ATCO à l’avant-garde du développement de l’hydrogène

En juin, nous avons ramené les lecteurs à leurs cours de chimie du secondaire dans notre billet portant sur le travail effectué pour que l’hydrogène fasse partie de l’avenir sobre en carbone du Canada. ATCO, membre de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA), dépasse de loin ce niveau de chimie avec ses investissements dans l’hydrogène. Elle fait progresser des projets d’hydrogène au Canada et dans l’ouest de l’Australie, où le développement de l’hydrogène va bon train.

Dans le billet d’aujourd’hui, nous donnerons un aperçu du rôle croissant d’ATCO dans le développement et l’utilisation de l’hydrogène comme combustible faible en carbone dans les deux pays.

Projet de mélange d’hydrogène d’ATCO

En juillet 2020, Canadian Utilities, une filiale d’ATCO, a annoncé un prix de 2,8 millions de dollars pour faire avancer un projet de mélange d’hydrogène à Fort Saskatchewan, en Alberta.

Canadian Utilities mélangera cinq pour cent d’hydrogène par volume dans un tronçon de son réseau de distribution de gaz naturel résidentiel de Fort Saskatchewan. Une fois réalisé, ce projet de mélange d’hydrogène sera le plus important au Canada, et le premier en Alberta. Comme l’hydrogène ne produit que de l’eau en brûlant, le fait de le mélanger à du gaz naturel réduira l’intensité des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour ces clients.

« Ce projet créera non seulement des emplois, mais aussi une feuille de route pour l’hydrogène en Alberta à l’aide de gaz naturel produit de manière responsable et à faible coût, tout en mettant à profit l’investissement actuel de la province dans la technologie de capture du carbone », a affirmé George Lidgett, vice-président directeur et directeur général, Services publics, Canadian Utilities. « Notre vision est de permettre à l’industrie du gaz naturel de l’ouest du Canada, qui est de calibre mondial, de prendre de l’expansion parallèlement à l’économie albertaine de l’hydrogène, notamment en exportant plus tard vers les marchés mondiaux où la demande augmente sans cesse. »

L’entreprise a l’intention d’entreprendre en septembre ses activités commerciales et communautaires liées au projet de mélange de Fort Saskatchewan. Les travaux de construction devraient débuter au premier trimestre de 2021.

(L’image ci-dessous est tirée du site Web d’ATCO et est disponible en anglais seulement).

ATCO en Australie : centre d’innovation d’énergie propre

Mélanger de l’hydrogène à du gaz naturel est pratique courante dans bien des pays, notamment en Australie. C’est là que le Clean Energy Innovation Hub (CEIH), ou centre d’innovation d’énergie propre d’ATCO, produit déjà de l’énergie d’hydrogène acheminée par le réseau de gaz existant.

Le CEIH est un champ d’essai de solutions en matière d’énergie hybride en Australie. Il intègre le gaz naturel, les cellules photovoltaïques solaires, le stockage dans des batteries et l’hydrogène. Il permet en outre de mieux comprendre comment l’infrastructure de distribution du gaz actuelle peut continuer de profiter aux clients dans le cadre du bouquet énergétique futur.

(L’image ci-dessous est tirée du site Web d’ATCO et est disponible en anglais seulement).

En s’appuyant sur la recherche du CEIH, ATCO étudie maintenant la faisabilité d’une usine de production d’hydrogène à des fins commerciales. Si les résultats sont positifs, on construira et on commencera à exploiter une usine de production d’hydrogène d’ici mars 2022, et l’information tirée de l’étude éclairera les décisions de l’entreprise relativement à d’autres investissements dans l’hydrogène.

ATCO fait également équipe avec l’entreprise australienne Fortescue Metals Group pour bâtir et exploiter des installations de ravitaillement en hydrogène de véhicules dans l’ouest de l’Australie.

L’intérêt mondial pour l’hydrogène porte sur l’alimentation des véhicules, le chauffage des bâtiments et la génération d’électricité. Le Canada, de son côté, se prépare à mettre en place des stratégies provinciales et nationales relatives à l’hydrogène. Quant aux membres de CEPA et d’autres sociétés de pipelines, ils participent de près à la mise au point de solutions de rechange pour le carburant, notamment à l’aide d’hydrogène. Sans compter que les pipelines joueront un rôle de premier plan dans le transport de ce dernier.