En toute honnêteté : regard vers le passé et l’avenir en compagnie d’un dirigeant de l’industrie des pipelines qui prend sa retraite

Lorsque Patrick Smyth a commencé sa carrière, il y a des dizaines d’années, il croyait qu’il serait soudeur. Le temps et de nombreux rebondissements l’ont amené à l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA). Il part maintenant à la retraite à titre de dirigeant respecté de l’une des plus importantes industries du pays.

« Mon parcours a été inhabituel », dit M. Smyth, vice-président à la performance de CEPA, sur le point de prendre sa retraite. « En y pensant, ce parcours m’a vraiment fait comprendre tous les aspects du travail, de l’ouvrier qui balaie le plancher aux cadres supérieurs de l’entreprise. »

Cheminement unique, point de vue unique

M. Smyth a décroché à 15 ans son premier emploi auprès du ministère des Parcs de la Colombie-Britannique. Il aménageait et entretenait des sentiers et des emplacements de camping. Il dit qu’il aimait le travail plus que l’école et a abandonné ses études après la 11eannée. Après avoir suivi un apprentissage, il a « reconnu l’importance des études » et a obtenu un diplôme en technologie à 28 ans, puis un baccalauréat en commerce et une maîtrise en administration des affaires tout en travaillant à temps plein.

M. Smyth a entamé sa carrière officielle dans les métiers en tant que soudeur et mécanicien de machinerie lourde. Il s’est ensuite intéressé à l’assurance de la qualité et aux essais non destructifs et a voyagé pendant dix ans dans l’ouest du Canada et le nord-ouest des États-Unis pour inspecter des usines de pâte, des usines à gaz, des pipelines et d’autres pièces de machinerie lourde. Cet emploi l’a même amené en Chine, où il a travaillé sur d’énormes tubages destinés à une mine au Chili.

Lorsqu’il s’est marié, M. Smyth a décidé que le moment était venu de s’installer, et il a accepté un emploi axé sur les questions réglementaires ayant trait aux pipelines au ministère de l’Énergie et des Mines de la Colombie-Britannique. Il rit en pensant à la façon dont les projets de pipelines étaient approuvés en ce temps-là.

« Un groupe de cinq personnes recevait toutes les demandes, inspectait et vérifiait tous les pipelines et accordait l’autorisation de mise en service. Je fournissais l’approbation et je surveillais le pipeline durant tout son cycle de vie », explique-t-il.

M. Smyth a ensuite travaillé pour la Commission du pétrole et du gaz de la Colombie-Britannique, où il dirigeait l’établissement d’un nouveau régime de réglementation pour l’exploitation pétrolière et gazière dans la province. Ce poste a fini par l’amener à l’Office national de l’énergie (ONE), où il a gravi les échelons jusqu’au niveau de vice-président, et dirigeait une équipe de plus de 100 employés composée d’ingénieurs, de vérificateurs, d’inspecteurs et de spécialistes en intervention d’urgence.

Après avoir passé sept ans à l’ONE, M. Smyth s’est joint à CEPA en qualité de vice-président à la sécurité et à l’ingénierie. Ce poste s’appelle maintenant vice-président à la performance.

Selon M. Smyth, son cheminement de carrière non conventionnel lui a permis d’acquérir une expérience et un point de vue tout à fait particuliers, ce qui lui a été très utile.

« J’ai passé du temps sur le terrain, je sais ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, et cela me donne un peu de crédibilité, lance M. Smyth en souriant. Je n’ai pas simplement fait des études en ingénierie après le secondaire, puis gravi les échelons jusqu’à un poste de dirigeant. J’ai travaillé dans le fossé sur des canalisations, ainsi que dans une grue. »

 

Faire bouger les choses dans l’industrie des pipelines

En rétrospective, M. Smyth affirme que c’est au cours des sept années passées à CEPA qu’il a eu le plus d’influence dans sa carrière, que ce soit en rehaussant l’accent sur la sécurité, la résilience et la sûreté, ou en faisant évoluer la collaboration des experts techniques des entreprises de pipelines de transport au Canada. Il est heureux de partir sur une note positive. M. Smyth ajoute que les membres de son équipe et le reste des employés sont les « personnes les plus agréables et compétentes avec lesquelles [il a] travaillé. »

Pendant son emploi à CEPA, M. Smyth a contribué à faire mieux connaître l’industrie canadienne des pipelines à l’échelle internationale. Il a fait des exposés un peu partout en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde, notamment à l’occasion du Forum international sur la sécurité des pipelines, de la Conférence sur les pipelines à Rio et de l’Atelier sur les pipelines à Banff.

M. Smyth a également été président de la Conférence internationale sur les pipelines en 2018, l’un des faits saillants de sa carrière, d’après lui.

Enfin, M. Smyth est fier de la relation qu’il a contribué à forger entre CEPA et l’Association des jeunes pipeliniers du Canada.

 

L’avenir de l’industrie des pipelines

Se tournant vers l’avenir, M. Smyth pense que le pétrole et le gaz continueront de représenter une partie importante du panier énergétique, en dépit de l’évolution de celui-ci.

« Je crois que la société acceptera mieux le secteur énergétique à mesure qu’il se rapprochera de la carboneutralité et continuera de perfectionner la production de pétrole et de gaz, déclare M. Smyth. J’entrevois un avenir caractérisé par un plus grand nombre de véhicules électriques, une utilisation accrue de l’hydrogène et l’évolution du captage et du stockage du carbone, mais si les gens pensent que nous n’aurons plus de pétrole ni de gaz, ils rêvent en couleur. »

M. Smyth affirme que les pipelines continueront de transporter le pétrole et le gaz, ainsi que d’autres produits, de la manière la plus sûre et la plus responsable possible.

Bien qu’il conserve une passion pour l’industrie des pipelines, M. Smyth a hâte de passer plus de temps avec son épouse dans leur chalet près de Fairmont, en Colombie-Britannique, et de traverser le Canada.

« Mon parcours a été intéressant. Notre carrière, notre vie, ressemble aux montagnes russes. Il y a tant de hauts et de bas. Il faut profiter des sommets et tirer des leçons des creux. J’ai vraiment aimé mon voyage. »

CEPA remercie Patrick Smyth, vice-président à la performance, de son leadership au cours des sept dernières années et de sa contribution à cet article. L’industrie canadienne des pipelines va s’ennuyer de vous, M. Smyth!