Des mesures pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs des campements

De nombreux Canadiens ont travaillé à la maison durant les premiers mois de la pandémie de COVID-19, mais pour d’autres, c’était la pleine saison de la construction. Incapables de travailler chez eux, ils ont fait face à de longs séjours dans des campements éloignés.

Assurer leur sécurité a nécessité une mûre réflexion et une planification efficace, des processus robustes mais souples, et une bonne dose de compassion.

Dans le billet de cette semaine, nous nous penchons sur les mesures prises pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs dans les camps de construction partout au pays.

Veiller à la conformité sans gâcher l’expérience client

Des entreprises comme Outland, une division de Dexterra, fournissent des installations et des services aux travailleurs des secteurs suivants : pipelines, exploitation minière, foresterie et autres grandes industries. Les services comprennent la restauration, l’entretien ménager et l’entretien, et veillent à ce que l’expérience client soit positive en proposant des installations et des activités récréatives.

La sécurité est toujours l’une des principales préoccupations dans les campements de travail. La conformité aux restrictions en matière de santé publique liées à la COVID-19 renforce donc les mesures de protection déjà rigoureuses, ce qui a contribué à prévenir les éclosions dans ces camps, lesquelles auraient pu avoir de graves conséquences.

Parmi les mesures supplémentaires mises en œuvre, notons l’ajout de créneaux de restauration pour éviter les longues queues, l’agrandissement des cuisines et l’ajout d’espace de loisirs.

« C’est un équilibre. Nous tenons à assurer la sécurité de nos clients et de nos propres employés, mais nous devons en même temps faire de notre mieux pour éviter que l’expérience des clients se détériore, explique Peter Cameron, directeur de l’expansion commerciale d’Outland. Nous devons donc ajouter des ressources pour maintenir notre norme de service élevée et respecter les exigences en matière de santé publique. »

Gérer en faisant preuve de compassion et de souplesse

L’entreprise a également dû adapter ses méthodes pour fournir un hébergement confortable en cas d’isolement. « Si un travailleur éprouve des symptômes, même légers, il doit s’isoler jusqu’à ce qu’il passe un test de dépistage de la COVID, précise M. Cameron. Nous gérons son isolement de manière attentive. Un préposé lui apporte ses repas et passe le voir fréquemment pour qu’il ne soit pas complètement seul. »

Les entreprises qui offrent des services dans les camps de construction abordent la qualité et la sécurité de manière très semblable. « Les informations sur la sécurité ne sont pas traitées comme étant exclusives, fait remarquer M. Cameron. Notre base de données est un excellent exemple. Elle fournit en effet des connaissances collectives que nous pouvons tous utiliser pour nous améliorer. Et nous faisons de notre mieux pour partager les pratiques exemplaires d’autres industries avec nos clients lorsque c’est possible. »

M. Cameron explique que l’entreprise a récemment donné satisfaction lors d’une vérification ponctuelle entreprise par l’un de ses principaux clients. Ce dernier a vérifié la conformité aux mesures liées à la COVID et recueilli des pratiques exemplaires des campements de travail situés le long de l’emprise d’un pipeline.

Compte tenu de la composition diverse des populations de travailleurs et des communautés, Outland a dû en outre faire preuve de souplesse dans certains horaires. « Notre horaire est généralement rigide, mais en temps de pandémie, nous avions besoin d’une approche axée sur l’humain, dit M. Cameron. Certains travailleurs voulaient continuer de travailler au lieu de s’isoler dans la collectivité pendant 14 jours à leur retour chez eux. Nous leur permettons donc de travailler pendant de plus longs quarts et nous leur donnons de plus longs congés pour passer du temps en famille. »

« Tant de Canadiens ont profité d’un meilleur équilibre travail/vie personnelle pendant la pandémie, ajoute M. Cameron. Nous avons essayé de nous adapter pour offrir cela aux travailleurs des services dans les campements, mais compte tenu de l’éloignement et du nombre de locataires de l’extérieur, nous devons également prendre toutes les précautions possibles. »

Outland est membre de la Fondation CEPA dans le domaine de la chaîne d’approvisionnement des pipelines. À propos des pipelines remercie Peter Cameron d’avoir fait part de l’expérience de son entreprise en matière de sécurité des travailleurs durant la pandémie.