La mise au point de la technologie pipelinière : défi et solution

Ceci est le premier billet de la série en deux parties dédiée à la Canadian Pipeline Technology Collaborative.

Workers-looking-at-pipe-Pembina-1024x681Saviez-vous que le Canada est le deuxième pays au monde à compter le plus de chercheurs dans le secteur des pipelines?

Avec de telles ressources intellectuelles, le Canada a les moyens de devenir un chef de file mondial pour le développement de la technologie pipelinière. Mais comment transformer toutes ces idées novatrices en des solutions qui améliorent la sécurité des pipelines vis-à-vis du public et de l’environnement? En faisant collaborer tous ces brillants esprits à un ensemble de buts communs.

C’est en partie cette idée qui a motivé la récente formation de la Canadian Pipeline Technology Collaborative (CPTC). Cette entreprise de collaboration fédère les efforts de gouvernements, d’exploitants pipeliniers, de chercheurs (y compris d’universitaires), de fournisseurs de technologies et de partenaires de la chaîne d’approvisionnement afin que le Canada conçoive et déploie des innovations bénéfiques à la sécurité des pipelines.

« Le Canada abrite des talents extraordinaires et ceux-ci jouent un rôle de premier plan dans la création d’idées et d’approches neuves », a expliqué Richard Wayken, chef de la direction de la CPTC. « [La CPTC] repose sur un engagement collectif à l’égard des défis et des priorités et vise à transformer ces derniers en avantages économiques, sociaux et environnementaux. »

Voici comment la CPTC compte s’y prendre afin de faciliter la mise au point de technologies de façon plus rapide et mieux ciblée au Canada.

Le défi: de nombreux chercheurs dans le domaine pipelinier, mais des priorités différentes

Wayken a expliqué que le Canada possède déjà « une formidable capacité de recherche et développement appliquée. » Le défi est que la recherche et développement peut parfois être ad hoc, car elle est effectuée de manière indépendante par diverses organisations et institutions au pays ne partageant pas forcément les mêmes priorités.

Ce manque de coordination signifie que d’importantes technologies ne sont pas toujours mises au point ni déployées aussi rapidement qu’elles pourraient l’être.

La solution: collaborer sur des points clés

La CPTC a collaboré avec l’industrie ainsi qu’avec les gouvernements fédéral et provinciaux afin de déterminer les domaines sur lesquels le Canada doit axer sa recherche et développement dans le secteur pipelinier. Ces domaines comprennent la gestion de l’intégrité, la détection des fuites et les interventions en cas de déversement.

En fonction de ces priorités, la CPTC préparera des défis que devra relever le monde de l’innovation et de la technologie canadien, a expliqué Wayken.

Les renseignements portant sur ces domaines d’intérêt seront communiqués à des chercheurs du secteur pipelinier, des centres de recherche appliquée et des pépinières d’entreprises afin de coordonner les efforts du Canada en matière d’innovation. Par ailleurs, la CPTC mettra en lien des acteurs clés du processus d’innovation avec des acteurs clés du processus de commercialisation (par exemple, des investisseurs) afin d’aider à déployer ces technologies plus rapidement.

« En rassemblant les gouvernements, l’industrie et l’ensemble de la communauté technologique afin de répondre aux défis et aux priorités de ce secteur, nous pouvons vraiment collaborer et accélérer l’accès au marché de ces technologies », a déclaré Wayken.

Douze universités — comme l’Université de la Colombie-Britannique et l’Université d’Ottawa — joueront également un rôle essentiel dans le cadre de cette nouvelle approche collaborative à des fins de recherche et de développement. La CPTC mobilise un maximum d’intervenants afin que le Canada puisse concevoir des technologies qui entraineront les effets les plus bénéfiques sur le plan de la sécurité.

Assurez-vous de revenir visiter notre blogue la semaine prochaine pour y lire le dernier billet de cette série. Nous vous y expliquerons plus en détail la façon dont la CPTC coordonne les ressources du pays afin de faire du Canada un chef de file en matière d’innovation pipelinière.

Pour en apprendre davantage sur la CPTC, visitez leur site Internet ou envoyez un courriel à info@thecptc.ca.


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 117 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2014, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,4 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.