C’est un fait : le bitume dilué n’est pas plus corrosif que le pétrole brut classique

FAIT : le bitume dilué n’est pas plus corrosif que le pétrole brut classique.

Cette semaine, Penspen Integrity, une division de la société Penspen Limited basée au Royaume-Uni, a pubié un rapport, le « Dilbit Corrosivity Report » (Rapport sur la corrosivité du dilbit) (PDF), qui réfute catégoriquement le mythe propagé par les critiques de l’industrie à propos du transport de bitume dilué (PDF).

Ceci n’a rien de nouveau pour nous. Nous savons tous dans l’industrie que le bitume dilué n’est pas plus corrosif que le pétrole brut classique – et cela a été prouvé à de maintes reprises.

Considérez ceci :

Aux fins de son rapport, Penspen a examiné 40 études couvrant plus de 40 ans, qui portaient sur le comportement du bitume dilué et du pétrole brut classique. Toute cette recherche a mené à un fait indéniable, comme le déclare la conclusion du rapport :

Le dilbit et le synbit ne sont pas plus corrosifs pour les pipelines de transport de pétrole brut que les bruts lourds acides comparables, et pourraient être moins corrosifs dans de nombreux cas.

Ces constatations par un organisme respecté, basé au R.-U., sont les mêmes que celles des études effectuées au Canada, et notamment la « Comparison of the Corrosivity of Dilbit and Conventional Crude » (Comparaison de la corrosivité du dilbit et du brut classique) (PDF) d’Alberta Innovates. Selon l’honorable Joe Oliver, ministre des Ressources naturelles, ceci constitue une preuve supplémentaire de la sécurité des pipelines au Canada :

« Cette étude indépendante menée par un organisme de renommée internationale s’ajoute à des recherches approfondies et aux preuves innombrables qui existent déjà et qui démontrent que le bitume canadien n’est pas plus corrosif, » a-t-il dit.

« Notre gouvernement a déjà déclaré que le développement des ressources naturelles du Canada ne peut se poursuivre qu’à condition de respecter la sécurité et la responsabilité. Les pipelines représentent une méthode sûre et efficace pour le transport de volumes élevés de pétrole brut et de produits pétroliers. »

Les Canadiens peuvent faire leur propre opinion

Le rapport Penspen fournit des faits scientifiques sur un sujet qui est devenu brûlant. Selon Brenda Kenny, présidente et chef de la direction de la CEPA, les Canadiens, forts de ces connaissances, peuvent tenir des conversations avisées sur la sécurité du bitume dilué.

« Ce rapport permet aujourd’hui d’éradiquer ce mythe et de rassurer encore davantage les Canadiens au sujet de la sécurité de nos pipelines, quel que soit le genre de produit qu’ils transportent. »

« Il est important de présenter des preuves scientifiques aux Canadiens pour leur permettre de prendre des décisions avisées et qui ne reposent pas sur des informations erronées. » 


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés de pipelines de transport qui exploitent 110 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2011, les sociétés membres de la CEPA ont transporté environ 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel et 1,2 milliard de barils de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés. Les sociétés membres de la CEPA transportent 97 pour cent de la production quotidienne de gaz naturel et de pétrole brut des régions productrices vers les marchés d’Amérique du Nord.