Le Big Brother des pipelines? Quatre manières dont la technologie aide les sociétés à « voir » sous terre

Ce billet est le quatrième d’une série sur les innovations pipelinières.  

Control-Room

Comment les sociétés savent-elles ce qui se passe avec les pipelines lorsqu’ils sont enfouis sous terre?

Eh bien, les pipelinières utilisent en quelque sorte une taupe. Les pipelines sont en effet surveillés jour et nuit à partir de salles de commande; grâce à la technologie, les techniciens des salles de commande peuvent comprendre ce qui se passe sous terre à des centaines de kilomètres plus loin et ils peuvent y réagir.

Comment? C’est là que la technologie comme celle des systèmes Supervisory Control and Data Acquisition (SCADA) entre en jeu. Le logiciel SCADA rassemble des données importantes depuis le pipeline et avertit les techniciens en cas de problème.

« Les centres de contrôle SCADA sont les centres névralgiques des opérations pipelinières; ils voient à ce que le pétrole et le gaz soient transportés par pipeline du point A au point B en toute sécurité et efficacement », explique Kelly Doran, architecte de solutions à l’industrie à Schneider Electric, une entreprise qui met au point le logiciel de contrôle SCADA.

Les progrès de la technologie SCADA permettent aux pipelinières d’améliorer continuellement leur surveillance au moyen d’une taupe. Avec Doran pour guide, nous allons vous parler des quatre manières dont cette technologie améliore la surveillance des pipelines.

1. Capteurs de pointe

Les systèmes SCADA rassemblent des données telles que la température, le débit et la pression grâce à des capteurs perfectionnés situés le long du tracé du pipeline; ces données sont ensuite envoyées (parfois par satellite) à la salle de commande. Si le système détecte une anomalie, les techniciens en sont avisés et ils peuvent alors gérer le débit et fermer le pipeline à partir de la salle de commande au besoin.

Doran explique que les outils de communication plus perfectionnés transmettent plus rapidement les données à la salle de commande et qu’une meilleure technologie pour capteurs assure une information plus précise. Par exemple, on peut installer des câbles à fibres optiques avec les nouveaux pipelines en vue de communications plus rapides. On utilise aussi ces fibres comme méthode de rechange pour détecter les fuites et pour avertir la salle de commande lorsque de l’équipement de tiers roule sur un pipeline ou creuse près d’un pipeline enfoui sous terre. Ainsi les sociétés évitent des dommages causés par des tiers avant même qu’ils ne se produisent.

2. Vidéosurveillance

Que serait Big Brother sans vidéosurveillance? Dans le cas des pipelines, les caméras vidéo font bien plus que seulement regarder.

« Les caméras vidéo que l’on utilisait autrefois uniquement à des fins de sécurité sont maintenant dotées de capteurs d’hydrocarbures pour la détection de fuite et pour la surveillance de la température afin d’avertir la salle de commande lorsque la température dépasse les valeurs normales », dit Doran.

3. Avertisseurs 

La capacité d’aviser la salle de commande en cas de problèmes est une partie intégrante de tout système SCADA.

« Les avertisseurs servent à informer les contrôleurs d’événements touchant les pipelines qui nécessitent leur attention. Les avertisseurs clignotent, produisent un son et utilisent une couleur pour indiquer la priorité de la réaction requise, précise Doran. Les réactions varient d’un accusé de réception (aucune action requise) à un avis à la maintenance ou au déclenchement de mesures d’urgence. »

Ces avertisseurs perfectionnés sont constamment améliorés. Par exemple, les progrès ont abouti à « une gestion plus intelligente des avertisseurs, entraînant moins d’alarmes (mais) plus utiles », fait remarquer Doran.

4. Quoi d’autre? Des drones? 

Oui, peut-être.

« Des drones ou des véhicules sans conducteur ont la capacité d’assurer une surveillance continue pour les intrusions de tiers et la détection de fuites le long des emprises des pipelines et autres infrastructures critiques », a dit Doran.

Il précise que les données recueillies de ces appareils pourraient vraisemblablement être configurées pour alimenter le système SCADA.

Amélioration continue 

En améliorant constamment la surveillance des pipelines, les sociétés améliorent aussi leur capacité à identifier les risques et à y réagir avant que des incidents se produisent.

« Il est essentiel de constamment modifier le système SCADA en fonction de nouveaux défis et d’y incorporer les nouvelles pratiques exemplaires relatives à l’intégrité des pipelines pour assurer la sécurité du public et de l’environnement », précise Doran.

Si vous désirez en savoir plus sur les technologies qui améliorent la sécurité des pipelines, lisez les autres billets de notre série sur les innovations pipelinières :


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2013, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.