Comment les jeunes pipeliniers façonnent-ils l’avenir du secteur énergétique?

Lors de précédents billets dans ce blogue, nous avons eu l’occasion de rencontrer certains jeunes professionnels du secteur énergétique et de découvrir leur métier, leurs passions et leurs motivations. Cette semaine, nous allons examiner de façon plus large ce qui motive les jeunes à se lancer dans une carrière dans les pipelines, ainsi que la façon dont ils façonnent l’avenir de cette industrie.

Afin d’en savoir plus, nous nous sommes entretenus avec Anita Le, présidente du chapitre de Vancouver de la Young Pipeliners’ Association of Canada (YPAC), afin de recueillir son opinion concernant les jeunes professionnels de l’industrie pipelinière.Anita Le, YPAC Vancouver

Q : Quels genres de carrières attendent les jeunes dans l’industrie pipelinière?

Anita : Les possibilités sont illimitées. Il y a des carrières évidentes telles qu’ingénieur, conseiller en environnement, chef de projet, dessinateur, et ainsi de suite. Mais il y a aussi d’autres carrières, moins évidentes, par exemple dans la comptabilité, l’informatique, le domaine légal, les communications, la conception graphique et bien d’autres encore.

Q : Est-ce que les jeunes qui entrent dans le secteur énergétique reçoivent des réactions négatives quant à leur choix de carrière?

Anita : Nous avons bel et bien l’impression que l’industrie des combustibles fossiles et l’industrie des pipelines sont souvent perçues négativement. Mais en réalité, les sondages montrent qu’une majorité écrasante de la population canadienne est favorable aux pipelines. Malheureusement, ceux qui y sont très opposés se font beaucoup entendre.

C’est cette impression qui peut décourager les jeunes à débuter dans l’industrie, mais d’un autre côté, beaucoup de nouveaux professionnels issus de la génération « Y » (ceux et celles nés entre le début des années 80 et le début des années 2000) s’intéressent à l’environnement et veulent faire bouger les choses depuis l’intérieur.

Q : Est-ce qu’il est difficile de concilier le fait d’être un jeune professionnel de l’industrie pipelinière et celui de se préoccuper du sort de l’environnement?

Anita : Pas du tout. C’est nous qui allons vivre dans ce monde et avec ce climat pendant les 60 prochaines années, voire plus. Nous voulons faire avancer l’industrie et protéger notre qualité de vie, tout en protégeant l’environnement. Nous savons que la durabilité occupe une place de premier plan dans le déroulement souhaitable des choses.

Pour ceux d’entre nous qui se soucient véritablement d’opérer un changement au sein du secteur énergétique, il y a trois façons principales de faire :

  1. Vous vous impliquez au sein du secteur énergétique, ce qui vous permet de promouvoir la mise en œuvre de nouvelles technologies et d’innovations et d’être le changement que vous désirez voir.
  2. Vous vous impliquez personnellement dans les nouveaux secteurs énergétiques, comme ceux de l’énergie éolienne ou solaire.
  3. Vous vous engagez personnellement à réduire votre propre consommation énergétique.

    young pipeliners at work

Q : Comment les jeunes pipeliniers perçoivent-ils l’avenir de l’industrie?

Anita : En tant que Canadiens et Canadiennes, nous comprenons que nous avons besoin du secteur des combustibles fossiles. Mais nous devons également parvenir à un équilibre entre énergie et environnement.

En ce moment, les énergies renouvelables ne répondent qu’à environ 2,2 pour cent de nos besoins énergétiques et il faudra des années avant que cela ne change. En attendant, nous devons sans cesse nous assurer que ce que nous utilisons est de plus en plus sûr et de plus en plus durable.

De plus, nous possédons la troisième réserve de pétrole la plus importante au monde et nous devrions trouver une façon raisonnable d’acheminer tout cela vers les marchés. Les changements climatiques et les préoccupations environnementales sont un enjeu mondial, donc tout ce qui se passe de l’autre côté du globe affecte la population entière. Si le pétrole ne parvient pas là-bas de manière responsable depuis chez nous, il proviendra d’ailleurs, parce que la demande subsistera.

Mais à l’heure actuelle, il se déroule énormément de choses vraiment formidables et innovantes dans l’industrie. On constate une forte implantation de la technologie et nous faisons tout le nécessaire pour rester à jour. Nous bâtissons une culture de la qualité qui favorise l’excellence. Pour notre génération, c’est primordial.

Q : Prévoyez-vous que l’industrie fera face à des défis particuliers?

Anita : Nous sommes sur le point de connaître un énorme renouvellement de la main-d’œuvre. Au cours des trois à cinq prochaines années, approximativement les deux tiers de la main-d’œuvre employée par l’industrie pourra partir à la retraite. Nous devons tirer parti des connaissances actuelles et en faire bénéficier tous ces jeunes prometteurs. Il y a un gros potentiel là et de nombreux esprits brillants sont prêts à prendre la relève.

Revenez nous lire sous peu, car nous reparlerons bientôt en détail du besoin de léguer les connaissances actuelles des pipeliniers chevronnés à la nouvelle génération.

Si vous voulez en apprendre davantage sur les jeunes professionnels qui travaillent actuellement dans l’industrie des pipelines, vous pouvez lire les billets suivants :