Ce que vous pensez savoir sur les pipelines et l’environnement pourrait se révéler faux

Soyons honnêtes. En matière d’environnement, les pipelines ont mauvaise réputation. Certains incidents survenus au Canada en sont partiellement la cause et nous faisons tout notre possible pour éviter que ceux-ci ne se reproduisent. Toutefois, de fausses informations ont aussi fortement contribué à créer la perception que les sociétés de pipeline ne se soucient tout simplement pas de l’environnement. Dans ce billet, nous voulons mettre les choses au clair, afin que les Canadiens possèdent les faits dont ils ont besoin pour débattre en toute connaissance de cause sur le rôle que devraient jouer les pipelines dans notre avenir.

Laying-Pipe-Kinder-Morgan-1024x820

6 idées purement erronées concernant les pipelines

Idée fausse 1 : l’industrie pipelinière ne se préoccupe pas de l’environnement.

La vérité : Les faits montrent que le changement climatique est une réalité. C’est pourquoi les sociétés de pipelines travaillent à réduire les émissions liées à leur exploitation, tout en acheminant une énergie qui reste indispensable (et, à en croire les prévisions, qui continuera de l’être) aux Canadiens et aux habitants du monde entier. À CEPA, nous pensons que cela donne au Canada l’occasion d’agir en chef de file et d’élaborer des solutions novatrices en vue d’assurer une production énergétique intelligente et durable.

Idée fausse 2 : les exploitants de pipelines ne protègent pas la faune, les forêts, les cours d’eau, ni les terres du Canada.

La vérité : De la planification d’un pipeline jusqu’à sa mise à la réforme, les sociétés de pipelines travaillent à réduire au minimum les impacts de leurs projets sur l’environnement. Par exemple, lorsque les sociétés planifient un tracé, elles mènent des évaluations environnementales exhaustives pour identifier les poissons, la faune et la végétation à protéger tout au long de la vie du pipeline. Et une fois le pipeline achevé, les sociétés effectuent des travaux de remise en état afin de restaurer la zone touchée par les activités de construction.

Idée fausse 3 : les déversements de pipelines se produisent tout le temps.

La vérité : Les déversements de pipelines sont rares. Chaque jour au Canada, les pipelines de transport acheminent trois millions de barils de pétrole brut, et de 2002 à 2013, 99,9995 pour cent des produits liquides transportés par nos sociétés membres sont arrivés à destination sans incident.

En outre, les pipelines canadiens comptent parmi les plus sûrs au monde. Selon Ressources naturelles Canada, le taux de déversement des pipelines sous réglementation fédérale a été 57 pour cent plus faible qu’en Europe et 60 pour cent plus faible qu’aux États-Unis au cours des dix dernières années.

Fausse idée 4 : le développement des énergies renouvelables entre en conflit avec les intérêts des pipelinières.

La vérité : En réalité, de nombreuses sociétés de pipelines investissent dans les sources d’énergie renouvelables. Par exemple, Enbridge a investi dans 14 parcs éoliens, et une station de compression exploitée par TransCanada en C.-B. fournit une électricité dénuée d’émissions au réseau électrique de cette province.

L’industrie pipelinière appuie la transition vers les énergies renouvelables, mais elle reconnait aussi que le monde dépend encore de toutes les sources d’énergie (dont le pétrole et le gaz) pour subvenir aux besoins d’une population mondiale grandissante.

Fausse idée 5 : les déversements de pipelines provoquent inévitablement des dégâts environnementaux irréparables

La vérité : Bien que les pipelines canadiens figurent parmi les plus sûrs dans le monde, nous ne pouvons pas garantir qu’un déversement n’aura jamais lieu. Toutefois, notre priorité absolue est de parvenir au chiffre de zéro incident, et les sociétés de pipelines s’efforcent de parvenir à ce but en améliorant constamment les technologies, les systèmes et la culture de la sécurité qui protègent ces canalisations.

Si un incident devait se dérouler, les sociétés ont en place des plans d’intervention d’urgence sophistiqués pour gérer tout incident rapidement et efficacement et minimiser les dégâts. De plus, les sociétés se sont engagées à travailler sur le site jusqu’à ce que la zone soit complètement nettoyée et remise en état.

Fausse idée 6 : Les sociétés de pipelines n’accordent pas d’importance aux connaissances des autochtones.

La vérité : L’industrie sait qu’en tissant d’étroites relations avec les collectivités autochtones, les sociétés peuvent acquérir des connaissances traditionnelles sur les terres de la région, les forêts, l’eau et la faune, et ainsi réduire davantage les effets de leurs projets sur l’environnement.

Vous voulez d’autres faits?

Découvrez la vérité derrière d’autres mythes liés aux pipelines.


L’Association canadienne de pipelines d’énergie représente les sociétés canadiennes de pipelines de transport, lesquelles exploitent environ 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2013, ces autoroutes de l’énergie avaient acheminé environ 1,2 milliard de barils de produits de pétrole liquide et 5,3 billions de pieds cubes de gaz naturel. Nos membres transportent 97 pour cent du gaz naturel consommé quotidiennement au Canada et acheminent du pétrole brut en provenance des gisements terrestres de régions productrices vers divers marchés nord-américains.