3 façons dont les sociétés pipelinières collaborent afin d’améliorer la sécurité

Plus que jamais, les organisations au sein du secteur des pipelines développent ensemble des idées pour rendre les pipelines encore plus sûrs. L’Entente d’aide mutuelle en cas d’urgence (EAMU ou Entente), qui officialise le partage des ressources entre les entreprises membres en cas d’urgence, constitue un excellent exemple de cette collaboration. L’annonce de cette Entente en novembre nous a donné l’idée d’écrire cet article. Nous désirions faire part aux Canadiens des façons dont les sociétés pipelinières collaborent afin d’améliorer la sécurité. Les voici :

1. Collaborer pour déterminer les pratiques optimales : le programme Priorité intégrité® de la CEPA

Le programme Priorité intégrité® de la CEPA est une manière pour la CEPA et ses entreprises membres de développer conjointement les pratiques optimales auxquelles recourt le secteur dans des domaines tels que la sécurité et l’environnement. L’objectif actuel de ce programme est d’assurer l’intégrité des pipelines et la gestion des situations d’urgence. À travers ce programme, nous suivons la performance collective de notre secteur dans ces domaines, puis nous présentons un rapport public de la situation. Ce programme permet aux exploitants de pipelines de transport de s’améliorer constamment, tout en les rendant transparents vis-à-vis du public.

2. Collaborer pour développer des solutions et encourager la recherche : la Fondation CEPA

Ce qui est vraiment génial avec la Fondation CEPA, c’est qu’elle rassemble les meilleurs cerveaux de tout le secteur des pipelines d’énergie pour développer des solutions et encourager la recherche dans des domaines comme la sécurité, la technologie et la responsabilité environnementale (PDF). La Fondation vise aussi à faire collaborer les leaders de tout le secteur (pas seulement les promoteurs, mais aussi les sociétés d’ingénierie, les cabinets d’avocats, les cabinets de conseil en environnement…) à des façons de perfectionner le secteur.

Lorsque la Fondation s’est rencontrée pour la première fois en octobre, elle rassemblait déjà 84 entreprises (un mois seulement après le début de cette initiative), et on s’attend à ce que ce nombre continue de croitre.

3. Collaborer pour les interventions d’urgence

La logique qui sous-tend la création de l’Entente d’aide mutuelle en cas d’urgence (EAMU ou Entente) est simple : deux valent mieux qu’un. Cette entente, qui formalise une pratique déjà en œuvre, permet à n’importe quelle entreprise membre de la CEPA de demander l’aide d’une autre entreprise membre en cas d’incident grave. Les entreprises peuvent partager des ressources telles que du personnel, de l’équipement ou des conseils sur des interventions spécialisées. L’EAMU entrera en vigueur au 1er janvier.

« Nos entreprises membres se sont engagées à obtenir un nombre d’incidents nul. Toutefois, si un incident vient à se produire sur l’un des réseaux de pipelines de nos membres, cette entente permettra à nos entreprises membres de travailler rapidement et conjointement, sans hésitation », dit le Dr Brenda Kenny, présidente et directrice générale de la CEPA. « Cet accord sectoriel indique clairement que le secteur est à l’écoute et travaille en collaboration afin de répondre aux besoins et aux attentes des Canadiens. »

Obtenez plus d’informations :

Sur le programme Priorité intégrité de la CEPA

Sur la Fondation CEPA

Sur l’EAMU 


L’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) représente les sociétés de pipelines de transport qui exploitent 115 000 kilomètres de pipelines à travers le Canada. En 2012, les sociétés membres de la CEPA ont transporté environ 5,1 billions de pieds cubes de gaz naturel et 1,2 milliard de barils de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés. Les sociétés membres de la CEPA transportent 97 pour cent de la production quotidienne de gaz naturel et de pétrole brut des régions productrices vers les marchés d’Amérique du Nord.