Franc-parler au sujet des pipelines – 6 questions à la présidente et chef de la direction de CEPA

Voici une entrevue de Madame Brenda Kenny, présidente et chef de la direction de CEPA par un blogueur de l’Association sur le fait de diriger l’industrie vers des améliorations permanentes, l’importance de la sécurité des pipelines et l’avenir de l’exploitation pipelinière au Canada.

Quelques mots au sujet de Mme Brenda Kenny :

Mme Brenda Kenny est professeure auxiliaire à la Haskayne School of Business de l’Université de Calgary. Elle est titulaire d’un doctorat en ressources et environnement, une maîtrise en génie mécanique et un baccalauréat en sciences appliquées.

BLOGUEUR CEPA :          Nous avons rencontré madame Brenda Kenny, présidente et chef de la direction de l’Association canadienne de pipelines d’énergie, ou CEPA, qui nous parlera de son rôle dans la direction de cette association et de son effort d’amélioration permanente de l’exploitation pipelinière au Canada. Merci, Mme Kenny, de nous rencontrer.

MME B. KENNY :                Je vous en prie!

BLOGUEUR CEPA :          Alberta Venture vient de vous nommer une des 50 personnes les plus influentes en Alberta. Que signifie pour vous être influente, et que tentez-vous d’influencer?

MME B. KENNY :                Je crois que lorsqu’on se trouve dans un milieu à changement rapide comme ce que nous vivons en ce moment au Canada, il y a de nombreux et excellents aspects de leadership. Si l’on peut user de son influence pour amener les décideurs à être plus à la hauteur et à s’exprimer sur les changements et la direction en cours, c’est alors une occasion à saisir. Au bout du compte, il y a de très nombreux intérêts communs et beaucoup de chefs. Pour moi, avoir de l’influence dans le milieu de l’énergie et de l’environnement me permet essentiellement de faire valoir la responsabilité, l’honnêteté et la transparence et d’encourager les autres à s’exprimer librement et à créer un vrai débat positif sur le changement dont nous avons besoin.

BLOGUEUR CEPA :          Je sais que la sécurité des pipelines et l’amélioration permanente de l’industrie sont très importantes pour vous, et certes aussi pour CEPA. Pour quelles raisons ces aspects sont-ils si importants pour les Canadiens et CEPA? Pourquoi est-ce si essentiel que les Canadiens, et CEPA, soient un chef de file dans ces domaines?

MME B. KENNY :                Tout d’abord, la sécurité des pipelines est essentielle pour les Canadiens. Sauf pour l’électricité, la presque totalité de l’énergie que nous utilisons est transportée par pipelines. De plus, nous sommes une nation commerçante et environ vingt pour cent de notre valeur commerciale provient de l’énergie, et c’est grâce aux pipelines. Qu’il s’agisse de prendre sa voiture pour conduire les enfants à la pratique de soccer, de préparer un steak sur le barbecue ou simplement de profiter des avantages d’une économie prospère, les pipelines sont absolument essentiels. Nous avons l’obligation, envers les Canadiens, de faire en sorte que nos pipelines soient les plus sécuritaires au monde. Nous cherchons donc continuellement à œuvrer en ce sens. CEPA, dont les membres sont les grandes pipelinières de transport au Canada, est particulièrement bien placée pour aider à encourager la collaboration, à réaliser des objectifs de sécurité solides et émouvants et à pousser la performance pour permettre aux gens et aux grands dirigeants de travailler ensemble pour relever ces défis et saisir les occasions.

BLOGUEUR CEPA :          Vous êtes à la direction de CEPA depuis 2008. Quelle était votre vision de l’industrie lorsque vous êtes arrivée? Pensez-vous avoir réalisé cette vision?

MME B. KENNY :                Pour moi, cette vision consistait à fournir des possibilités à l’industrie pipelinière canadienne et à lui permettre de se concerter sur les meilleurs programmes, les pratiques exemplaires et l’amélioration permanente, et c’est exactement ce en quoi consiste le programme Priorité intégrité de CEPA. Je suis très fière de cette industrie surtout que maintenant nous avons trouvé le moyen de vraiment faire valoir le talent, et le sens de la collaboration et de l’innovation de nombre de dirigeants qui y occupent leurs fonctions depuis très longtemps pour aller de l’avant. Il existe un proverbe africain qui dit : « Je peux aller plus vite tout seul, mais je pourrais aller plus loin ensemble ». C’est vraiment en quoi consiste CEPA.

BLOGUEUR CEPA :          Vous venez de parler de Priorité intégrité. Je sais que depuis que vous êtes à CEPA, vous avez instauré de nombreuses mesures afin que les pipelines canadiens soient parmi les plus sécuritaires au monde. Parmi ces initiatives, lesquelles selon vous, se sont avérées les plus importantes?

