Les salles de commande, un dispositif de protection des pipelines canadiens digne de la NASA

« Bien reçu, Houston. »

Si vous avez déjà regardé un film traitant d’exploration spatiale, vous savez que le centre de contrôle joue un rôle fondamental dans la sécurité de la mission.

Les compagnies de pipelines, elles aussi, disposent d’un « Houston ». En effet, au Canada, chaque pipeline est surveillé sans interruption par des centres de contrôle ultrasophistiqués. Des techniciens hautement formés peuvent comprendre des évènements se déroulant à des centaines de kilomètres et réagir en conséquence.

Ces salles de commandes, le centre névralgique de toutes les activités pipelinières, sont équipées de systèmes d’acquisition et de contrôle des données (SCADA) dernier cri. Les salles de contrôle SCADA sont les centres névralgiques des opérations de pipeline. Ces systèmes collectent des informations essentielles sur le pipeline et alertent les techniciens en cas de problème, de sorte que le pétrole et le gaz parviennent à bon port de façon sûre et efficace.

Les diverses évolutions des systèmes SCADA ont permis de révolutionner la manière dont les entreprises de pipelines surveillent leurs canalisations.

 

Une technologie de pointe spécialisée dans la collecte d’informations

 

À l’aide de capteurs sophistiqués disposés le long du tracé de pipeline, les systèmes SCADA collectent des informations telles que la température, le débit et la pression, qu’ils transmettent ensuite à la salle de commande. Si le système détecte une anomalie, des techniciens sont avertis. Ceux-ci interviennent alors depuis la salle de commande pour gérer le débit des produits dans le pipeline, voire fermer ce dernier si nécessaire.

Des dispositifs de télécommunication avancés transmettent des informations à la salle de commande en un rien de temps, sachant que les progrès en matière de capteurs rendent ces informations de plus en plus précises. Par exemple, les nouveaux pipelines peuvent être installés avec des câbles de fibres optiques afin d’améliorer la vitesse de transmission des données. Ces fibres servent également à détecter les fuites. Elles peuvent avertir la salle de commande au cas où un engin manipulé par un tiers viendrait à circuler au-dessus du pipeline ou à creuser à proximité. De telles mesures visent à empêcher que des tiers ne causent des dommages aux conduites.

Les caméras vidéo, qui, à une époque, servaient uniquement d’appareils de sécurité, sont aujourd’hui munies de détecteurs d’hydrocarbures, ce qui leur permet de repérer les fuites et de surveiller les températures. Now, they are fitted with hydrocarbon sensors for leak detection and monitoring temperatures. Si ces dernières dépassent les valeurs normales, la salle de commande en est immédiatement avertie.

 

Sonner l’alarme

 

Tout système SCADA est conçu spécifiquement pour avertir la salle de commande en cas de problème. On utilise donc des alarmes pour informer les contrôleurs de tout évènement susceptible de requérir leur attention. Ces alarmes clignotent, produisent du bruit et font appel à un code couleur pour indiquer le niveau de priorité de la mesure d’intervention exigée. Le contrôleur peut alors, entre autres, prendre acte de la notification (sans intervenir), avertir l’équipe d’entretien ou encore déclencher des mesures d’urgence.

Ces systèmes d’alarme de pointe s’améliorent sans cesse. Les progrès à ce chapitre, par exemple, ont débouché sur une gestion plus judicieuse des alarmes, permettant ainsi de réduire le nombre de celles-ci et d’en accroître le degré d’importance.

Ces alarmes sont gérées par des techniciens qui ont suivi une formation rigoureuse afin de pouvoir prendre des décisions éclairées rapidement en cas d’incident. Le personnel des salles de commande a notamment la possibilité de fermer un pipeline si besoin est.

 

Les salles de commande, objet d’améliorations continues

 

Les systèmes SCADA s’adaptent constamment de sorte à pouvoir faire face aux nouveaux problèmes. C’est dans cette optique, qui consiste en définitive à protéger le public et l’environnement, que les exploitants font le suivi des pratiques optimales en matière d’intégrité des pipelines et qu’ils intègrent ces pratiques aux procédures en vigueur.

En améliorant continuellement les mesures de surveillance des pipelines, les entreprises peuvent déterminer et prévenir les risques avant qu’ils ne se transforment en accidents.

Les pipelines canadiens comptent déjà parmi les plus sécuritaires au monde. Les membres de l’Association canadienne de pipelines d’énergie (CEPA) collaborent sur des aspects cruciaux relevant du domaine de la sécurité, comme la gestion des salles de commande, car ils savent que des efforts communs sont nécessaires pour réaliser leur objectif de zéro incident.