La participation des communautés autochtones aux projets pipeliniers

Si une société pipelinière désire un pacte social d’exploitation, la participation autochtone à ses projets n’est plus du « luxe », mais bien une « nécessité ».

D’où l’importance de la consultation. Au moment de construire de nouveaux pipelines, les sociétés travaillent avec les communautés autochtones pour comprendre et aborder leurs intérêts et leurs inquiétudes.

Si les communautés autochtones n’ont pas les ressources nécessaires aux demandes de consultation ou s’il y a des obstacles à leur participation aux occasions économiques découlant des projets, les pipelinières font alors appel à ce que l’on appelle le renforcement des capacités (PDF).

On parle de renforcement des capacités lorsqu’une société cherche à comprendre les difficultés qui empêchent une communauté de participer au processus pipelinier pour ensuite trouver une solution à ces difficultés avec la communauté concernée.

« Si les Autochtones sont des partenaires, alors l’effort fait pour renforcer les capacités et partager la direction et la prestation du projet donne lieu à un partenariat plus sérieux, » explique Thom Stubbs, président et consultant principal auprès de Headwater Strategy Group, société-conseil qui travaille avec les communautés autochtones et les pipelinières en vue de relations mutuellement avantageuses.

Renforcement des capacités : tous doivent prendre part à la discussion

Les pipelinières travaillent avec les Autochtones aux programmes de renforcement des capacités qui aident les communautés à participer aux consultations sur les pipelines et à ainsi profiter des projets. Cependant, les communautés autochtones à travers le Canada sont uniques et diverses, et les initiatives de renforcement des capacités ne conviennent pas à toutes les parties.

« C’est en déterminant les questions à régler et les mesures de renforcement que les parties entendent utiliser pour les aborder que la pipelinière et la communauté autochtone peuvent trouver une solution », fait remarquer M. Stubbs.

Voici quelques exemples d’initiatives de renforcement de capacités :

  • Un programme de renforcement des capacités peut aider une communauté à obtenir du financement pour des études archéologiques, environnementales ou autres relatives aux consultations pipelinières.
  • Une entreprise peut appuyer des programmes d’éducation et de formation ou créer des débouchés pour les affaires afin que les communautés puissent profiter du projet pipelinier sur le plan économique.

Pas de court terme pour les pipelines ou le renforcement des capacités

Les pipelines durent longtemps (habituellement des décennies). Les sociétés veulent donc nouer des relations avec les communautés qui visent aussi le long terme, elles aussi. C’est pour cette raison que le renforcement des capacités est un engagement soutenu qui comporte des initiatives à court, à moyen et à long terme.

«  Les communautés autochtones représentent les communautés qui existent depuis très longtemps au Canada », précise M. Stubbs.

«  Une initiative qui ciblerait uniquement le court terme ne respecterait pas la vision à long terme des communautés autochtones. »

Tous doivent participer et tous doivent y gagner

Le renforcement des capacités doit profiter à tous ceux qui y participent. Par exemple, en travaillant ensemble avec les communautés autochtones sur des programmes de formation, les sociétés peuvent recruter des travailleurs qualifiés et les communautés obtiennent des emplois.

«  Le secret de cette capacité mutuellement avantageuse réside dans le partage d’intérêts”, dit M. Stubbs. «  Si une pipelinière cherche seulement à renforcer la capacité dans une communauté afin que le projet soit approuvé plus rapidement, il n’y a alors pas de démarche mutuellement avantageuse. »

Le renforcement des capacités doit être fondé sur les relations, et ces relations doivent reposer sur la confiance, le respect et la participation commune au processus pipelinier.

« En aidant les communautés autochtones à renforcer la capacité individuelle et (ou) communautaire, les sociétés pipelinières obtiennent des partenaires dont la participation au projet ne cessera d’augmenter (pendant la durée de vie du pipeline) », explique M. Stubbs.

Pour en savoir plus sur l’importance des relations entre les communautés autochtones et les sociétés pipelinières :


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2013, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.