MME B. KENNY  :                C’est une bonne question. Il n’est pas facile d’en choisir juste une, j’en nommerai donc deux. D’abord, ce sont les pratiques clés en place dans les domaines où nous étions déjà très forts et où nous avons décidé d’être plus forts encore et plus visibles. Pour moi, c’est tout ce qui touche les mesures d’urgence. Notre secteur d’activité est très réglementé dans ce domaine et chaque société a ses propres systèmes réglementés de mesures d’urgence qui font l’objet d’une étude serrée lorsqu’il y a une audience d’une grande pipelinière. Cependant, notre industrie a adopté cette année, pour la toute première fois en Amérique du Nord, et je crois de son histoire, une entente d’aide mutuelle en cas d’urgence qui en fait veut dire « tout le monde sur le pont » pour toutes les sociétés si un incident se produisait dans l’une d’elles. Cette entente pousse les sociétés à tenir ensemble des exercices d’intervention en cas d’urgence, des critiques conjointes de pratiques et de démarches relatives au centre de commandement, et ainsi de suite.

En ce sens, nous pouvons miser sur cette entente d’aide mutuelle et vraiment pousser l’excellence et l’innovation pour nous assurer d’avoir les meilleures mesures d’urgence possibles et bien supérieures à ce qui est demandé dans la réglementation. Puis, il y a ce qui se passe à l’interne, et à cet égard, je dois souligner la critique plus active et constructive des systèmes respectifs de chacun. Il est important de mériter la confiance de ses pairs et ainsi être en mesure de leur dire que vous voulez qu’ils examinent votre exploitation et qu’ils puissent vous donner des conseils en la matière. CEPA a été invitée à faire des évaluations au sein de l’industrie et à permettre aux membres de son conseil et aux experts techniques de se parler les yeux dans les yeux et de constater que, en tant que communauté, on pourrait faire mieux. Certains dirigeants peuvent aider les autres. Certains se portent très bien, d’ailleurs extrêmement bien à la lumière de mesures mondiales, mais ils veulent faire mieux. Comment peut-on y arriver ensemble? En créant un moyen de se parler franchement avec de vrais faits, de vrais chiffres et de vraies évaluations, nous avons trouvé le moyen d’apporter de meilleures améliorations.

BLOGUEUR CEPA :          Vous savez, je vous ai entendu faire des exposés partout au pays. Vous avez fait des exposés dans le monde entier pour expliquer pourquoi le Canada doit être un chef de file dans le domaine de la sécurité pipelinière, comme vous venez de le dire. Pourriez-vous nous parler de votre vision de l’avenir de l’industrie pipelinière au Canada?

MME B. KENNY :                J’ai entendu les experts techniques dire ouvertement que le Canada est la capitale pipelinière du monde. La raison pour laquelle ils le disent est que nous avons un vaste territoire et que nos pipelinières sont parmi les meilleures de la planète. Nous ne visons pas seulement l’excellence, nous cherchons aussi à développer, à innover et à faire avancer la technologie et les pratiques qui peuvent aider le reste de monde à devenir meilleur. Notre rôle, ce sont les autoroutes énergétiques, et ces autoroutes doivent servir et être aussi sûres et respectueuses de l’environnement que possible, et nous ne devons jamais perdre cet objectif de vue.

BLOGUEUR CEPA :          Nous allons passer à un autre rôle si vous le voulez bien, celui de professeure à l’Université de Calgary. Nous avons parlé de leadership. Qu’est-ce que vous enseignez aux étudiants sur l’importance du leadership?

MME B. KENNY :                En tant que professeure auxiliaire, c’est un plaisir d’être invitée à donner une conférence de temps en temps. Je n’enseigne pas une matière précise. Cependant, je travaille avec des étudiants et des diplômés et une des choses sur lesquelles j’insiste est, qu’il s’agisse d’un ingénieur avec un merveilleux talent technique ou d’un étudiant en maîtrise en administration des affaires avec un extraordinaire sens des affaires, qu’il faut comprendre que le succès ne se mesure pas au talent technique, mais plutôt à la société desservie. Il est important de comprendre que les parties prenantes qui ont un intérêt et des préoccupations dans ce que vous faites sont bien placées pour poser les questions qu’elles soulèvent. Ces intervenants ne sont peut-être pas aussi doués sur le plan technique ou les affaires que vous, mais il faut les écouter. Il faut accepter de remettre ses propres hypothèses en question à travers eux. Il faut savoir intégrer ce qui est important pour ces parties prenantes dans les solutions. Ces parties prenantes sont la société que vous servez. Vous devez donc apprendre à comprendre leurs intérêts et à les inclure dans ce que vous faites.

BLOGUEUR CEPA :          Merci Mme Kenny. Nous avons épuisé le temps accordé. Je vous remercie encore une fois de nous avoir parlé aujourd’hui.

MME B. KENNY :                Je vous remercie de vos questions.


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2012, ces autoroutes de l’énergie ont acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquéfié et 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés principalement en Amérique du Nord.