La vérité sur les fuites de pipelines

Ce billet est le cinquième d’une série sur les innovations pipelinières.

Les Canadiens s’inquiètent souvent de petites fuites de pipelines qui se produisent sous terre. De quelle manière les sociétés peuvent-elles les détecter avant qu’elles présentent un danger pour l’environnement ou la sécurité publique?

« Si une fuite se produit, elle peut être détectée plus rapidement qu’auparavant; cela va aussi pour les fuites plus petites que l’on pouvait difficilement détecter autrefois », explique Marian Dudek, gestionnaire principal à Accenture, société d’experts-conseils qui aide les exploitants de pipelines à utiliser la technologique numérique dans le but d’améliorer l’intégrité des pipelines.

Dans ce billet nous expliquerons ce qui cause les fuites de la taille d’une épingle, et nous vous parlerons des remarquables progrès faits pour aider à les prévenir et les détecter.

Qu’est-ce qui cause les fuites dans le pipeline?

Les bactéries mangeuses de métal existent partout, dans le sol, l’oxygène et le produit transporté dans le pipeline. Ces micro-organismes peuvent causer la corrosion, occasionnant ainsi des dommages dans le métal.

Certains types de bactéries produisent différents sous-produits (par exemple, de l’acide sulfurique) dans leur processus, et ces activités peuvent aboutir à la formation de corrosion, ce qui endommage les pipelines. Ce processus porte le nom de corrosion produite par voie microbienne.

Piqûre de corrosion sur un pipeline (Source : Derek Mawhinney, ingénieur en lutte contre la corrosion)

Piqûre de corrosion sur un pipeline (Source : Derek Mawhinney, ingénieur en lutte contre la corrosion)

Comment les sociétés pipelinières luttent-elles contre ce danger? L’industrie vise zéro incident, et la technologie aide les sociétés à réaliser cet objectif.

Quatre technologies qui protègent contre les petites fuites de trous d’épingle

1. Utilisation des données

Dudek a expliqué que l’analyse perfectionnée de données peut jouer un rôle important dans la prévention des fuites. Les dispositifs d’inspections internes collectent une foule de données sur le pipeline. Les logiciels de pointe peuvent évaluer ces données avec l’information géographique sur les emprises pour créer des « profils de risque » pour chaque pied ou mètre de conduite.

« Le profil de risque allie les données sur la conduite et le profil de la pression, les conditions météorologiques ainsi que les risques élevés entourant le segment (de la conduite) », a fait remarquer Dudek.

L’information sur ces profils de risqué est mise à jour en temps réel et peut servir pour mettre le doigt sur les zones nécessitant plus de surveillance ou d’entretien ou une mesure immédiate pour éviter un incident.

2. Une caméra qui voit ce que l’œil ne voit pas

Dudek a expliqué que des caméras spécialisées peuvent détecter les hydrocarbures évaporés que l’on ne peut pas voir à l’œil nu et qui se trouvent autour du pipeline. Cette technologie fait appel à des images hyperspectrales qui montrent des volumes et des concentrations extrêmement faibles d’hydrocarbures évaporés dans un rayon d’un mile de la caméra.

Exemple d’image hyperspectrale. (Image offerte par Rebellion Photonics)

Exemple d’image hyperspectrale. (Image offerte par Rebellion Photonics)

Les caméras peuvent être montées sur le sol ou sur des véhicules aériens qui inspectent les emprises; elles peuvent aussi être placées de manière permanente à des endroits essentiels comme les franchissements de cours d’eau.

3. Il ne faut pas voir la fuite pour la pressentir

Dudek a précisé que les câbles à fibres optiques posés le long d’un nouveau pipeline peuvent détecter de toutes petites fuites parce qu’ils « détectent de changements locaux imprévus de température qui peuvent être causés par la fuite d’un liquide qui est plus chaud ou plus froid que le sol environnant ». Il a ajouté que les fibres optiques servent aussi de détecteurs acoustiques et peuvent donc détecter les vibrations causées par le débit d’une conduite.

4. Le produit du pipeline pourrait en dire long

Les méthodes de pointe de surveillance du débit et de la pression du pipeline peuvent aussi aider à détecter les fuites, notamment la méthode de l’onde primaire.

Dudek a expliqué que lorsqu’un conduit présente une fuite, une « onde de raréfaction » se déplace dans le produit dans le pipeline. Cette petite onde est causée par la baisse de la pression dans la conduite.

« Tout comme les ricochets sur un lac calme, les ondes se propagent », a fait remarquer Dudek.

Des appareils et des techniques de surveillance de pointe peuvent aider à détecter ces ondes à l’intérieur du pipeline.

Coup d’œil sur l’ensemble

Ce billet met en lumière quelques innovations relatives à la détection de fuites et aux technologies de prévention. Cependant, pour maintenir la sécurité des pipelines il faut un système robuste d’outils et de méthodes. Lisez les autres billets sur cette série pour savoir comment les sociétés assurent l’intégrité de leurs pipelines.

Lisez les autres billets de notre série sur les innovations pipelinières :


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2013, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.