En images – La remise en état des terres après la construction d’un pipeline

Au cours de notre série « En images », nous répondons à certaines de vos questions les plus courantes et en profitons au passage pour défaire quelques mythes en matière de pipelines. Jusqu’à présent, nous avons répondu à des questions sur la préparation aux situations d’urgence, les soudures et le nettoyage des déversements. Cette semaine, nous nous intéressons à ce qui arrive aux terres une fois le pipeline installé et les équipes de construction parties.

Les sociétés pipelinières sèment-elles la destruction sur leur passage lorsqu’elles construisent un pipeline?

Mettre un pipeline en place est un projet d’envergure et il ne fait aucun doute que d’immenses étendues de terres se voient perturbées au cours de ce processus. Mais saviez-vous que les sociétés pipelinières remettent complètement les terres en état aussitôt qu’elles ont fini leur travail?

Réparation et remise en état

Voici trois choses à savoir sur ce qui attend les terres une fois le pipeline construit :

  • À la fin d’un projet de construction de pipeline, les sociétés pipelinières remettent complètement les terres en état et surveillent le bon déroulement de ces travaux afin de voir leurs efforts aboutir.
  • Une emprise de pipeline est une bande de terrain d’une largeur maximum de 40 mètres. On peut facilement la reconnaître car il s’y déroule très peu d’activités, mais on lui fait retrouver son état naturel en y faisant repousser des plantes indigènes.
  • Les sociétés pipelinières adoptent même une approche proactive quant à la protection des terres situées autour des travaux, par exemple dans le cadre de leur lutte contre la hernie du chou.

CEPA-Meme3-v1

Pour en savoir plus sur la façon dont les sociétés pipelinières réparent et assainissent les terres à la fin de leurs projets de construction ou d’entretien, jetez un œil aux billets suivants :

Pour davantage de réponses aux questions les plus courantes des Canadiens et Canadiennes en ce qui concerne les pipelines, vous pouvez lire les autres billets de notre série « En images ». Vous pouvez également nous laisser vos propres questions dans la section réservée aux commentaires ou les poster sur Facebook ou Twitter, afin que nous essayions d’y répondre dans l’un de nos prochains billets.