raffinage de huit millions de barils par jour et bon nombre de ces installations peuvent raffiner le brut lourd tel que celui du Canada.

Les projets pipeliniers proposés – Northern Gateway, agrandissement du réseau de Trans Mountain et Keystone XL – permettraient au pétrole canadien d’atteindre les marchés asiatiques et la côte du golfe du Mexique. Leur approbation ajouterait 1,298 billions de dollars en termes de PIB additionnel à notre économie.

« Quelle autre industrie peut-on citer qui puisse produire le niveau d’exportations requis pour payer toutes les importations dont nous avons besoin? » a demandé M. Mansell à propos de la production pétrolière du Canada. « La réponse est simple, aucun autre candidat ne saute aux yeux. »

Et les marchés intérieurs du pays?

Les pays étrangers ne sont pas les seuls marchés potentiels du pétrole canadien. Il importe aussi d’acheminer l’énergie de l’Ouest à l’Est du Canada, car ceci diminuerait la dépendance de l’Est du Canada sur le carburant étranger et alimenterait les raffineries de l’Ontario, du Québec et des provinces de l’Atlantique. Enbridge et TransCanada ont tous deux proposé des projets pipeliniers à cette fin et les deux projets impliquent l’inversion ou la conversion des canalisations qui existent déjà.

Les pipelines de transport sont les moteurs de prospérité des Canadiens. Ils créent des emplois, produisent des recettes fiscales, instaurent la stabilité économique pour les générations futures et assurent une balance commerciale positive.

Pourquoi est-ce que cela vous concerne? Apprenez-en davantage grâce à l’infographique interactif Les pipelines : moteurs de prospérité. Cet outil pédagogique fournit des faits généraux, complets et équilibrés. Prenez-en connaissance!

Screen shot 2013-10-15 at 1.46.02 PM

Pour en savoir plus sur l’impact positif des pipelines sur l’économie canadienne, nous vous invitons à lire les autres blogues de notre série Moteurs de prospérité :


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés de pipelines de transport qui exploitent 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2012, les sociétés membres de la CEPA ont transporté environ 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel et 1,2 milliard de barils de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés. Les sociétés membres de la CEPA transportent 97 pour cent de la production quotidienne de gaz naturel et de pétrole brut des régions productrices vers les marchés d’Amérique du Nord.