Comment les pipelines franchissent-ils les cours d’eau?

Afin que les pipelines puissent transporter l’énergie dont nous avons besoin à travers le pays, ils doivent parfois franchir des cours d’eau.

La protection environnementale de ces cours d’eau est certes une source de préoccupation pour les Canadiens, tout comme elle l’est d’ailleurs pour les sociétés de pipelines. C’est pour cette raison que l’industrie a commencé à utiliser des méthodes de construction perfectionnées sur le plan technique comme le forage directionnel horizontal pour construire des pipelines qui doivent franchir des zones fragiles.

En quoi consiste le forage directionnel horizontal (FDH)?

CEPA

La technique de FDH en action (photo gracieuseté de CCI)

 Le FDH est une méthode de construction sans tranchées qui, en termes simples, consiste à forer une voie sous un cours d’eau ou sous un autre obstacle (comme une route), puis  de passer le pipeline en dessous.

CCI est une entreprise canadienne spécialisée dans l’utilisation du FDH pour construire des pipelines qui franchissent des plans d’eau. M. Dave Dupuis, directeur de l’exploitation, a expliqué qu’avec cette méthode, l’équipement ne doit pas entrer dans l’eau comme c’est le cas pour la méthode d’installation par tranchées à ciel ouvert.

«  Il n’y a absolument aucun impact sur l’environnement parce que nous creusons sous l’eau; la construction et l’installation ne causent aucune altération à la surface », a expliqué M. Dupuis en précisant qu’il y a altération uniquement là où l’équipement est placé et au point de sortie pour le raccordement de la canalisation.

Si vous désirez plus d’information sur le fonctionnement du FDH, ne manquez pas la série télévisée Frontiers of Construction; vous pouvez aussi télécharger la vidéo du site de CCI (défiler au bas de la page pour voir le lien).

Comment le FDH protège-t-il l’environnement?

«  C’est vraiment la méthode la plus écologique pour franchir un plan d’eau », a expliqué M. Dupuis.

Il a fait remarquer que comme il n’y a aucune activité physique dans l’eau, «  l’habitat du poisson n’est pas dérangé ».

La stabilité des rivages est un autre avantage de cette méthode de construction.

«  Comme il n’y a pas d’altération, la berge ne peut pas s’incliner ou s’éroder dans le plan d’eau », a souligné M. Dupuis.

La technologie permet de continuellement améliorer les techniques de construction

Comme l’industrie pipelinière cherche à continuellement améliorer  sa performance, elle est constamment à la recherche de nouvelles technologies et de progrès dans les technologies existantes.

«  Le désir de ne pas vouloir toucher à l’environnement et de bien agir sur le plan social a vraiment été un élément clé qui a fait avancer cette technologie au cours des 15 à 20 dernières années », a dit M. Dupuis en parlant de l’utilisation du FDH pour franchir des cours d’eau (PDF); il a cependant ajouté que cette méthode n’est pas la seule méthode sans tranchées ouvertes.

M. Dupuis a expliqué que sa société, membre de la nouvelle Fondation CEPA, choisit la meilleure technique pour la géologie du cours d’eau local. Ces techniques se perfectionnent constamment. Par exemple, en août dernier, CCI a terminé l’installation du tout premier microtunnel pour pipeline au Canada.


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2012, ces autoroutes de l’énergie ont acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos sociétés membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés, principalement en Amérique du Nord.